•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le cancer a pratiquement disparu de mon corps » - Maxence Parrot

Maxence Parrot s'est adressé au médias pour faire un bilan de son état de santé après neuf traitements de chimiothérapie.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Alexandra Piché

Bien que le défi soit énorme, la bataille que livre le planchiste Maxence Parrot contre le cancer se passe bien jusqu'à présent. Il a annoncé en conférence de presse jeudi qu'il avait pour objectif d'être de retour à la compétition dès la fin du mois d'août.

Le médaillé d’argent des Jeux de Pyeongchang en slopestyle a appris en décembre dernier qu’il souffre d’un lymphome de Hodgkin, une forme rare de cancer dont le taux de succès des procédures médicales est de l’ordre de 85 %.

Selon des tests qu'il a passés récemment, son corps répond bien aux traitements de chimiothérapie qu'il reçoit depuis janvier.

« J’ai fait un scan de mon corps dernièrement pour savoir à quel stade j’étais rendu et le cancer a pratiquement disparu de mon corps. J’en suis à mon neuvième traitement et je dois tout de même me rendre jusqu’à 12 pour être sûr qu’il ne reste plus rien », a-t-il expliqué.

Je peux dire que c’est le plus gros challenge mental que je vais avoir traversé dans ma vie.

Maxence Parrot

Le planchiste de 24 ans, originaire de Bromont, devait initialement s’adresser aux médias le 23 avril. Mais, fatigué par ses traitements, il avait décidé de reporter sa conférence de presse.

En 1960, à peine 10 % des personnes survivaient au lymphome de Hodgkin. Aujourd'hui, c'est plus de 85 %, grâce à la recherche.

C'est pourquoi Maxence Parrot a choisi de s'associer à la Société de leucémie et lymphome du Canada.

Il participera notamment à la marche Illumine la nuit au mois d'octobre.

Objectif X Games

Maxence Parrot vise un retour à la compétition en août pour participer aux X Games d’Oslo en Norvège.

« Depuis que j’ai appris qu’il y avait les X Games au mois d’août, c’est devenu mon focus. Je ne vois même pas la possibilité de ne pas y aller dans ma tête. Je vais tout faire pour y aller. Et je n’ai pas l’intention d’y aller juste pour participer. Je veux y aller pour gagner. Je sais que je m’en mets gros sur les épaules, mais je n’ai même pas pensé à ne pas y aller », a affirmé le planchiste.

« Si tout va bien, je terminerai mes traitements à la fin juin. Ça me laissera donc un deux mois pour m’entraîner plus intensément », a-t-il ajouté.

Le multiple médaillé des X Games sait cependant qu’un défi de taille l’attend s’il veut retrouver la forme physique qu'il avait avant son combat contre le cancer.

Physiquement, je pourrais dire que j’ai perdu beaucoup de cardio. Je l’ai remarqué quand je dévalais les pentes cet hiver. Je ne pouvais pas faire une piste complète sans m’arrêter. J’ai perdu des muscles aussi. Il va falloir que je travaille très fort cet été pour revenir comme avant.

Maxence Parrot
Il est photographié devant le logo de la Société.

Maxence Parrot participera à la Marche ilumine la nuit de la Société de leucémie et lymphome du Canada.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

« C’est la maladie qui a le contrôle sur moi »

Entre ses traitements, il a réussi à s’entraîner en gymnase et à monter sur sa planche à plusieurs reprises, notamment durant un voyage à Whistler.

« Je ne pensais pas pouvoir faire ça, a avoué Parrot. J’ai vécu beaucoup de hauts et de bas. Ce qui a été le plus difficile cet hiver, c’est mon mental. Habituellement, j’arrive à contrôler les situations, mais en ce moment, c’est la maladie qui a le contrôle sur moi. »

Le plus difficile pour lui est de ne pas pouvoir bloquer les pensées négatives comme il le fait habituellement quand il pratique son sport.

« J’ai un problème mentalement par rapport à l’hôpital, a indiqué l'athlète. J’associe beaucoup l’hôpital à la chimiothérapie. Et la chimiothérapie, on ne se le cachera pas, ce n’est pas quelque chose de l’fun à faire. Maintenant, chaque fois que j’entre dans l’hôpital, même juste en parler, ça me donne des nausées. C’est ça qui est vraiment dur mentalement. »

Il croit cependant que son expérience d'athlète de haut niveau l'aide dans ce combat qui dure depuis déjà un peu plus de quatre mois. « J’avais déjà un très grand bagage mental pour faire ça. Je n’imagine pas les personnes qui en ont un moins grand. Ça doit être vraiment difficile. Même physiquement, ça m’a beaucoup aidé », a-t-il dit.

Maxence Parrot a aussi souligné le travail de l'équipe qui l'épaule dans cette épreuve, la plus difficile de sa vie. Il participera d'ailleurs à la marche Illumine la nuit en octobre prochain, un événement organisé par la Société de leucémie et lymphome du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Surf des neiges

Sports