•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clifford Starke confirme son intention d'acheter les Alouettes de Montréal

Les nouveaux uniformes des Alouettes
Les nouveaux uniformes des Alouettes Photo: Alouettes de Montréal
Radio-Canada

L'homme d'affaires montréalais Clifford Starke a confirmé jeudi son intention d'acheter les Alouettes.

Dans un communiqué, le chef de la direction de Hampstead Private Capital dit être prêt à faire tout ce qu’il faut pour arriver à ses fins.

« Dans une période d’incertitude quant à l’avenir des Alouettes, j’aimerais formellement annoncer mon intention de franchir toutes les étapes pour acheter l’équipe, quelles que soient ces étapes, tout en respectant le processus de la Ligue canadienne de football. C’est mon désir et mon objectif de ramener la Coupe Grey à Montréal », peut-on lire.

En tant que partisan, je ne veux rien d’autre que le meilleur pour l’équipe et les meilleurs partisans de la LCF.

Clifford Starke

Il raconte avoir assisté à la domination des Alouettes au cours de sa jeunesse et se remémore le défilé de la Coupe Grey en 2002.

Le Montréalais de 35 ans évoque ses souvenirs de jeunesse et son amitié avec Brad Smith, fils de Larry Smith, ancien président de l'équipe. Brad Smith, un ancien receveur de passes des Argonauts de Toronto et des Eskimos d’Edmonton, agit comme consultant auprès de son groupe d’investisseurs

« J’ai eu le privilège de vivre une expérience directe des jours glorieux de l’ère moderne des Alouettes, raconte-t-il. J’étais un ami d’enfance de Brad Smith. J’ai pu assister, dans mes années formatrices, à la puissance de l’organisation, non seulement dans le stade, mais aussi dans la communauté du Québec. Je m’assoyais aux côtés de l’icône qu’est Larry Smith en rêvant d’être Michael Soles et Ben Cahoon. J’ai assisté pendant des heures au défilé de la Coupe Grey en 2002 avec 1 million d’autres Québécois, fiers partisans des Alouettes. »

« Les prochaines étapes doivent être prises rapidement, avec le repêchage très bientôt et le camp d’entraînement pas loin derrière, a dit Smith dans une entrevue téléphonique à Radio-Canada.

« M. Starke et son groupe veulent explorer toutes les possibilités. L’échéancier n’est pas vraiment un problème, que ce soit en 2019, au milieu de la saison ou l’an prochain. À ce stade-ci, c’est une transaction d’affaires, nous devons nous pencher sur l’état de l’équipe, bien comprendre sa situation et prendre la meilleure décision à partir de là. Il y a beaucoup d’incertitude, alors nous devons mettre les choses au clair d’abord. »

« M. Starke est un amateur convaincu des Alouettes depuis longtemps, c’est quelqu’un qui a grandi à Montréal et qui veut y revenir pour aider l’équipe. Il était aux premières loges pour voir les années de gloire des Alouettes, pour voir comment Montréal, le Québec et la LCF ont réagi à ce que la formation a accompli à la fin des années 90 et au début des années 2000. »

Dans son communiqué, Clifford Starke, qui a été consultant ou dirigeant pour 15 compagnies, ajoute quelques lignes au sujet de son parcours en affaires et sur ses ambitions quant à sa nouvelle quête.

En affaires, avec mes partenaires, nous avons eu du succès dans différentes entreprises et nous possédons la feuille de route et l’expertise pour stabiliser la franchise et amorcer la reconstruction d’une équipe championne.

Clifford Starke

L’Américain Robert Wettenhall est l’actuel propriétaire des Alouettes depuis 1997. Malgré les récentes rumeurs, il n’a jamais confirmé que l’équipe était à vendre.

Dans un communiqué, la LCF a confirmé que la famille Wetenhall est toujours propriétaire de l'équipe, et qu'elle travaille de concert avec elle pour que l'organisation reste sur une base solide.

À la tête d’un groupe d’investisseurs, l’ancien joueur Éric Lapointe s’était dit intéressé à faire l’acquisition des Alouettes. La semaine dernière, il a toutefois retiré ses billes.

La résilience de la LCF

Peu importe qui sera propriétaire des Alouettes, l'avenir du football canadien n'est pas menacé par le retour imminent de la XFL, selon Brad Smith. « Regardez ce qui s'est passé avec l'Alliance of American Football. Ils ont investi 250 millions de dollars, ils ont perdu 70 millions et ils n'ont même pas pu finir leur première saison. »

« La LCF a 105 ans de hauts et de bas. Vous pouvez parler du climat actuel du football tant que vous voulez, mais c'est l'une des ligues les plus résilientes au monde, avance Smith. Que ce soit la décision peu populaire de mon père de faire une expansion aux États-Unis pour l'afflux de fonds ou les années de gloire du début des années 2000, avec deux des plus grands passeurs du football en Damon Allen et Anthony Calvillo, la LCF est un modèle de résilience et les Canadiens ont beaucoup d'admiration pour le produit.

« De la même façon, même si le paysage sportif peut changer dans les prochaines années, avec les rumeurs d'un retour du baseball majeur, ça n'a rien à voir avec la viabilité du football professionnel à Montréal. Regardez les grandes organisations sportives dans le monde, même dans des marchés saturés comme Boston ou Chicago, elles font leur place. Les gens vont donner leur attention au bon produit sur le terrain. C'est ça la clé. »

« Présentez bien l'équipe et surtout, rendez les joueurs accessibles. Je pense que c'était un élément important de la popularité des Alouettes dans les années 2000 », conclut-il.

Football

Sports