•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Gatinois Olivier Rochon raccroche ses skis

Olivier Rochon fait un saut à ski.

Olivier Rochon dans les airs (archives)  

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Kim Vallière

Olivier Rochon prend sa retraite de la compétition, après 13 ans de ski acrobatique. Le Gatinois annonce sa décision au terme d'une longue réflexion, amorcée après les Jeux olympiques de Pyeongchang.

Après avoir terminé 5e à l’épreuve de sauts en Corée du Sud, en février 2018, l’athlète de 29 ans s’était accordé une année sabbatique pour se reposer et réfléchir à la suite de sa carrière.

De penser à ce que la vie normale va m’apporter, j’ai hâte et c’est quand même assez excitant, explique Rochon, qui dit penser à la retraite depuis décembre déjà.

C’est déchirant, mais je suis prêt à accrocher mes skis et à passer à autre chose. Je pense à ma décision chaque jour, mais je ne la regrette pas.

Olivier Rochon, athlète olympique

Il avoue quand même avoir ressenti quelques papillons lorsqu’il est allé encourager l’équipe canadienne à la Coupe du monde de Lake Placid, en janvier, mais rien pour le faire changer d’avis.

La célébration d'Olivier Rochon après une descente aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La célébration d'Olivier Rochon après une descente aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Photo : Getty Images / Cameron Spencer

Le Québécois cite sa participation aux Jeux olympiques comme étant son plus bel accomplissement : Mon deuxième saut en finale — que j’ai atterri et qui m’a permis de passer en super finale, top six, pour avoir la chance d’être sur le podium, je te dirais que ce saut-là est le fait saillant de ma carrière.

Rochon a aussi remporté le globe de cristal remis au champion masculin de l’épreuve de sauts en ski acrobatique du circuit de la Coupe du monde pendant la saison 2011-2012.

Des blessures ont nui à sa progression dans les années suivantes et l’ont privé d’une participation aux Jeux de Sotchi.

J’ai eu l’occasion de terminer ma carrière sans être blessé et ça, ça a toujours été une de mes peurs, de devoir arrêter à cause d’une blessure sérieuse. Et des blessures sérieuses, j’en ai eu beaucoup, j’ai évité le pire plusieurs fois, raconte-t-il.

Une deuxième carrière en éducation

Pendant son année sabbatique, Rochon s’est découvert une passion pour l’éducation. Il travaille au service de garde d’une école primaire de Gatineau, en plus de faire de la suppléance en éducation physique dans quelques établissements de l’Outaouais.

Il s’est inscrit dans un programme d’éducation spécialisée au Cégep de l’Outaouais en septembre. Je me suis surpris à aimer plus que je pensais le travail avec les enfants, mentionne celui qui était gymnaste avant de se lancer complètement dans le ski acrobatique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski acrobatique

Sports