•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ajax d'Amsterdam déjoue tous les pronostics en Ligue des champions

Matthijs de Ligt, de l'Ajax, glisse à genoux sur le terrain.

L'Ajax célèbre sa victoire sur la Juventus de Turin.

Photo : Getty Images / Michael Steele

Agence France-Presse

Guidé par son attaque, l'Ajax d'Amsterdam a atteint le carré d'as de la Ligue des champions, mardi, près d'un quart de siècle après son dernier titre européen.

L'exploit de l'Ajax, qui a gagné son match retour 2-1 contre la Juventus à Turin (3-2 au total des buts), fait la une des journaux néerlandais et des quotidiens partout en Europe.

Trois ans après le décès de sa plus grande vedette, Johan Cruyff, l'Ajax a retrouvé son lustre perdu depuis 1997, année où son parcours s’est arrêté en demi-finales.

Victime de l’arrêt Bosman, qui a déréglementé les transferts de joueurs et précipité le départ des meilleurs espoirs de son académie, l’équipe néerlandaise a réussi l’improbable avec un budget estimé à 100 millions d'euros (150 M$ CA). Cette marge de manœuvre est de cinq à sept fois inférieure à ses adversaires.

« On construit un club, on a un plan. On a une philosophie, une structure, ça se développe. Petit à petit, on avance », a mentionné après la victoire l'entraîneur Erik ten Hag.

Après avoir tenu tête au Bayern de Munich en phase de groupe, l’équipe menée par son capitaine de 19 ans, Matthijs de Ligt, a surpris tout le monde avec un gain en huitièmes de finale sur le Real Madrid. La formation espagnole était sortie gagnante des trois éditions précédentes.

L’Ajax a récidivé mardi avec sa victoire en Italie. La Vieille Dame était pourtant l'une des favorites pour remporter les honneurs, surtout depuis l’acquisition du joueur vedette Cristiano Ronaldo.

« Je pense qu'on aurait dû en marquer cinq », a même déclaré l'auteur du but égalisateur, Donny van de Beek, après la rencontre.

Peut-être une dernière occasion

Avec les départs prévus de Frenkie de Jong (21 ans), qui se joindra au FC Barcelone l'été prochain, ou encore de Ziyech et de Ligt, l’Ajax pourrait attendre longtemps avant d’aspirer de nouveau au titre en C1.

« Nous voulons conserver cette équipe, mais nous connaissons le pouvoir financier des grands clubs », a admis le directeur général de l’équipe, Edwin Van der Sar.

« Si nous jouons bien, c'est normal que des joueurs partent. Nous ne sommes pas comme le Real, Barcelone, la Juventus ou [Manchester] City. Nous sommes dépendants de l'économie du foot, dit Erik ten Hag. Mais nous sommes créatifs pour avoir une équipe bien équilibrée. Nous jouons toujours avec une philosophie et ce sera pareil les années à venir. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports