•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un point tournant pour le hockey féminin

Ann-Sophie Bettez

Ann-Sophie Bettez

Photo : Crédit : Louis-Charles Dumais LCHF

Alexandra Piché

L'élimination surprise des Canadiennes par les Finlandaises en demi-finales du Championnat du monde, l'annonce de la fermeture de la Ligue canadienne : les dernières semaines ont été riches en émotions dans l'univers du hockey féminin. Un mot relie ces deux événements : évolution.

À peine rentrée de sa première expérience internationale avec la médaille de bronze au cou, l’attaquante Ann-Sophie Bettez a réussi à tirer du positif de ce voyage.

« C’est sûr qu’on s’en allait là en mission, mais quand je regarde avec un peu de recul, c’était une expérience enrichissante. J’ai beaucoup appris au cours des derniers jours en Finlande », a-t-elle indiqué.

C’était la première fois de l’histoire que le Canada était exclu de la finale du Championnat du monde de hockey féminin. Le match ultime a donc été disputé entre les Américaines et les Finlandaises, qui sont passées à un cheveu du triomphe, mais ont cédé la couronne aux Américaines sur une décision controversée de l'arbitre.

C’est sûr que le Canada et les États-Unis ont longtemps été des rivaux. Il faut maintenant s’attendre à ce que la Finlande soit parmi nous. Elles ont démontré qu’elles méritaient leur place dans les têtes de série. Elles ont appris de nous. Maintenant, pour nous, ça va être de pousser plus fort pour pas qu’elles nous rattrapent.

Ann-Sophie Bettez

« C’est un peu ce qu’on veut en tant qu’athlètes et que fans. On veut développer le hockey féminin. Après ce Championnat du monde, j’espère qu’il va y avoir encore plus de Finlandaises qui vont s’inscrire au hockey », a ajouté l’athlète de Sept-Îles.

Le tournoi a commencé d’une drôle de façon pour toutes celles qui jouaient dans la Ligue canadienne de hockey féminin. Seulement quelques jours après le coup d’envoi de l’événement, elles apprenaient que la LCHF fermait ses portes.

« Le fait que nous étions au Championnat du monde nous a permis de nous rallier avec des joueuses américaines, des joueuses de la Finlande et de tous les pays pour nous unir. Il faut faire de cette nouvelle-là un point tournant du hockey féminin et espérer apporter le hockey à un prochain niveau. Des fois, il faut faire un pas de recul pour trois en avant », a affirmé Bettez.

Le mot d’ordre des joueuses : « rester unies et développer quelque chose de solide pour la suite. »

Même s’il ne reste que six mois avant ce qui aurait été le lancement de la prochaine saison, Ann-Sophie Bettez ne s’inquiète pas pour son équipe. Elle croit qu’elle et ses coéquipières des Canadiennes de Montréal auront une ligue où jouer l’automne prochain.

C’est pas mal sûr qu’il va y avoir une équipe. Ce n’est pas une crainte. Il reste encore quelques mois avant que la saison recommence. J’ai confiance, je ne peux juste pas dire exactement ce que ça va être comme équipe.

Ann-Sophie Bettez

« Je ne peux pas croire avec les partisans, les bénévoles, les gens de l’entourage qu’il n’y aura pas d’équipe ici à Montréal. On est tellement une ville extraordinaire et quand on regarde l’équipe qu’on avait avec la ligue canadienne, c’était l’une des plus décorées. Même les joueuses qui jouaient contre nous nous disaient que c‘était toujours le fun venir à Montréal », a-t-elle expliqué.

Avant sa fermeture, la LCHF partageait le marché du hockey féminin avec son homologue américain, la NWHL. La présence de deux ligues en Amérique du Nord faisait jaser et des discussions avaient été entamées pour rallier les forces au sein d’une même entité. Est-ce une option qui sera envisagée par les joueuses?

« C’est sûr que ce qu’on veut, c’est de développer le hockey féminin. D’avoir deux ligues, ce n’était pas nécessairement la chose idéale à faire. Maintenant, on a peut-être l’occasion d’aligner les troupes et d’en faire une ligue, ce qui était le but ultime. Est-ce que ça va être la ligue des États-Unis qui va avoir une expansion? Est-ce que ça va être une toute nouvelle ligue qui va commencer? Ça, je n’en ai aucune idée. Ce qui est important, c’est qu’on est vraiment dans un point tournant de l’histoire et, selon moi, c’est pour le mieux. Pour aller chercher le meilleur pour les générations à venir », a expliqué Bettez.

Les joueuses se donnaient quelques jours pour retomber sur leurs pattes à leur retour de l’Europe avant de se réunir pour parler solutions. Des réunions devraient se tenir dans les prochaines semaines.

Hockey féminin

Sports