•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ce n’est pas à moi d’aller chialer » - Jonathan Drouin

Jonathan Drouin
Jonathan Drouin Photo: USA Today Sports
Alexandre Gascon

Jonathan Drouin n'a pas caché sa frustration quant à son utilisation, mardi matin. Le Québécois assure toutefois avoir retenu les leçons de mauvaises expériences passées.

Le buteur de Sainte-Agathe a été le joueur le moins utilisé par Claude Julien lors de trois des quatre derniers matchs du Canadien.

Contre les Hurricanes, dimanche, il a glissé sous la barre des 10 minutes (9 min 57 s) pour la première fois depuis le 23 décembre 2016, matchs où il s’est blessé mis à part.

Ne comptez pas sur lui, toutefois, pour aller gémir dans le bureau de l'entraîneur. Sa grève avec le Lightning de Tampa Bay a laissé des traces, visiblement.

« Ce n’est pas à moi d’aller chialer, d’aller demander ce qui se passe. Ce n'est pas la bonne chose à faire. Je l’ai déjà fait dans le passé. J’ai déjà été dans la même situation quand j’avais 19 ans et je suis capable d’apprendre de ça et de vivre avec ce qui se passe », a fait valoir le Québécois.

Rappelons qu'en janvier 2016, Drouin avait réclamé un échange au directeur général du Lightning, Steve Yzerman. Celui-ci l'avait plutôt rétrogradé dans la Ligue américaine et l'avait rapidement suspendu puisque Drouin refusait de disputer des matchs avec le Crunch de Syracuse.

Les deux clans avaient enterré la hache de guerre deux mois plus tard et Drouin était alors passé de la parole aux actes, amassant 14 points en 17 rencontres en séries éliminatoires. Malgré tout, plusieurs ont cru que les prémisses de l'échange survenu avec le Tricolore un an plus tard venaient d'être posées.

Sur le même sujet :

Évidemment, le Canadien et Drouin sont bien loin d'un dénouement aussi dramatique. N'empêche que la situation est devenue préoccupante et n'est pas sans rappeler celle d'Alex Galchenyuk à Montréal il y a quelques années.

Officiellement, le 3e choix au total du repêchage de 2013 remplit un rôle au sein de la troisième unité, mais officieusement, en termes d'utilisation en tout cas, il s'agit plutôt de la quatrième.

Plus inquiétant encore, Drouin a été blanchi lors de 18 de ses 20 dernières confrontations, pendant que sa bande lutte d’arrache-pied pour obtenir sa qualification en séries éliminatoires.

Disons que son synchronisme ne pouvait tomber plus mal.

« Comme je l'ai déjà dit, ce n’est pas tant mes minutes qui me dérangent. Si c’est 9 minutes, 12 minutes, 15 minutes, j’embarque, je joue au hockey, j’essaie d’aider l’équipe. C’est pas mal la seule chose que je peux contrôler en ce moment », a laissé tomber l’ailier gauche après l’entraînement matinal, à quelques heures du match contre les Panthers de la Floride.

« On a démontré qu’on est là pour travailler avec lui pour l’aider. On ne lui a jamais donné l’impression qu’on ne veut pas travailler avec lui ou qu’on n’aime pas son jeu. Au bout du compte, on le sait qu’il peut nous aider », a expliqué Claude Julien.

L'entraîneur a avoué qu'il hésitait parfois entre lui donner une certaine latitude ou couper son temps de glace.

« C’est sûr que tu veux lui en donner plus. C’est une combinaison. Quand un joueur joue bien, il faut lui trouver le temps de glace. Ça fait partie de mon travail. D’un autre côté, tu veux que le joueur démontre qu'il a besoin et mérite plus de temps de glace. C’est un travail à deux », a-t-il indiqué.

Bien des choses resteront « entre Claude et moi » comme l'a répété Drouin à trois reprises, mais l'on semble comprendre entre les branches que les deux protagonistes se sont rencontrés pour discuter de la situation.

Il a admis que sa confiance est touchée depuis quelques semaines.

« Avec le temps de jeu que j’ai, c’est dur d’avoir de la confiance des fois. Je ne suis pas le premier joueur à se faire descendre dans la formation, je ne suis pas le premier joueur à se retrouver ici (...) C’est à moi de retrouver ça avec les minutes que j’ai. J’ai un talent offensif alors je suis capable d’apporter de l’attaque quand j’ai une chance. »

Cela dit, Drouin est toujours utilisé au sein de la première vague de l'avantage numérique.

Pour l'instant du moins, il demeurera au sein d'un trio en compagnie de Jesperi Kotkaniemi et de Joel Armia.

Formation probable du CH contre les Panthers :

Attaquants

  • Tatar-Danault-Gallagher
  • Lehkonen-Domi-Shaw
  • Drouin-Kotkaniemi-Armia
  • Byron-Thompson-Weal

Défenseurs

  • Mete-Weber
  • Kulak-Petry
  • Benn-Folin

Gardiens

  • Price
  • Niemi

Hockey

Sports