•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

L’élimination des champions au 1er tour, un immense défi pour les décideurs

Ils ont la tête basse sur la glace.
Les joueurs des Capitals dépités après leur élimination. Photo: Getty Images / Patrick Smith
Guy D'Aoust

BILLET - Quatre champions de division éliminés dès le premier tour des séries de la LNH. Des Capitals de Washington qui se traînent sur la patinoire pendant les deux périodes de prolongation d'un septième match. Flames et Lightning à court de solutions après une saison de domination. Pourquoi?

Ce « pourquoi » en comporte plusieurs. Les décideurs de la Ligue nationale tentent d’y répondre, chacun chez soi. Julien BriseBois, à Tampa, Brian MacLellan, à Washington, Brad Treliving, à Calgary, etc.

Et si, pour l’essentiel, tout ça était une question de préparation?

Le sommet

Atteindre le sommet au bon moment dans le sport, c’est un objectif inéluctable. C’est un concept présent dans toutes les phases de préparation des athlètes dans les sports individuels.

En athlétisme comme en natation, on ne veut pas battre le record du monde deux mois avant les Jeux olympiques. C’est aux Jeux que ça se passe. La progression est étudiée.

Du volume d’entraînement à la préparation psychologique, en passant par l’alimentation, on construit la performance. On la gère.

En équipe

Pour un sport d’équipe, le défi est multiplié. Comment conjuguer une vingtaine d’individualités dans un contexte collectif? C'est tout un défi! Et c’est celui que devront relever les dirigeants du hockey.

Je reviens aux Capitals et à leur performance en prolongation du septième match. C’était pathétique. Ils ne suivaient plus. Ils jouaient leur saison et les corps ne répondaient plus. Les Hurricanes étaient plus rapides, plus énergiques, plus mobiles. L’issue n’était qu’une question de temps.

McGinn (23) saute dans les bras de son capitaine.Brock McGinn (no 23) et Justin Williams (no 14) Photo : The Associated Press / Nick Wass

Physique

On parle ici de problème d’ordre physique. La préparation peut-elle y remédier? Sans doute. Faut-il gérer le temps d’utilisation des joueurs différemment? Toute la saison? Pendant les 20 derniers matchs? Pendant le septième match lui-même? Sans doute.

On n’a pas le droit d’arriver dans la dernière ligne droite sans essence. C’est impensable.

Psychologique

Le 6 avril, le Lightning était au sommet du monde. Le 16, il était éliminé. Il n’y a aucune explication qui tienne la route. Julien BriseBois et son état-major devront pourtant en trouver une.

Les joueurs du Lightning ont besoin d’être rassurés, relancés. Ils n’y ont rien compris et ne comprennent toujours pas.

Il a l'air triste devant les joueurs des Blue Jackets.Steven Stamkos l'air dépité devant les joueurs des Blue Jackets Photo : Getty Images / Mike Carlson

De l’aide

L’hécatombe chez les favoris dans les séries suscitera peut-être une orientation nouvelle. La plus probable est le recours à une préparation différente.

Préparation physique, préparation psychologique, suivi plus serré de l’une comme de l’autre, embauche de spécialistes ou d’un plus grand nombre de spécialistes.

Impensable?

Pas tant que ça.

Le hockey évolue. Au fil des ans, les habitudes changent. Par exemple, chaque équipe a son entraîneur des gardiens. Les sacro-saints trios défensifs ont disparu.

Dans ces changements, l’aspect tactique est la plupart du temps prédominant. Mais j’ai le sentiment que la préparation, la gestion et le contrôle des performances prendront de plus en plus de place.

C’est nécessaire. Ce sera complexe. Ce sera approximatif. Ce sera souvent en mode essai-erreur.

Voyons qui innovera. Et, surtout, qui innovera le mieux.

Hockey

Sports