•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JO 2020 : la Fédération internationale de boxe envisage de poursuivre le CIO

Lazaro Alvarez au tournoi olympique de boxe des Jeux de Rio en 2016
Lazaro Alvarez au tournoi olympique de boxe des Jeux de Rio en 2016 Photo: Getty Images / Dean Mouhtaropoulos
Agence France-Presse

L'Association internationale de boxe amateur (AIBA), qui pourrait être écartée des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, accuse le Comité international olympique (CIO) d'avoir « violé » la charte olympique et envisage « toutes les options », y compris une action en justice.

La commission exécutive du CIO décidera le 22 mai d'exclure ou non l'AIBA de l'organisation du tournoi de boxe aux JO de Tokyo. Si l'AIBA est exclue, le CIO organisera lui-même la compétition.

Afin de préparer sa riposte à la décision du 22 mai, le comité exécutif de l'AIBA se réunira le 18 mai à Lausanne « pour examiner toutes les options, y compris judiciaires, étant donné que le CIO a violé la charte olympique », a indiqué mardi la fédération dans un communiqué.

L'AIBA défendra « son droit légitime à organiser la compétition de boxe aux JO de Tokyo en 2020 », ajoute le communiqué.

Présent à Gold Coast, en Australie, pour une réunion des fédérations internationales, le directeur général de l'AIBA, l'Américain Tom Virgets, n'a pas voulu confirmer l'option d'une action judiciaire.

Interrogé à savoir si le CIO avait violé la charte olympique, il a répondu que « la charte olympique prévoit que l'on doit bénéficier d'une application régulière de cette charte, or nous avons le sentiment que nous n'en avons pas bénéficié ».

« Nous allons étudier toutes les options possibles pour que notre organisation puisse survivre », a-t-il ajouté.

Si l'AIBA est exclue des Jeux de Tokyo, elle ne bénéficiera pas de l'aide financière substantielle versée par le CIO aux fédérations de sports olympiques.

« Le problème se posera surtout pour les fédérations nationales, car beaucoup de programmes nationaux sont financés par l'argent olympique », a ajouté M. Virgets.

Face aux inquiétudes concernant la gouvernance, les finances et l'arbitrage, et après l'arrivée à sa tête du controversé homme d'affaires ouzbek Gafur Rakhimov, qui a depuis démissionné, le CIO avait annoncé, en décembre dernier, le gel de l'organisation du tournoi olympique de boxe et l'ouverture d'une enquête sur cette fédération en crise depuis des années.

Boxe

Sports