•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey féminin : Canada et États-Unis, éternelles favorites du Championnat du monde

Dani Cameranesi, Mélodie Daoust et Emerance Maschmeyer
Dani Cameranesi, Mélodie Daoust et Emerance Maschmeyer Photo: La Presse canadienne / Liam Richards
Radio-Canada

Le Championnat du monde de hockey féminin prendra son envol jeudi, à Espoo, en Finlande. Nombreux sont ceux qui prévoient déjà une finale entre le Canada et les États-Unis. Ce n'est pas étonnant quand on sait que ces deux équipes se sont affrontées dans le match ultime à toutes les éditions depuis les débuts du tournoi en 1990.

Qui remportera le titre? Il est difficile de répondre à cette question.

Dans les huit dernières finales, les Américaines ont eu le dessus sur les Canadiennes à sept reprises.

Le Canada n’a pas décroché l'or depuis le mondial de 2012, mais demeure tout de même au sommet du classement de l’histoire du tournoi avec 10 victoires, contre 8 pour les États-Unis.

Autre fait à noter, les Canadiennes n’ont pas battu leurs grandes rivales en finale d’un tournoi depuis la Coupe des quatre nations en 2014.

hockey feminin canada etats-unisKendall Coyne (à gauche) et Jocelyne Larocque (Photo : Getty Images/Ronald Martinez) Photo : Radio-Canada

Les représentantes de l’unifolié ont toutefois eu un regain de confiance dernièrement en gagnant la Série de la rivalité.

« C’est rassurant quand on peut aller chercher des victoires comme celles-là. C’est un pas dans la bonne direction, mais nous savons qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour aller chercher l’or en Finlande », a affirmé l’attaquante ontarienne Brianne Jenner.

Les Canadiennes tenteront de faire oublier leur défaite crève-cœur des Jeux olympiques de Pyeongchang. Elles avaient dû s’avouer vaincues en tirs de barrage face aux Américaines par la marque de 3-2.

Une nouvelle formule

Pour la première fois, le Championnat du monde oppose 10 équipes. Il se jouait à 8 depuis 2010. Ce sera de même pour les Jeux de 2022 à Pékin.

Le groupe A sera composé des cinq meilleures équipes du monde (États-Unis, Canada, Finlande, Russie et Suisse), tandis que le groupe B opposera au tour préliminaire les équipes classées de la 6e à la 10e place (Suède, Japon, Allemagne, République tchèque et France).

Après le tour préliminaire, les cinq équipes du groupe A et les trois meilleures du groupe B accéderont à la phase éliminatoire. Il n’y aura pas de laissez-passer pour les demi-finales, contrairement aux années précédentes.

Le Canada disputera son premier match jeudi face à la Suisse. Les États-Unis se mesureront au pays hôte.

La finale sera tiendra le 14 avril.

Un premier mondial pour Daoust, présence incertaine pour Poulin

Les Canadiennes marquent un deuxième but contre les athlètes olympiques de Russie.Mélodie Daoust et ses coéquipières célèbrent un but lors des derniers Jeux olympiques qui ont eu lieu en Corée du Sud. Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Mélodie Daoust participera à son premier Championnat du monde, ce qui est tout de même étonnant pour une double médaillée olympique (or en 2014 et argent en 2018).

Une blessure au genou l’a tenue à l’écart du jeu pour tous les autres tournois.

L’attaquante de 25 ans jouait avec les Canadiennes de Montréal à titre de recrue cette saison. À nouveau blessée au genou, elle a dû s’absenter pendant trois mois, mais est revenue à temps pour marquer trois buts et trois passes dans les séries. Cette saison, elle s’est illustrée avec 11 buts et 9 passes en 14 matchs.

De son côté, la capitaine Marie-Philip Poulin n’a pas joué en demi-finale des séries de la Coupe Clarkson avec les Canadiennes en raison d’une blessure au bas du corps. Sa participation au mondial n’a toujours pas été confirmée.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Associated Press

Hockey féminin

Sports