•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Coupe Memorial : après 70 ans d’excellence, un premier titre pour l’Abitibi?

Un joueur euphorique soulève la coupe.
Les Huskies ont remporté la deuxième Coupe du Président de leur histoire. Photo: Vincent Éthier/QMJHL Media
Guy D'Aoust

BILLET – En 1949, Bill McDonagh enfilait le chandail des Rangers de New York. Le joueur de Rouyn-Noranda devenait le premier d'une longue lignée issue de l'Abitibi-Témiscamingue à faire sa place au hockey professionnel. Soixante-dix ans plus tard, la région est toujours à la recherche d'un titre collectif majeur.

Dave Keon, Serge Savard, Réjean Houle, Pierre Turgeon, Éric Desjardins… Je ne vais pas vous faire la longue liste des joueurs qu’a produits la pépinière Abitibi-Témiscamingue. Ils ont brillé dans plusieurs uniformes, remporté des championnats, gagné des Coupes Stanley. Mais aucun d’entre eux n’a réussi à donner à sa région un titre, un championnat qui lui appartienne.

Allez Huskies!

À compter de vendredi, le tournoi de la Coupe Memorial s’amorcera à Halifax. Les Huskies de Rouyn-Noranda y seront comme champions de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Ils ont décroché leur place en gagnant la finale de la LHJMQ contre les Mooseheads d'Halifax, qui seront l’équipe hôtesse.

Les Huskies forment une équipe redoutable, équilibrée, excellente en défense. Le tournoi de la Coupe Memorial est si court qu’il en devient imprévisible. Un mauvais match, un peu de malchance, une contre-performance collective, le temps d’un match, peuvent faire basculer le sort d’une équipe.

Mais à 48 heures de leur premier affrontement contre le Storm de Guelph et Nick Suzuki, les Huskies sont perçus comme favoris. Leur saison parle pour eux.

Le souvenir de 2016

Il y a trois ans, à Red Deer, les Huskies ont tutoyé l’exploit. Ils ont touché l’objectif du doigt avant de le laisser filer. Après un tournoi difficile, ils ont atteint la finale. Et malgré l’obligation de jouer quatre matchs en six jours, ils sont passés à une période de vaincre les Knights de London, avec dans leurs rangs Mitch Marner, Matthew Tkachuk, Christian Dvorak et compagnie. Ça s’est conclu par un revers de 3-2 en finale.

Une éternité

Au hockey junior, trois ans, c’est presque une génération. L’attaquant Peter Abbandonato, le gardien Samuel Harvey et le défenseur Jacob Neveu sont les seuls rescapés de la formation de 2016.

Le gars de la place

Abbandonato est le meilleur attaquant des Huskies. Substitut en 2016, Harvey est devenu un rouage essentiel devant le filet. Neveu l’était aussi, en défense, quand il a été blessé au cours de la finale de la LHJMQ contre Halifax.

Neveu, c’est le gars de la place. Il est de Rouyn-Noranda. Samuel Naud est de La Sarre. En filigrane sur leur maillot, il y a les couleurs de l’Abitibi-Témiscamingue.

« J’ai grandi à Rouyn. Quand j’étais petit, je faisais partie des mini Huskies. Le jour où les Huskies m’ont repêché, c’était un rêve pour moi. J’en avais mal aux joues à force de sourire », dit celui qui, malheureusement, a maintenant mal aux joues pour d’autres raisons.

Jacob NeveuJacob Neveu Photo : Courtoisie: Huskies/Jean Lapointe

En finale de la LHJMQ, il a été atteint au visage par une rondelle qu’il tentait de bloquer. Il en a stoppé des centaines pendant ses cinq années avec les Huskies, mais celle-là lui a fracturé la mâchoire et l’empêchera de jouer le tournoi de la Coupe Memorial.

« Ça me démange, c’est certain, mais il n’y a rien à faire. Même avec une grille, les médecins me disent que le risque serait trop grand », confie-t-il.

Avec les partisans

C’est donc derrière le banc, au vestiaire et dans les gradins qu’il accompagnera ses coéquipiers.

« C’est une grande fierté pour Rouyn-Noranda, dit-il. On a remporté deux Coupes du Président et ce serait extraordinaire de gagner la Coupe Memorial. »

Le dernier sprint

Comme ses Huskies, Jacob Neveu entre dans la dernière ligne droite. Au hockey junior, on reconstruit sans arrêt. Les Huskies de l’an prochain ne seront peut-être pas aussi dominants. Ils veulent gagner maintenant.

Neveu, lui, en est à sa cinquième et dernière saison au hockey junior. L’an prochain, il se destine à des études universitaires dans le domaine de la santé.

Pour lui aussi, le championnat, c’est maintenant.

Et l’Abitibi-Témiscamingue est prête, elle aussi, pour l’aboutissement d’une quête qui dure depuis 70 ans.

Hockey

Sports