•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La combinaison gagnante pour Sébastien Toutant

La combinaison gagnante pour Sébastien Toutant
Radio-Canada

Le planchiste Sébastien Toutant déborde de projets au terme d'un premier hiver où il a allégé son horaire de compétition, au profit de la création de contenus vidéo le mettant en vedette. Une décision mûrement réfléchie qui pourrait lui être très utile en prévision des Jeux olympiques d'hiver de Pékin en 2022.

Le médaillé d'or aux Jeux de Pyeongchang au grand saut (big air) a mis un trait sur quelques compétitions mineures la saison dernière pour alimenter en vidéos sa chaîne YouTube.

Il s'est limité à quelques grands rendez-vous, dont les X Games, où il a terminé au pied du podium en slopestyle et en grand saut.

« Je ne veux pas arrêter de participer à des épreuves, mais prendre deux saisons à faire plus de projets vidéo que de compétitions risque de me donner la motivation de me relancer dans un parcours compétitif, souligne-t-il. Je suis quelqu'un qui performe avec le plaisir. Si j'ai l'excitation d'accomplir quelque chose, ça va me donner la fougue pour performer. »

Sébastien Toutant juge que son horaire de compétitions allégé lui a permis de retrouver le plaisir de pratiquer son sport, et surtout de « changer le mal de place ».

Las du cadre plus contraignant des épreuves jugées, il compte d'ailleurs répéter l’exercice la saison prochaine. Pour lui, la compétition et la production de capsules vidéo sont complémentaires.

« Je suis un gars qui adore compétitionner, mais quand je ne fais que ça, il me manque quelque chose », ajoute Toutant.

Il reconnaît que la compétition a pris trop de place au cours des deux derniers hivers, et c'est pourquoi il désire s'en éloigner pour quelque temps.

« Je ne tire pas un trait sur les compétitions, loin de là, précise-t-il. Je suis un gars qui performe sur le fun. Plus j’ai du plaisir, plus je performe. Donc, si j’ai l’excitation de compétitionner, je vais avoir la drive de vouloir gagner. »

Sébastien ToutantSébastien Toutant Photo : The Associated Press / Liz Copan

Depuis maintenant deux mois, les gens qui s’intéressent au parcours de l'athlète de 26 ans peuvent savourer les coulisses de sa carrière grâce à son nouveau vlogue, qu'il alimente deux fois par mois. Au menu des premières publications : une fête sur le campus de l’Université Bishop's, les coulisses d’un tournage à Philadelphie dans les marches gravies par Sylvester Stallone dans le film Rocky et une séance d’entraînement à Montréal.

« Ce n'est pas de faire un projet vidéo super professionnel […], c’est de montrer toutes les petites péripéties de la vie de tous les jours […] pour que les gens se sentent avec nous », explique Toutant.

Sébastien Toutant souhaite gagner en popularité et établir un contact plus direct avec ses supporteurs, et aussi faire rayonner la culture de son sport, toujours méconnue du grand public.

Il compte poursuivre son association avec son ami et caméraman Mathieu Cowan, de Sunset Films, pour la production de vidéos plus léchées, comme celles produites sur le mont Royal, à Montréal, et qui ont fait le tour du monde.

Ouvrir ses horizons

Si 2019 a jusqu’à présent permis à Toutant d’explorer de nouvelles avenues dans le domaine de la planche à neige, il ne compte pas s’arrêter à sa discipline pour accroître sa visibilité.

Étant déjà épaulé par d’importants commanditaires comme Red Bull, Oakley et O’Neill, le planchiste compte profiter de cette notoriété pour présenter, en compagnie d’athlètes professionnels de divers milieux, du contenu vidéo où il sera possible de le voir pratiquer d’autres sports.

« J’ai la chance d’être commandité par des marques qui couvrent une multitude de sports. J’aime également faire autre chose que de la planche à neige », mentionne celui qui affectionne particulièrement le tennis, le golf et le hockey. D’ailleurs, pas question de prendre de pause estivale.

Samedi, Sébastien Toutant fera un arrêt à la station de ski La Réserve, à Saint-Donat, pour assister au Red Bull Sledhammers, une compétition de motoneige qui marie vitesse et acrobaties.

Il s’envolera ensuite vers Aspen, au Colorado, pour participer à un camp organisé par Red Bull. Il souhaite y peaufiner de nouvelles figures en vue de la prochaine saison.

Puis, le planchiste prendra un congé de deux mois avant de reprendre la compétition.

« J’en profite pour décrocher, mais aussi pour faire de l’entraînement au gym et soigner les petites blessures afin de recommencer la prochaine saison du bon pied », conclut Toutant.

Surf des neiges

Sports