•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Championnat de la PGA : les attentes de Tiger Woods, le rêve des autres

Il lance la balle dans les airs de sa main gauche.
Tiger Woods, photographié lors de sa ronde d'entraînement, lundi, sur le parcours Bethpage Black. Photo: The Associated Press / Julie Jacobson
Radio-Canada

Même s'il n'a disputé aucun tournoi depuis sa victoire au Tournoi des maîtres, Tiger Woods sera l'un des points de mire au Championnat de la PGA qui s'ouvrira jeudi, à Farmingdale, dans l'État de New York.

L’engouement envers le golfeur de 43 ans ne se dément pas, même si ce dernier avoue ressentir davantage le poids de son âge.

« Il y a plus de jours où je me sens vieux que de jours où je me sens plus jeune que mon âge », a indiqué Woods en entrevue à l’Associated Press.

Force est de reconnaître que la nouvelle version du « Tigre » démontre de belles choses deux ans après l'opération pendant laquelle on lui a retiré un disque et fusionné deux vertèbres.

En septembre, il a remporté le Championnat du circuit. En avril, à Augusta, il a décroché le 15e titre majeur de sa carrière pour s'approcher du record de 18 que détient le légendaire Jack Nicklaus.

Woods souhaite aborder le difficile parcours de Bethpage Black avec sérénité. Pour lui, la question n’est pas de savoir s’il peut redevenir le joueur dominant qu’il a été durant une bonne douzaine d’années.

Que je sois dominant ou que j’aie du mal à suivre, ça reste à voir. Tout ce que je sais, c’est que je dois me donner les meilleures chances de gagner les tournois auxquels je participe, d’avoir la chance de mon côté çà et là, et m’assurer que je sois prêt à offrir ma pleine mesure.

Tiger Woods

La revanche de Koepka?

Parmi les plus sérieux prétendants à la victoire, dimanche, il est impossible de ne pas penser à Brooks Koepka, le champion en titre.

Ce dernier a été aux premières loges du triomphe de Woods à Augusta. Quelques minutes auparavant, il avait vu ses derniers espoirs s’envoler en ratant un coup roulé de 10 pieds au 18e trou.

Cette fois, il vise le sommet sur un parcours truffé d’obstacles et de multiples plans d’eau.

Bethpage Black paraîtra souvent plus long que ses 7459 verges officiellement inscrites dans les livres. Il devrait convenir parfaitement à de longs cogneurs comme Koepka, Dustin Johnson ou Rory McIlroy.

En guise d’exemple, à l’entraînement, lundi, Woods n’a pas atteint le vert du trou no 7, une normale 3, avec son coup de départ de bois 3. Koepka y est parvenu avec son fer 3.

L’espoir canadien

La vie de Corey Conners a pris un virage pour le meilleur, il y a six semaines, grâce à sa victoire à Valero au Texas.

Du coup, il disait adieu aux doutes et aux épreuves de qualification puisque le titre texan s’accompagnait d’une carte de membre de la PGA pour 2020 et d’un laissez-passer direct pour Bethpage Black, l'un des deux Canadiens au départ avec Adam Adwin.

Après avoir pris part au Tournoi des maîtres à titre d’invité de la PGA [il a terminé à égalité au 46e rang, NDLR], Conners s’est accordé une semaine de congé au début du mois.

Corey Conners en action durant la première ronde du Tournoi des maîtres 2019, à AugustaCorey Conners en action durant la première ronde du Tournoi des maîtres 2019, à Augusta Photo : The Associated Press / David J. Phillip

Il s’est d’abord rendu à Toronto pour une rencontre avec son principal commanditaire.

Il a ensuite pris le temps de jouer deux rondes d’entraînement au Golf and Country Club de Hamilton, avant de rendre visite à sa mère dans son village natal de Listowel, situé à deux heures de route de Toronto.

À 27 ans, Conners en sera à une première participation au Championnat de la PGA. Il a déjà participé, chez les amateurs, au Tournoi des maîtres, en 2015, ainsi qu'à l'Omnium des États-Unis en 2017.

Il croit que le temps froid qui prévaut depuis le début de la semaine pourrait lui donner un petit avantage. Plusieurs joueurs portent des gants épais, des tuques et des blousons.

« J'ai grandi en jouant dans le froid. C'est drôle, mais chaque fois qu'il fait mauvais, les autres joueurs du circuit passent à à côté de moi en disant que je dois adorer ces conditions », a d'abord lancé Conners.

Je n'aime pas plus la pluie et le froid qu'eux. Mais j'y suis habitué. Mon père avait l'habitude de jouer au golf avec moi dans des conditions misérables à Listowel. Il pleuvait à boire debout et nous étions les seules personnes sur le terrain.

Corey Conners

Changement de date

Le Championnat de la PGA se tient en mai pour la première fois en 70 ans. Cette année-là, Sam Snead avait récolté les grands honneurs.

En 2017, les dirigeants du circuit ont choisi de déplacer le tournoi du mois d’août au mois de mai, notamment pour éviter les conflits d’horaire avec les tournois olympiques, à commencer par celui de Tokyo en 2020.

Ils avançaient aussi que les températures plus fraîches du printemps permettraient de tenir la compétition sur un éventail plus vaste de sites à travers les États-Unis.

Au même moment, on avait décidé de ramener le Championnat des joueurs en mars à compter de cette année.

Avec les informations de Associated Press, et La Presse canadienne

Golf

Sports