•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sophia Jensen dans les traces de Laurence Vincent-Lapointe

Sophia Jensen sur un canoë avec rame à la main

Sophia Jensen de Chelsea

Photo : Balint Vekassy

Alexandra Piché
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La jeune canoéiste Sophia Jensen rêve de suivre les traces de son idole, Laurence Vincent-Lapointe, 11 fois médaillée d'or des Championnats du monde. L'athlète de 17 ans est sur la bonne voie.

Originaire d’Edmonton, Sophia Jensen a découvert le canoë quand elle a déménagé à Chelsea, au Québec, à l’âge de 10 ans. Passionnée de sport en tous genres, elle faisait du soccer, du ski de fond, du volleyball et même du hockey sur gazon, mais n’avait jamais touché une rame de sa vie.

Sa curiosité l’a menée vers le canoë quand elle a vu une photo de ses copines de classe en action sur l’eau.

« Je me suis inscrite à un camp d’été de canoë-kayak et je suis tombée en amour avec le sport dès que je l’ai essayé », a-t-elle raconté à Radio-Canada Sports au Gala Sports Québec, où elle a remporté le Maurice d’athlète de l’année au niveau canadien.

Depuis, elle ne cesse de repousser ses limites, inspirée par les succès de Laurence Vincent-Lapointe.

« C’était mon modèle quand j’étais enfant. La première fois qu’elle m’a fait un petit sourire, j’étais la personne la plus heureuse de la planète. Je veux être comme elle. Je veux faire tout ce qu’elle a fait et je veux aller aux Olympiques avec elle », affirme-t-elle.

Il y a à peine quelques années, elle n’aurait pu rêver de Jeux olympiques. Le canoë féminin a été ajouté au programme de Tokyo, en 2020, grâce au travail acharné d’athlètes comme Vincent-Lapointe qui se sont battues pour faire valoir la place de leur sport au grand rendez-vous international multisport.

« C’est vraiment, vraiment excitant. Je suis tellement heureuse que les femmes puissent y aller maintenant. Selon moi, Laurence sera parmi les premières femmes à y aller et je pense qu’elle va vraiment bien faire », dit Jensen.

Sophia Jensen en entrevue au Gala Sports Québec

Sophia Jensen rêve de Jeux olympiques

Photo : Radio-Canada

Une participation aux Jeux de 2020 n’est pas exclue dans la tête de Sophia Jensen, mais elle ne veut pas se mettre trop de pression sur les épaules. Afin d’y arriver, elle devra améliorer ses chronos de près d’une seconde dans la prochaine année.

« Je dois presque avoir le même temps que Laurence pour y arriver, explique celle qui a été couronnée trois fois aux derniers mondiaux juniors. Ça va être difficile, mais je suis vraiment excitée de viser ce temps-là. Il ne reste qu’environ une seconde de différence entre nous. Mais pour moi, c’est une grosse différence. »

Si ça m’arrive pour Tokyo, ce serait vraiment génial, mais je ne veux pas me faire d’idées. Je sais juste que je veux aller aux Jeux olympiques un jour.

Une citation de : Sophia Jensen

Elle aura la chance d’évaluer où elle se situe par rapport à son idole ce week-end au bassin olympique, où auront lieu les premiers essais canadiens de canoë-kayak de vitesse de la saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !