•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle vie de Tessa Virtue

Tessa Virtue
Tessa Virtue Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un peu plus d'un an s'est écoulé depuis que Tessa Virtue est redevenue championne olympique de danse sur glace avec Scott Moir à Pyeongchang. Radio-Canada Sports a profité de son passage à Montréal, mercredi, pour discuter avec elle de sa nouvelle vie.

La patineuse artistique de 29 ans admet que sa vie a bien changé depuis son triomphe en Corée du Sud.

« J’ai plusieurs projets en cours, répond-elle, avec son resplendissant sourire. C’est tout un changement de ne plus faire de compétitions. J’essaie maintenant d’utiliser les outils acquis au cours de ma carrière sportive dans ma nouvelle vie. C’est un défi que j’accueille à bras ouverts. Il y aura des obstacles, mais c’est emballant. »

Virtue était en visite au Collège Villa Maria, dans l’ouest de la métropole, à titre de porte-parole de Fillactive, un programme qui vise à faire bouger les adolescentes.

« Ce matin avant de venir à l’école, je me suis remise dans l’état d’esprit de mes années d'école secondaire, se souvient-elle. Je suis si privilégiée que le sport ait occupé une si grande place dans ma vie. Et je réalise tout ce que ça m’a apporté : une estime personnelle, la confiance, des compétences et la possibilité de pousser mon corps jusqu’à ses limites. »

« C’est ce que je vois avec Fillactive, l’impact de ce programme est important, ajoute la quintuple médaillée olympique. On peut ressentir l’énergie dans cette salle, c’est tangible et crucial pour ces jeunes filles d’avoir accès à ces ressources qui leur permettent d’être actives physiquement. Je suis si fière d’être l’ambassadrice cette année. »

Virtue, qui est native de London en Ontario, se souvient d’avoir pratiqué de nombreux sports qui l’ont aidée à se développer en tant qu’athlète.

« J’ai grandi en les pratiquant tous. J’étais la plus jeune de quatre enfants et j’ai toujours blagué en disant que j’étais la moins athlétique, dit-elle. Mais j’avais la résilience et la hargne qui me permettaient de ne pas me décourager. J’ai trouvé qui j’étais à travers le sport. On y tire tellement de leçons de situations qui ressemblent à la vraie vie. »

Selon les chiffres publiés sur le site Internet de Fillactive, 9 filles sur 10 finissent l’école secondaire avec une forme physique qui ne leur permet pas de pratiquer une activité sportive de base. La sédentarité est un problème qui préoccupe Tessa Virtue.

Pour les filles en particulier, les recherches démontrent qu’elles commencent à se limiter à la puberté et que l’image de leur propre corps et leur confiance sont touchées. Je crois qu’avec le sport, on mise davantage sur l’accomplissement que sur l’apparence. C’est un style de vie si sain. Nous connaissons tous les bienfaits de l’activité physique et quelle différence ça peut faire.

Tessa Virtue

Loin de la compétition, toujours sur la glace

Tessa Virtue et Scott Moir n’ont jamais officiellement annoncé leur retraite. Mais depuis les JO de 2018, le couple ne patine plus que professionnellement.

Les patineurs souriants sur le podium posent fièrement avec leurs médailles d'or autour du cou.Tessa Virtue et Scott Moir, médaillés d'or en danse sur glace aux Jeux olympiques de Pyeongchang 2018 Photo : La Presse canadienne / Charlie Riedel

Et comme l’année dernière, on pourra les voir dans le cadre de Rock the Rink, une tournée canadienne de spectacles où les patineurs exécutent leurs chorégraphies au son d’une musique jouée en direct par des groupes.

« L’année dernière, nous avons parcouru le Canada et nous avons pu entrer en contact avec nos supporteurs des 20 dernières années. C’est une façon pour nous de les remercier humblement. Nous sommes heureux de faire cette tournée du pays à nouveau. Nous avons pratiquement développé une dépendance à l’énergie de la foule ressentie dans de petits amphithéâtres. »

N’empêche, elle avoue s’ennuyer de la compétition, sans toutefois parler d’un retour.

« C’était notre standard de tenter de séduire les neuf juges et d’obtenir un bon pointage. Maintenant, notre satisfaction vient avec les applaudissements que nous recevons et l’électricité ressentie. Nous disposons maintenant de deux heures sur la glace au lieu de seulement quatre minutes. Et la distribution des patineurs est incroyable. C’est bien de ne plus avoir de pression de la compétition, mais il y en a tout de même une qui existe pour satisfaire le public. »

La tournée Rock the Rink fera escale à Laval le 14 novembre prochain.

(Avec les informations recueillies par Félix St-Aubin)

Patinage artistique

Sports