•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mikaël Kingsbury en lice pour un 7e Maurice d’affilée

Mikael Kingsbury a encore la rage de vaincre
Mikael Kingsbury a encore la rage de vaincre Photo: Radio-Canada / Maxime Rousseau
Antoine Deshaies

Les années se suivent et se ressemblent pour Mikaël Kingsbury. Le bosseur, double champion du monde en 2019, est encore une fois en nomination au gala de SportsQuébec pour le prix d'athlète masculin niveau international.

Il a remporté le Maurice lors des six derniers galas. Le fondeur Alex Harvey et le patineur de vitesse Charles Hamelin sont les autres finalistes dans cette catégorie qui récompense les performances de l’année 2018, en excluant les Jeux de Pyeongchang.

« C’est un bel honneur encore une fois d’être en nomination aux côtés d’athlètes comme Charles et Alex, a dit Kingsbury, présent lors de l’annonce des 57 finalistes à Montréal. J’ai l’impression qu’on devrait tous gagner. »

La concurrence sera forte, puisque les deux titres de champion du monde remportés par Kingsbury cet hiver n’auront pas de poids dans la balance pour les prix cette année. Ils seront seulement considérés pour les prix de l’an prochain.

En 2018, Kingsbury s’est « contenté » de remporter quatre épreuves de la Coupe du monde, deux globes de cristal et le titre de l’athlète de l’année au Canada.

Charles Hamelin, lui, a remporté le titre de champion du monde devant son public à Montréal, tandis qu’Alex Harvey a notamment pris le 3e rang du Tour de ski.

Les finalistes au prix de l’athlète féminine internationale sont la patineuse Kim Boutin, la paranageuse Aurélie Rivard et la canoéiste Laurence Vincent-Lapointe, double championne du monde.

D’ici au 46e gala SportsQuébec, le 8 mai, Mikaël Kingsbury reprendra l’entraînement sur la neige à la fin du mois d’avril, à Whistler. Il n’a pas quitté le pays depuis la fin de sa saison.

« Je suis au gymnase chaque matin, mais je passe du bon temps avec ma famille et mes amis à Montréal et à Deux-Montagnes, confie Kingsbury. Je me suis aussi fait enlever les dents de sagesse et j’en ai eu pour dix jours à m’en remettre. »

Le baseball féminin à l’honneur

La joueuse de baseball Daphnée Gélinas s’est aussi démarquée en 2018. Elle aidé l’équipe canadienne à remporter la médaille de bronze à la Coupe du monde.

Gélinas a notamment frappé un circuit de trois points lors du match pour la médaille de bronze. Elle a conclu le tournoi avec une moyenne au bâton de ,409. Elle est en nomination pour le Maurice remis à l’athlète en sport collectif au niveau international.

« C’est une très belle nomination et je ne m’y attendais pas, a dit la joueuse d’avant-champ. Les gens de Baseball Québec me disaient que c’est la première fois qu’il y a une athlète féminine en baseball nommée dans cette catégorie-là. »

Le baseball féminin en est encore à ses balbutiements au Québec. Gélinas doit d’ailleurs encore jouer dans des équipes masculines à l’exception des matchs disputés au Championnat canadien ou avec l’équipe nationale.

« On voit qu’il y a une évolution et un progrès pour notre sport, ça s’en vient, croit Gélinas. Le baseball masculin sera de retour aux Jeux de Tokyo en 2020 et j’espère que les femmes suivront dans les prochaines années. Déjà, il commence à y avoir des petites ligues féminines au Québec chez les moustiques et les atomes. »

Gélinas est en nomination avec le joueur de volleyball Nicholas Hoag et Mathieu Roy, athlète en softball.

Ski acrobatique

Sports