•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gymnastique : un entraîneur brésilien accusé d'abus sexuels banni à vie

Fernando de Carvalho Lopes
Fernando de Carvalho Lopes Photo: TV Berno
Agence France-Presse

L'ex-entraîneur de l'équipe nationale de gymnastique du Brésil Fernando de Carvalho Lopes, accusé d'avoir abusé sexuellement de dizaines de jeunes garçons, a été banni à vie de toute activité liée à son sport, a annoncé lundi la Fédération brésilienne de gymnastique (CBG).

La décision a été prise dimanche soir lors d'un jugement du Tribunal de la justice sportive (STJD) de la CBG, qui a considéré l'accusé coupable « d'abus sexuel et de harcèlement moral ».

En 2016, il avait déjà été écarté du personnel de l'équipe nationale, un mois avant les Jeux olympiques de Rio, à la suite d'une plainte déposée par les parents d'un jeune gymnaste.

Sa situation s'est aggravée quand la chaîne TV Globo a recueilli les témoignages d'une quarantaine d'autres gymnastes se disant victimes d'abus sexuels de la part de cet entraîneur qui formait les jeunes athlètes au club MESC de Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo.

La fédération a souligné dans un communiqué être la « première à prendre une telle décision pour un cas d'abus sexuels ». L'ex-entraîneur avait déjà été condamné en novembre à une suspension de quatre ans, une peine alourdie en appel dimanche.

De multiples échos incriminants

Fernando de Carvalho Lopes devrait également répondre prochainement de ses actes en cour pénale, une enquête criminelle ayant été ouverte en 2016. Les témoignages très forts recueillis l'an dernier par TV Globo évoquent notamment des attouchements pendant et après les entraînements.

« Je me suis réveillé plus d'une fois avec sa main dans mon pantalon », a affirmé Petrix Barbosa, champion panaméricain en 2011, le seul ayant accepté de témoigner à visage découvert.

« Il me demandait de me masturber et d'éjaculer devant lui », a dit un autre témoin, sous couvert de l'anonymat.

Double champion du monde et médaillé d'argent au sol aux JO de Rio, Diego Hypolito, ancien élève de l'entraîneur incriminé, a dit dans l'émission ne pas avoir été victime d'abus, mais affirme avoir changé d'avis au sujet de cette affaire.

« Je pensais que c'était juste des rumeurs. Mais aujourd'hui, je ne crois pas que cela ne soit pas vrai. Beaucoup de gens ont eu le courage de parler », a-t-il expliqué.

Le monde de la gymnastique a déjà été éclaboussé par l'affaire Larry Nassar, ancien médecin américain condamné début 2018 à plusieurs lourdes peines de prison pour avoir agressé au moins 265 victimes, la plupart mineures, sous couvert de traitements médicaux.

Au Canada, le procès de Michel Arsenault, accusé d'agressions sexuelles et de voies de fait, doit s'ouvrir la semaine prochaine.

On se souviendra aussi que le 13 février dernier, un autre ex-entraîneur canadien de gymnastique, Dave Brubaker, a été acquitté des accusations d'agression sexuelle et d'incitations à des attouchements sexuels qui pesaient contre lui.

Gymnastique artistique

Sports