•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au coeur d'une saison de rêve, Félix Auger-Aliassime reste humble

Félix Auger-Aliassime en conférence de presse

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après ses récents succès, le Québécois Félix Auger-Aliassime a pris du recul pour réaliser ce qu'il avait accompli, mais est déjà prêt à se remettre au travail. Il a consacré quelques jours au repos et à sa famille, et doit repartir dès la semaine prochaine pour Monaco en vue de la saison sur terre battue.

À 18 ans, Auger-Aliassime ne veut pas s'enfler la tête après ses derniers exploits qui lui ont valu une reconnaissance internationale. Il demeure modeste et sait sur quoi il doit se concentrer pour la suite.

« Plus j'avance et je grimpe au classement, plus je me rends compte que les choses importantes sont vraiment simples, a-t-il lancé en conférence de presse à Montréal, mardi. La famille, prendre plaisir à jouer au tennis, les moments que je passe avec mon équipe, ça reste ce qui est le plus important pour moi. Tant que je continue à avoir du plaisir, c'est l'important. »

La semaine dernière, il a atteint la première demi-finale de sa carrière dans un Masters 1000, à Miami, après être passé par les qualifications. Il s'est finalement incliné en deux manches de 7-6 devant le champion de 2018, l'Américain John Isner.

Il est ainsi devenu le plus jeune demi-finaliste du tournoi floridien et sa performance l’a propulsé au 33e rang mondial, un sommet personnel.

« C'est important de prendre du recul. Chaque défaite est difficile à avaler. J'ai pris les jours qui ont suivi pour me reposer et regarder ce que j'ai accompli. Ça ne peut qu'être encourageant pour la suite. Si je regarde les dernières semaines, [je suis satisfait] de ma constance. »

Félix Auger-AliassimeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Julian Finney

À Miami, Roger Federer avait encensé Auger-Aliassime en le comparant à Rafael Nadal et à Lleyton Hewitt pour sa force mentale. Un commentaire qui fait sourire le Québécois.

Ça fait toujours drôle de voir qu’un joueur comme lui parle en bien de moi. Ça me dit que je fais de bonnes choses et que je suis sur la bonne voie. Après, si je veux égaler ou accoter leur carrière, c’est entre mes mains.

Félix Auger-Aliassime

Lui et son compatriote et ami Denis Shapovalov ont rêvé de s'affronter en finale à Miami. Mais ce n'est que partie remise.

« Ça aurait été formidable pour nous. Un moment vraiment unique. Mais ce n’est que le début. J’espère que ça arrivera un jour », a ajouté Auger-Aliassime.

Quand on lui parle des succès de Bianca Andreescu et de Shapovalov, Auger-Aliassime n’est pas intimidé. Au contraire, il n’y voit que du positif.

« C’est encourageant de les voir. Il y a beaucoup de confiance autour du tennis canadien. Mais il faut chacun se concentrer sur nos carrières respectives pour représenter le Canada du mieux qu’on le peut. J’espère que ça motive tous les jeunes qui aspirent à devenir professionnels ou qui veulent commencer le tennis. »

Un pied-à-terre à Monaco

La décision du jeune joueur de s'installer à Monaco en a fait sourciller plus d'un. Il a justifié son choix en disant qu'il était essentiel pour lui d'être établi en Europe.

« En étant sur la route toute l’année, il n’y a pas beaucoup de moments où je peux me poser [...] La dernière fois que j’étais à Montréal, c’était en novembre dernier. Ça fait beaucoup de temps sur la route. C’était pour éviter les grands voyagements et avoir une base où je peux m’entraîner toute l’année et où il y a des joueurs du top 10. »

Questionné sur les avantages fiscaux d'être établi à Monaco, Félix Auger-Aliassime a tenu à mentionner qu’il doit payer des impôts dans les pays où il dispute des tournois.

« C’est tout ce que je peux dire au niveau de l’imposition. Après ça, j’ai mes raisons personnelles et professionnelles, a-t-il dit. Pour mon sport, je pensais que c’était la meilleure chose à faire. »

Auger-Aliassime s'entraînera sur terre battue dans les semaines à venir en vue des prochains tournois.

« C’est une surface sur laquelle j'aime bien jouer. Je vais faire du mieux que je peux. »

Il a été invité lundi à participer au Masters 1000 de Madrid, qui aura lieu du 5 au 12 mai.

Tennis

Sports