•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Marieville au sommet de la WWE, Kevin Owens demeure humble

De Marieville au sommet de la WWE
Meeker Guerrier

Qui n'a jamais entendu parler de Hulk Hogan, Dwayne « The Rock » Johnson ou Ronda Rousey? Parmi ces étoiles de la World Wrestling Entertrainment (WWE) du présent et du passé, un Québécois de Marieville a fait sa place : Kevin Steen, mieux connu sous son nom de lutteur Kevin Owens.

Avant d’être une vedette de la WWE, le plus populaire circuit professionnel dans le monde, Kevin Owens est d’abord et avant tout un amateur de lutte. Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de cet athlète de 34 ans, il faut savoir qu'avant même l'adolescence Owens savait qu’il voulait vivre de sa passion.

Il a presque tout sacrifié pour réussir, sauf sa famille.

Depuis l’âge de 11 ans, mes parents sont derrière moi, ils ont vécu les hauts et les bas. C’est arrivé qu’on me coupe le chauffage parce que je ne pouvais pas payer, parce que ma carrière de lutteur avant la WWE n’allait pas bien. Pourtant, ma femme ne m’a jamais demandé d’arrêter et de trouver un métier qui était plus stable.

Kevin Steen, alias Kevin Owens, lutteur de la WWE

À elle seule, cette anecdote résume bien la personne qu’est Kevin Owens. Malgré le succès, il demeure humble, les deux pieds bien ancrés au sol.

« C’est sûrement grâce à l’éducation de mes parents », dit-il, avant d’ajouter qu’il doit parfois se pincer pour réaliser tout ce qui lui arrive depuis qu’il s’est joint à la WWE il y a un peu plus de quatre ans.

Pour lui, le plus important est qu'il peut mener sa carrière de rêve, tout en ayant fondé une famille.

« Même si je me fais reconnaître à cause de mon métier, c’est encore bizarre pour moi. Parfois, je vais au restaurant en famille, et c’est ma femme qui doit me dire que les gens à côté veulent prendre une photo avec moi ou me parler. Pour moi, c’est encore bizarre. »

Ses racines font également sa fierté. Même s’il habite maintenant en Floride, il reste très attaché au Québec et au Canada. Il insiste pour se faire présenter durant les galas de la WWE comme un lutteur de Marieville, malgré le fait qu'il n’y habite plus depuis un bon moment.

Son personnage se présente régulièrement sur le ring en arborant des t-shirts aux couleurs du Canada, du Québec ou même du Canadien de Montréal, comme cela avait été le cas lors de ses deux dernières visites au Centre Bell.

Un autre élément qui rend Owens spécial aux yeux des amateurs d’ici comme ailleurs, c’est l’appréciation des vétérans, les lutteurs qu'il a admirés pendant des années.

La WWE lui a permis de reprendre une manœuvre d’une légende du circuit américain, Stone Cold Steve Austin. Cette manœuvre, appelée le Stone Cold Stunner, est en quelque sorte la signature de Steve Austin qui a officiellement pris sa retraite en 2003.

Il a accepté qu’Owens l'utilise durant ses combats, après que le Québécois lui eut demandé sa bénédiction.

Pour illustrer l’importance de cette approbation du circuit et du lutteur, il explique que c’est l’équivalent d’un joueur de hockey qui demanderait la permission de porter un numéro retiré.

Kevin Owens reprend une manœuvre d’une légende du circuit américain

L’incontournable question du traitement des lutteurs

Impossible de parler à Kevin Owens sans revenir sur le traitement réservé aux lutteurs. Au cours des dernières années, l’épineuse question des décès prématurés d’anciens de la WWE a fait la manchette.

Plus récemment, l’animateur John Oliver y est allé de sévères critiques envers l’organisation dans son émission Last Week Tonight with John Oliver.

Dans un discours enflammé, il a reproché à la WWE de négliger la santé physique, mentale et financière de ses lutteurs, en plus de les laisser sans soin de santé après une carrière où ils ont sacrifié leur corps pour le spectacle.

Pour Kevin Owens, les choses ont beaucoup changé à la WWE.

« C’était peut-être vrai dans le passé, mais tout ce que je vois depuis que je suis à la WWE, ce sont des gens qui sont là pour nous. On a des physiothérapeutes et des médecins à notre disposition sans arrêt. Si on a un problème, on leur dit et il s’occupe de nous comme n’importe quel patient dans n’importe quelle clinique. On est très bien encadrés et très bien soutenus. Je n’ai aucune inquiétude face à mon futur. »

Quand j’étais sur la scène indépendante, j’étais beaucoup plus inquiet de la suite des choses si je me blessais durant le combat, que je le suis en ce moment. Si je me blesse durant un combat ou même à l’extérieur du ring et que je suis encore sous contrat, je sais qu’on va s’occuper de moi. La vérité, c’est que je me sens plus en sécurité par rapport à ma santé et ma vie en ce moment que je ne l’ai jamais sentie auparavant. 

Kevin Steen, alias Kevin Owens, lutteur de la WWE

Disons qu’Owens, qui sera en action au Centre Bell lundi ou mardi, peut difficilement être plus convaincant parce qu'il revient justement d’une absence de plusieurs mois en raison d'une opération à un genou.

Lutte

Sports