•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primoz Roglic est le premier maillot rose du Giro

Il est encouragé par la foule à l'arrivée de la première étape du Tour d'Italie.

Primoz Roglic

Photo : AFP / LUK BENIES

Agence France-Presse

Primoz Roglic (Jumbo) a endossé le premier maillot rose du 102e Giro après sa victoire, samedi après-midi, dans le contre-la-montre d'ouverture à Bologne.

Le Slovène a battu de 19 secondes le Britannique Simon Yates et de 23 secondes l'Italien Vincenzo Nibali à la fin du parcours de 8 kilomètres menant au sanctuaire de San Luca.

Le Colombien Miguel Angel Lopez a pris la 4e place, à 28 secondes, dans la même seconde que le Néerlandais Tom Dumoulin, le lauréat du Giro 2017.

L'Espagnol Mikel Landa a perdu, lui, plus d'une minute.

La plupart des favoris ont choisi de partir dans la première heure pour éviter une possible détérioration des conditions météo. Seul Yates est resté fidèle à la tradition voulant que les favoris s'élancent en fin de course.

Le temps est resté sec tout au long de l'étape, mais le vent s'est renforcé au fil des heures.

Le Québécois Guillaume Boivin (Israel Cycling Academy), seul Canadien engagé dans le Giro cette année, a terminé en 137e position, à 2 min 7 s de Roglic. Son coéquipier Ruben Plaza s’est classé 47e (1:17).

Roglic a pris l'avantage sur le plat, dans les artères de Bologne, pour compter 11 secondes d'avance sur Dumoulin au pointage intermédiaire. Il a continué à creuser l'écart sur la rampe de San Luca (2,1 km à 9,7 %) envahie par la foule des tifosi.

Le Slovène de 29 ans a enregistré la 30e victoire de sa carrière, la 8e dans un contre-la-montre. Cette saison, il a remporté les trois courses par étapes qui figuraient à son programme d'avant-Giro (UAE Tour, Tirreno-Adriatico, Tour de Romandie).

L'ancien sauteur à ski participe pour la deuxième fois au Giro. En 2016, lors de ses débuts, il avait frôlé le maillot rose en ne s'inclinant dans le premier chrono que de quelques centièmes de seconde devant Dumoulin.

Dimanche, la deuxième étape relie Bologne à Fucecchio sur un parcours de 205 kilomètres. Le final, dans les petites collines de Toscane, avantage en principe les puncheurs.

Cyclisme

Sports