•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Les joueuses méritent mieux » : la fin de la LCHF expliquée par sa commissaire

Ils sourient.
Jayna Hefford aux cotés de Gary Bettman au moment de l'intronisation de l'ancienne membre de l'équipe féminine du Canada au Temple de la renommée, en novembre 2018 Photo: The Canadian Press / Nathan Denette
Radio-Canada

Dissoudre la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) a été très difficile, mais représentait la seule décision responsable à prendre parce que « les joueuses méritent mieux », selon sa commissaire Jayna Hefford.

Dans un communiqué publié dimanche, elle annonçait que la ligue mise sur pied en 2007 cesserait ses activités le 1er mai parce que son modèle économique s’avérait inadéquat. La ligue fonctionnait comme un organisme à but non lucratif et était propriétaire des six équipes.

Sammy Jo Small, cofondatrice de la LCHF et directrice générale des Furies de Toronto, a indiqué que les dirigeants des équipes auraient pu aider à maintenir le circuit en vie si on les avait informés des ennuis.

« Jamais au courant de la saison ne m’a-t-on demandé de générer plus d’argent ou d’en dépenser moins. D’où la confusion. C’est tellement un choc quand on sait que l’on aurait pu faire les choses différemment », a dit Small.

La commissaire Hefford ne croit toutefois pas qu’une réduction des dépenses aurait changé quoi que ce soit.

« Nous voulons que notre sport se développe. L’idée de freiner notre croissance n’est pas une option viable. Nous croyons que les joueuses méritent plus et nous pensons qu’il doit y avoir quelque chose de mieux pour elle », a-t-elle expliqué en entrevue, mardi matin, à la radio de CBC à Ottawa.

« Il existe un grand nombre d’organisations qui ont manifesté leur soutien et exprimé leur désir de voir le hockey féminin continuer de grandir, a-t-elle poursuivi. À travers tout cela, notre espoir est de voir ces organisations faire des gestes concrets afin d’assurer cette croissance. »

« Décevant et très difficile »

Hefford, qui a elle-même joué dans la LCHF, estime que cette ligue a permis à de jeunes filles de partout au pays de voir du hockey féminin professionnel, en plus d'avoir aidé le programme féminin de Hockey Canada.

« C'est décevant et très difficile, a-t-elle confié au sujet de la fin des activités du circuit. Mais d'un autre côté, je suis optimiste pour l'avenir. Il y aura des occasions qui émergeront de cela. Nos joueuses méritent mieux. »

La Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) a annoncé plus tard mardi qu'elle avait le feu vert de ses gouverneurs pour l'ajout de deux équipes d'expansion l'an prochain, à Montréal et à Toronto.

« Aujourd'hui, aucune équipe ayant pris part à la saison 2018-2019 de la LCHF n'a entamé des négociations pour se joindre à la NWHL », ont indiqué dans un communiqué commun les six anciennes directrices générales de la LCHF et Danièle Sauvageau, entraîneuse associée avec les Canadiennes de Montréal.

Avec les informations de CBC

Hockey féminin

Sports