•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands marathons du monde mieux armés contre le dopage

Les meneurs du marathon de New York en 2018

Les meneurs du marathon de New York en 2018

Photo : Getty Images / Sarah Stier

Radio-Canada

Six des plus grands marathons du monde ont annoncé mardi qu'ils allaient, par l'entremise de leur association, participer au financement du programme antidopage mené par l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU).

L'association World Marathon Majors regroupe les marathons de Tokyo, Boston, Chicago, New York, Berlin et Londres.

Elle instaurera une politique de contrôles menée grâce aux enquêtes et aux renseignements avec pour cible les athlètes de très haut niveau.

L'AIU est un organisme indépendant créé en 2017 par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). L'AIU s'occupe depuis 2017 des tests, enquêtes et poursuites pour la lutte contre le dopage, la corruption ou la fraude au sein de l'athlétisme mondial.

Le montant exact de la participation de World Marathon Majors n'a pas été dévoilé, mais est à hauteur de plusieurs centaines de milliers de dollars par année.

L'association World Marathon Majors, qui regroupe les marathons de Tokyo, Boston, Londres, Berlin, Chicago et New York

L'association World marathon majors, qui regroupe les marathons de Tokyo, Boston, Londres, Berlin, Chicago et New York

Photo : Majors

Ce montant permettra l'embauche d'au moins une personne supplémentaire et l'augmentation des moyens d'enquête.

« L'investissement permet de mieux enquêter sur les marathoniens, afin d'identifier les coureurs à risques, puis d'établir un plan de contrôle antidopage sur le bon athlète au bon moment, plutôt qu'un programme de contrôles plus général », a expliqué le directeur de l'AIU, Brett Clothier.

« La lutte antidopage est une priorité pour nous les organisateurs des plus grands marathons du monde, l'intégrité de nos courses étant absolument vitale », a indiqué le directeur du marathon de Londres, Hugh Brasher, qui aura lieu le 28 avril.

L'athlétisme a été marqué ces dernières années par de gros scandales de dopage, entre le dopage d'État russe ou l'enquête pour corruption (notamment la couverture de cas de dopage contre rémunération) visant l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) Lamine Diack et son fils Papa Massata Diack, ancien conseiller marketing de la fédération.

La discipline du marathon a été notamment touchée récemment par les suspensions pour dopage de deux coureuses kényanes, Rita Jeptoo (trois victoires à Boston, deux à Chicago) et Jemima Sumgong (victoire à Londres et aux Jeux de 2016 à Rio).

« Le marathon est une priorité en raison du succès des courses sur route, qui sont les épreuves les plus lucratives de l'athlétisme mondial, entraînant ainsi un fort risque de dopage », a reconnu Brett Clothier.

Avec les informations de Agence France-Presse

Athlétisme

Sports