•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ignacio Piatti ratera le match d'ouverture de l'Impact

Ignacio Piatti échappe au tacle du défenseur Harold Cummings des Earthquakes de San José

Photo : The Associated Press / Tony Avelar

Radio-Canada

Après six matchs à l'étranger, l'Impact retrouvera finalement la pelouse du stade Saputo, samedi après-midi, contre le Crew de Columbus. Mais c'est sans Ignacio Piatti que le onze montréalais renouera avec ses partisans.

C’est ce que l’entraîneur-chef Rémi Garde a confirmé jeudi matin. Blessé, le milieu argentin n'a toujours pas foulé le terrain avec ses coéquipiers depuis la rencontre du 16 mars à Orlando. Il a raté les trois derniers matchs du club, une défaite de 7-1 contre le Sporting de Kansas City, et des nulles de 0-0 contre New York City FC et D.C. United.

Piatti a subi un contact avant de chuter dans la surface de réparation en deuxième mi-temps du match contre l'Orlando SC. Il est ennuyé par une blessure au genou droit.

« Sa progression est plus lente que prévu », a indiqué Garde.

Il a aussi mentionné que des examens complémentaires seront effectués au début de la semaine prochaine. Il n'a pas dit si la blessure était plus sérieuse que ce qui avait été anticipé.

Le Crew de Columbus se présentera au stade Saputo avec une fiche de 4-1-1 pour un total de 13 points, la meilleure dans l'Est. L'équipe a gagné ses deux dernières rencontres et n'a accordé que quatre buts, sept de moins que l'Impact (2-2-2). Les deux formations ont marqué sept buts en six matchs.

Enfin un match à domicile

Après avoir récolté 8 points en 6 matchs sur la route, trois de moins que pendant toute la saison 2018, joueurs et entraîneurs sont conscients du danger d’un relâchement à leur retour à domicile. Rémi Garde a pris toute la responsabilité de la préparation sur ses épaules.

« Je vais faire en sorte qu’il n’y ait pas de relâchement, a-t-il dit. Mais je ne pense pas que les joueurs soient dans cet état d’esprit. On a pour l’instant communié avec nos fans que dans des salles fermées ou avec des partenaires. Les joueurs auront envie de sentir le soutien des partisans. »

Selon Samuel Piette, pour éviter le relâchement, le Bleu-blanc-noir devra changer son approche sur le terrain.

Enfin un match à domicile

« Je pense qu’à domicile, il faut être un peu plus imposant dans notre jeu, un peu plus en confiance, surtout avec le ballon, a lancé le milieu québécois. À New York et à Washington, on avait tendance à laisser l’adversaire avoir le ballon, alors que nous avions un bloc compact qui les empêchait de pénétrer entre les lignes et on a très bien fait ça. À domicile, il faut contrôler le jeu et surtout le rythme du jeu et être plus agressif à l’attaque. »

Qui dit premier match à domicile dit aussi terrain et météo différents. Pour la première fois depuis son entrée en MLS, l’équipe montréalaise ne jouera pas son match d’ouverture sous le toit du stade olympique, mais bien au grand air au stade Saputo.

Bien que cela vient avec des avantages, comme celui de jouer sur du gazon naturel plutôt que synthétique, l’état de cette pelouse est justement une autre préoccupation, surtout avec les chutes de neige de la dernière semaine. La température samedi devrait être clémente, autour de 16 degrés Celsius, mais il y a lieu de se demander dans quel état sera le terrain.

Garde ne s’en préoccupe pas et a même trouvé le moyen de badiner en faisant référence au terrain du Yankee Stadium, où l'on pouvait observer des sections complètes de la pelouse se détacher en plein match, samedi dernier.

On a vu des images de la tempête de neige quand on était à Washington. Le club fait tout ce qu’il faut pour que le terrain soit prêt. La journée sera belle au niveau de la météo. J’espère que ce sera dans les meilleures conditions possible. Ceci étant dit, quand on a joué au Yankee Stadium, on peut presque jouer n’importe où.

Rémi Garde

Novillo revient sur l’incident du passeport égaré

Harry Novillo a rencontré pour la première fois les journalistes montréalais depuis qu’il a raté le match à Kansas City parce qu’il a égaré son passeport. Le milieu français a expliqué que ce qui s’est dit entre l’entraîneur et lui demeurerait confidentiel. Quand on lui a demandé s’il était déçu de ne pas avoir pu jouer, il a été tout aussi bref.

« C’est surtout de la frustration. Je suis frustré de ne pas avoir pu aider mes coéquipiers, a-t-il dit. Mais le passé reste le passé. L’important, c’est que je sois disponible pour le groupe. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports