•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante ne ferme pas la porte à un éventuel retour de la formule E

Une voiture de course électrique devant une estrade remplie.
L'unique édition de la formule électrique à Montréal a été organisée pendant l'été 2017 dans les rues de l'arrondissement de Ville-Marie. Photo: La Presse canadienne / Tom Boland
Romain Schué

La formule E pourrait-elle faire un jour son retour à Montréal, mais sur le circuit Gilles-Villeneuve? Après avoir décidé d'annuler les nouvelles éditions de cette compétition de véhicules électriques qui s'est déroulée en 2017 dans les rues de la métropole, la mairesse Valérie Plante ne ferme pas la porte à un éventuel retour.

« Pour l’instant, on n’envisage pas nécessairement le retour de la formule électrique, mais qui sait? », a lancé mercredi Valérie Plante, au cours d’une conférence de presse menée dans les nouvelles installations du circuit Gilles-Villeneuve.

Quelques semaines après son arrivée au pouvoir, à l’automne 2017, la mairesse de Montréal avait dénoncé un « fiasco financier » en décidant de mettre un terme à l’entente liant la Ville à l’organisateur de cette compétition. Deux nouvelles éditions restaient alors au programme, avec une option pour un renouvellement de trois autres courses.

« Le plus gros problème, c’est que ça avait été fait de façon précipitée. On n’avait pas de plan d’affaires et on allait à l’encontre de la volonté de la population qui ne souhaitait pas avoir une formule électrique en plein milieu du centre-ville, qui venait paralyser complètement le centre-ville de Montréal », a exposé Valérie Plante.

Cette dernière rappelle qu’elle a toujours soutenu l’organisation de cet événement sur le circuit Gilles-Villeneuve, qui « était adapté ».

« Si c’est pertinent et si c’est bien fait », Montréal pourrait être intéressée à organiser de nouvelles éditions, a-t-elle indiqué, tout en restant prudente et en précisant que les Montréalais ont toujours « au travers de la gorge » cette « facture salée ».

Je ne suis pas en train de dire que la formule électrique va revenir ou non. Il y a des étapes à faire. [Mais] je ne suis pas une mairesse qui dit : "Jamais".

Valérie Plante, mairesse de Montréal

« En ce moment, tous les Montréalais ont été échaudés par la façon dont la formule électrique a été mise de l’avant, par le manque de montage financier, par le manque d’étude d’impact, par la non-écoute de la précédente administration envers les besoins des citoyens ». ajoute-t-elle.

Une procédure judiciaire toujours en cours

Au terme de cette première et unique édition dans les rues de l'arrondissement de Ville-Marie en juillet 2017, un déficit de plus de 13 millions de dollars avait été révélé par Montréal c’est électrique, l’organisme sans but lucratif mis sur pied par la précédente administration municipale pour gérer cet événement. Au total, 45 000 personnes avaient assisté à ces deux journées de course, mais seulement 15 000 billets avaient été vendus.

Par la suite, le promoteur Formula E Operations (FEO), avait attaqué en justice la Ville de Montréal et Valérie Plante. Dans un premier temps, il avait réclamé 33 millions de dollars, avant de revoir ce montant à la baisse (environ 25 millions).

Un accord pourrait-il être proposé par la Ville, avec l’organisation de ces courses, sur ce circuit qui accueille également la formule 1? « Étant donné que nous sommes présentement en cour, je ne vais pas m’étendre davantage sur les stratégies ou les possibles solutions. On va laisser nos avocats discuter », répond Valérie Plante.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en compagnie du promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier (à gauche) et du président de Formula One Group, Chase Carey (au centre).La mairesse de Montréal, Valérie Plante, était en compagnie mercredi du promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier (à gauche) et du président de Formula One Group, Chase Carey (au centre) pour inaugurer les nouveaux paddocks. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Une option déjà étudiée par l’administration Coderre

Organiser la formule électrique sur le circuit Gilles-Villeneuve était déjà une option qui avait été étudiée par l’administration de Denis Coderre, selon les informations obtenues par Radio-Canada. Un tel scénario ne pouvait cependant pas voir le jour avant la rénovation des paddocks.

Le circuit actuel de 4,3 km aurait néanmoins dû être raccourci pour permettre aux batteries des véhicules de se recharger.

Grand Montréal

Politique municipale