•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyclisme sur piste : Victor Campenaerts s'attaque au record mondial de l'heure

Il en position aérodynamique.
Victor Campenaerts en action lors des mondiaux à Innsbrück, en Autriche, en 2018. Photo: Getty Images / Justin Setterfield
Agence France-Presse

Faire mieux que Bradley Wiggins : c'est le but du champion d'Europe du contre-la-montre, le Belge Victor Campenaerts. Il s'attaquera mardi au record de l'heure du Britannique (54,526 km) en profitant de l'altitude de la piste miracle d'Aguascalientes, au Mexique.

« J'ai énormément de respect pour Bradley Wiggins et je ne pense pas être un meilleur athlète que lui », affirmait au début de sa préparation le double champion d'Europe du contre-la-montre.

Mais, ajoutait-il, « j'ai bien progressé ces dernières années et je fais attention à tous les détails, donc j'espère avoir une chance d'améliorer le record ».

Ses progrès?

Ils sont confirmés par les résultats, sa médaille de bronze du contre-la-montre des derniers Championnats du monde en septembre, à Innsbruck, et sa victoire à la mi-mars dans le contre-la-montre de la Classique Tirreno-Adriatico.

Les détails?

L'opération est préparée depuis plusieurs mois. Un premier test sur une demi-heure fin septembre à Granges, en Suisse, l'a convaincu de la viabilité du projet.

Campenaerts a suivi un stage de deux mois en altitude, en Namibie, avant Tirreno-Adriatico. Il est arrivé au Mexique à la fin mars afin de s'entraîner assidûment, « des milliers de tours » dit-il, sur l'anneau d'Aguascalientes pour effectuer les bons choix techniques, notamment de braquet.

« Le rythme doit demeurer confortable afin de pouvoir maintenir sous contrôle le rythme cardiaque et la respiration, explique le Belge, qui table sur 100 à 102 tours de pédalier à la minute. Wiggins était formé à la piste, il tournait à 104 rotations par minute, le rythme le plus élevé de toutes les tentatives modernes de record de l'heure. »

L'avantage de l'altitude?

Par rapport au Britannique, vainqueur du Tour de France et quintuple champion olympique, le Belge mise sur les effets de l'altitude et affirme s'être bien adapté au décalage horaire et à l'altitude. « J'ai bien dormi. Aguascalientes se trouve à 1800 m d'altitude, mais la nuit, je dors sous une tente hyperbare à une altitude simulée de 3000 m, je dois laisser le temps à mon corps de s'acclimater. »

Campenaerts a prévu utiliser un vélo fabriqué spécialement par le constructeur Ridley, sans changement de vitesse ni freins, avec roues pleines et un guidon étroit pour un gain aérodynamique. Le cadre a été réalisé pour que le coureur ait une position identique à celle qu'il adopte sur route.

Si aucun record de l'heure masculin n'a encore été battu à Aguascalientes, située à quelque 500 km au nord-ouest de Mexico, la piste de 250 m est considérée comme ultrarapide. Couverte, et protégée du vent, elle a déjà été le théâtre de plusieurs records sur d'autres distances.

Pour dépasser la performance de Wiggins réalisée à Londres en 2015, Campenaerts doit boucler un peu plus de 218 tours en 60 minutes. Soit une moyenne de près de quatre tours par minute. En tenant compte du temps nécessaire pour atteindre sa vitesse de croisière.

Une équipe (entraîneur, médecin spécialiste en altitude, ostéopathe, mécanicien, préparateur physique) est présente avec lui pour qu'il devienne le premier Belge, depuis l'exploit du légendaire Eddy Merckx à Mexico, en 1972, à inscrire son nom sur les tablettes du prestigieux record.

Cyclisme

Sports