•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rugby à 7 : Karen Paquin n'est pas inquiète pour la qualification olympique canadienne

Karen Paquin avec l'équipe canadienne de rugby

Karen Paquin avec l'équipe canadienne de rugby

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

Karen Paquin préfère voir le résultat d'ensemble du tournoi de Langford, en Colombie-Britannique, avant-dernière étape des Séries mondiales de rugby à 7, plutôt que la défaite en quarts de finale contre les Américaines, qui a privé le Canada d'une occasion de décrocher sa place pour les Jeux olympiques.

Les Canadiennes ont fini au 5e rang devant leurs partisans. Une présence en demi-finales, dans le top 4, leur aurait donné leur billet pour Tokyo.

La performance des Canadiennes à Langford permet à Karen Paquin de voir venir la prochaine étape des Séries mondiales avec sérénité.

Ce sera à Biarritz, en France, les 15 et 16 juin, dernière étape du circuit. Il y aura un billet pour les Jeux à gagner pour les équipes qui seront dans le top 4 du classement à la fin du tournoi.

« On est sereines, l’équipe est soudée, il n’y a pas eu de blessure, a-t-elle confié à Radio-Canada Sports dans une entrevue téléphonique depuis Langford, où l'équipe canadienne poursuit son entraînement. On visait le top 4, mais on a réussi à garder le cap pendant le restant du tournoi. Finir en force en cinquième place, c’est plus important. »

Les Canadiennes ont en effet écrasé l'Espagne 31-0 et l'Angleterre 31-7 pour finir le tournoi.

Au classement mondial, elles occupent le 3e rang avec 78 points derrière les Néo-Zélandaises (92) et les Américaines (80), et devant les Australiennes (74) et les Françaises (60).

« Ça nous donne des points importants pour la qualification, et ça nous maintient dans une bonne position pour nous qualifier lors du prochain tournoi, précise-t-elle. On a 18 points d’avance sur la cinquième place, on est relativement à l'aise. »

Karen Paquin en pleine course durant un match

Karen Paquin

Photo : Associated Press / Donall Farmer/

« On n’a pas l’impression d’avoir raté notre qualification »

Ce quart de finale perdu à Langford leur donne toutefois matière à réflexion.

« Ce qu’on a appris du match contre les Américaines, c’est qu’il va falloir retravailler à réussir à attaquer sur des défenses qui sont très très agressives, analyse-t-elle. Dès qu’on a un peu de temps, on est capable de créer, mais quand les défenses sont agressives, ça nous a débalancées. Et on va vouloir régler ça avant le prochain tournoi. »

Karen Paquin souligne que la qualification olympique n'était pas l'objectif prioritaire à Langford.

« Réussir à se qualifier dans l’avant-dernier tournoi, ça aurait été du bonus, affirme-t-elle. C’était possible, mais on n’a pas l’impression d’avoir raté notre qualification, car on s’est mises tellement en bonne position tout au long de la saison. »

Mais on sait qu’au final, il faut terminer fort. Le focus, c’est de terminer les Séries mondiales avec constance pour pouvoir se qualifier.

Karen Paquin

Les membres de l'équipe prennent trois jours de congé pour « retrouver leur énergie », puis elles recommencent l'entraînement pendant trois semaines avant leur départ pour Biarritz.

« On va faire l’analyse complète du tournoi, et on veut s’assurer de faire un pas en avant. On a des choses à corriger.

« On doit conserver nos outils de base, mais on peut aller chercher une coche de plus au niveau des bottés d’envoi, car ça paie tellement quand on réussit à prendre nos propres bottés, fait-elle remarquer. Et on va travailler sur notre offensive quand il y a plus de pression. Ce sont les deux gros points majeurs. »

Karen Paquin, de l'équipe canadienne de rugby, aux Jeux olympiques de 2016

Karen Paquin, de l'équipe canadienne de rugby, aux Jeux olympiques de 2016

Photo : Getty Images / David Rogers

Karen Paquin souhaite faire partie de la sélection qui ira à Biarritz.

« Dans l’équipe canadienne, il pourrait y avoir quelques changements, car les sélections finales se font quelques jours avant le départ. On est une vingtaine de filles, et on veut faire notre place dans l’équipe. La compétition est assez forte. Ce devrait être le même cœur de l’équipe, mais personne n’est à l’abri d’une mauvaise sélection ou d’une blessure, rappelle l'athlète de Québec. Personne n’a sa place assurée, donc personne ne peut se reposer. »

Avec leur avance de 18 points sur la 5e place, les Canadiennes sont en bonne position d'obtenir leur billet pour les Jeux de 2020.

« Il faudrait une catastrophe pour qu’on passe à côté. On n’a pas l’intention de prendre les équipes de haut. Il sera important de connaître une première belle journée, et de passer dans le top 8 », a conclu Paquin.

Les Canadiennes sont montées trois fois sur le podium de ces Séries mondiales, dont leur victoire à Fukuoka au Japon le 21 avril, en cinq tournois.

Rappelons qu'elles ont fini au 7e rang de la Coupe du monde de rugby à 7 en 2018.

Rugby

Sports