•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Nick Suzuki frappe déjà à la porte du Canadien

Nick Suzuki (no 9)
Nick Suzuki (no 9) Photo: Canadien de Montréal
Guy D'Aoust

BILLET - L'espoir du Canadien de Montréal Nick Suzuki fait des étincelles en finale de la Ligue junior de l'Ontario (OHL). Il n'en est pas à ses premiers exploits ni à ses premières promesses, mais on doit se frotter les mains... et se gratter la tête dans les bureaux du Centre Bell.

Commençons par les mains. Obtenu dans l’échange qui a envoyé Max Pacioretty à Vegas, Suzuki a été un choix de premier tour (13e) en 2017.

Il a réagi en enchaînant avec une saison de 100 points en 64 matchs.

Reparti sur le même rythme cette année (1,5 point par match) avec l’Attack d’Owen Sound, il a été acquis par le Storm de Guelph, avec lequel il a encore haussé la cadence (1,69 point par match).

Le Storm l’a obtenu en prévision des séries. Et il répond encore. Même si la compétition est plus relevée, il domine le classement avec 38 points en 22 rencontres (1,73 point par match).

La manière

Au-delà des points, il y a la manière dont il les amasse. Le Storm affronte les 67's d’Ottawa en finale. Les 67's n’avaient pas perdu un seul match dans les séries précédentes. Ils ont remporté les deux premiers contre Guelph. Puis Suzuki s’est levé.

Il a donné le ton à une victoire de 7-2 du Storm dans la troisième rencontre. Observez comment il a fabriqué le premier but, celui qui a donné le ton au match. Il a fini sa soirée avec trois mentions d’aide.

Mercredi, il a encore été le meilleur joueur sur la patinoire. Il a récolté un but et deux passes dans une victoire de 5-4. La série est égale et Suzuki maintient le rythme avec 7 points en 4 rencontres (1,75 point par match).

Circonstances

Le jeune joueur de centre a changé d’équipe, de contexte, de défi. Mais il ne faiblit pas, ne ralentit pas.

Il y a loin du junior à la Ligue nationale (LNH), personne ne le niera, mais sa constance est remarquable.

J’ai entendu souvent des collègues dire que Suzuki aurait besoin d’une saison d’acclimatation dans la Ligue américaine. Peut-être. Mais si on lui donne une vraie chance au prochain camp du Canadien, si on le laisse s’exprimer, est-ce qu'il pourrait se tailler un poste?

Abondance

Passons au grattage de tête.

Ce serait difficile d’imaginer Ryan Poehling et Nick Suzuki avec le grand club dès l’automne, avec Jesperi Kotkaniemi qui y est déjà. Ça ferait beaucoup de poulains dans les portillons de départ.

Nick Suzuki au camp du Canadien en 2018Nick Suzuki au camp du Canadien en 2018 Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Marc Bergevin a déjà accordé des contrats à Nate Thompson et à Jordan Weal. Phillip Danault est indélogeable. Même en mutant Max Domi à l’aile, le CH restera coincé avec un problème d’abondance.

Un problème d’abondance au centre…

À Montréal…

Dites-moi que je rêve.

Il y a 25 ans qu’un directeur général du Canadien ne s’est pas gratté la tête pour cette raison.

Hockey

Sports