•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ligue nationale de hockey féminin veut une expansion avec Montréal et Toronto

Les Canadiennes de Montréal à la Coupe Clarkson 2019 contre l'Inferno de Calgary.
Les Canadiennes de Montréal à la Coupe Clarkson 2019 contre l'Inferno de Calgary. Photo: The Canadian Press / Chris Young
Radio-Canada

La Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) a le feu vert de ses gouverneurs pour l'ajout de deux équipes d'expansion l'an prochain, à Montréal et à Toronto, et s'est dotée d'un plan de financement pour ce projet, a-t-elle annoncé mardi.

Cette nouvelle survient après la dissolution, dimanche, de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) dans laquelle jouaient quatre équipes canadiennes (les Canadiennes de Montréal, les Furies de Toronto, l'Inferno de Calgary et le Thunder de Markham), une américaine (les Blades de Worcester) et une chinoise (les KRS Vanke Rays de Shenzhen).

« En date d'aujourd'hui, aucune équipe ayant pris part à la saison 2018-2019 de la LCHF n'a entamé des négociations pour se joindre à la NWHL, peut-on lire dans un communiqué conjoint signé notamment par les six anciennes directrices générales de la LCHF et Danièle Sauvageau.

« Nous continuerons de récolter l’information nécessaire afin de créer le meilleur environnement possible pour retenir et attirer des joueuses d’ici et de partout au monde dès septembre prochain. »

Avec les équipes existantes à Boston, à Buffalo, au New Jersey, au Connecticut et au Minnesota, l’ajout de Montréal et de Toronto porterait le nombre d’équipes de la NWHL à sept.

Dani Rylan, commissaire du circuit implanté aux États-Unis, a déclaré au réseau ESPN qu’elle avait une rencontre avec Gary Bettman lundi. Son homologue de la Ligue nationale (LNH) a accepté d’augmenter sa contribution financière à la NWHL pour en devenir l’un des principaux commanditaires.

« La nouvelle nous a surpris dimanche, mais il était évident que nous devions faire notre possible pour que ces joueuses aient un endroit où jouer l’automne prochain, a dit Rylan. Nous nous sommes d’abord concentrés sur une solution pour le Canada et nous avons été chanceux d’être en mesure de bouger rapidement. »

Elle a cependant spécifié que la décision de procéder à une expansion et ce soutien financier majoré par la LNH n’étaient pas exactement reliés.

Bill Daly a toutefois rappelé que cela ne changeait en rien la position de la ligue qui appuie entièrement les ligues professionnelles féminines.

« Nous reconnaissons l’importance des différentes avenues qui permettent aux femmes de jouer au niveau professionnel, a dit le commissaire adjoint de la Ligue nationale. Si ces avenues disparaissaient, nous ferions certainement ce qu’il faut pour remplir ce vide. Mais ce n’est pas le cas présentement. »

En octobre dernier, Bettman avait affirmé qu’il était inévitable qu’il n’y ait qu’une seule ligue professionnelle féminine en Amérique du Nord. Mais il s’était montré réticent à l’idée de prendre le contrôle de la LCHF ou de la NWHL parce qu'il ne croirait pas dans leurs modèles.

Il avait aussi précisé qu’il fallait partir sur de nouvelles bases.

Plus d'argent pour la NWHL

La LCHF opérait de façon semblable à la Major League Soccer (MLS) en étant propriétaire de toutes ses équipes, à l’exception de celle qui était basée à Shenzen, en Chine.

À partir de 2017, elle a commencé à verser des salaires oscillant entre 2000 $ et 10 000 $ à ses joueuses en pigeant dans son budget global de 3 700 000 $.

Appuyée par des investisseurs privés, la NWHL avait été la première ligue à payer ses joueuses. Et maintenant qu’elle est le seul circuit en Amérique du Nord, son avenir financier pourrait être plus reluisant.

Mme Rylan dit d'ailleurs s’attendre à une hausse des salaires en 2019-2020. Le plafond salarial se situait à 100 000 $ par équipe l'an dernier. Les joueuses les moins bien payées empochaient quelque 2500 $.

« Plusieurs parties intéressées se montraient hésitantes à investir dans le hockey féminin parce qu’il fallait choisir entre la LCHF et la NWHL, a expliqué Rylan. Mais il n’y a maintenant plus ce genre de décisions à prendre. Nous sommes la ligue avec laquelle faire des affaires. Nous continuons d’avoir des discussions exploratoires et nous sommes impatients d’aller de l’avant pendant la saison morte. »

Victorieux des Canadiennes de Montréal lors de la finale de la Coupe Clarkson, l'Inferno de Calgary ne semble pas faire partie des plans de la NWHL.

Avec les informations de Associated Press

Hockey féminin

Sports