•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il n'y a rien de facile dans les séries éliminatoires, rappelle P.K. Subban

P.K. Subban (au centre) exprime sa joie après avoir vu son coéquipier Craig Smith marquer en prolongation.
P.K. Subban (au centre) exprime sa joie après avoir vu son coéquipier Craig Smith marquer en prolongation. Photo: Getty Images / Frederick Breedon
Radio-Canada

Peu de temps après avoir célébré le but vainqueur de Craig Smith en prolongation, P.K. Subban a compris quelque chose au sujet de la série entre les Predators de Nashville et les Stars de Dallas.

« Il n'y a pas de présence facile, pas de match facile et pas de jeu facile, a-t-il dit. C'est une vraie bataille sur glace. »

Subban et les Predators ont eu besoin d'une prolongation pour égaler les chances à 1-1 dans leur série face aux Stars, tandis que l'Avalanche du Colorado a profité d'un but de Nathan MacKinnon en période supplémentaire pour réussir la même chose contre les Flames de Calgary.

Dans l'Est, les Capitals de Washington ont eu besoin d'une prolongation pour prendre l’avance 2-0 face aux Hurricanes de la Caroline, tandis que les Bruins de Boston ont répliqué coup pour coup aux Maple Leafs de Toronto pour égaliser la série 1-1.

Aucune de ces séries de premier tour sera facile même pour les Capitals, qui devront jouer à Raleigh lundi dans le premier match de séries à domicile des Hurricanes en une décennie.

« C'est une équipe qui ne baisse jamais les bras », a dit l'entraîneur-chef des Capitals, Todd Reirden, au sujet des Hurricanes.

Pour leur part, les Bruins ont montré lors du deuxième match contre les Maple Leafs qu'ils n'allaient pas être une proie facile. Les Torontois pourraient être privés du centre Nazem Kadri, qui devra participer à une audience avec le département de la sécurité des joueurs après avoir donné un double-échec à la tête de Jake DeBrusk.

Kadri avait été suspendu pour trois parties pour avoir donné de la bande à Tommy Wingels quand les deux équipes avaient croisé le fer le printemps dernier. La rivalité entre les deux équipes est intense.

« Il y a beaucoup d'émotions en fin de match, et c'est ça le hockey des séries, a dit l'attaquant des Bruins Brad Marchand. Les deux équipes vont jouer du hockey axé sur l'aspect physique d'ici la fin de la série. »

Un bon coup d'épaule ici ou là peut faire tourner le vent dans une série. Celle entre les Stars et les Predators demeure imprévisible avant la troisième rencontre, lundi, à Dallas. Les deux premiers matchs ont été décidés par un but et les joueurs s'attendent à ce que les défenses continuent d'avoir le dessus.

« Le jeu n'est pas aussi ouvert qu'en saison, a noté le gardien des Stars Ben Bishop. Tout le monde termine ses mises en échec et donne son 110 %. Les équipes ne vont pas échanger les chances de marquer. »

Bishop ne regarde apparemment pas la série entre l'Avalanche et les Flames, où les équipes ont accumulé les occasions de marquer dans le deuxième match après que le gardien des Flames Mike Smith eut réussi un jeu blanc dans la première rencontre.

Menée par MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen, l'Avalanche a les outils pour répliquer aux assauts des Flames lors de la troisième partie, lundi, à Denver.

« Nous avons toujours cru en nos moyens, a dit l'attaquant de l'Avalanche Matt Nieto. Peu importe si nous sommes en retard en fin de match ou que nous affrontons un gardien sur une bonne séquence, nous savons que nous pouvons battre cette équipe. Nous sommes heureux de rentrer chez nous avec une égalité de 1-1 dans la série. La foule sera bruyante au Pepsi Center et nous aurons l'occasion de prendre les commandes de la série. »

Hockey

Sports