•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lukas Vejdemo, l'espoir qui passe sous le radar

Lukas Vejdemo

Lukas Vejdemo

Photo : Rocket de Laval / Twitter

Alexandre Gascon

Il ne s'est pas encore fait un nom comme Jake Evans, pas plus qu'il n'a reçu la même attention que Cale Fleury, mais Lukas Vejdemo, discrètement, est en train de s'établir comme l'un des espoirs les plus prometteurs du Canadien.

Foi de Joël Bouchard, « il est sur la bonne lancée ».

Le jeune centre suédois a fait des pas de géant au cours de sa première saison professionnelle selon l’entraîneur du Rocket de Laval.

Joueur de soutien à son arrivée en Amérique du Nord, Vejdemo a pris du galon à sa saison recrue dans la Ligue américaine et joue maintenant au sein d’un trio offensif en compagnie du meilleur pointeur de l’équipe, Alex Belzile.

Vejdemo, 23 ans, ne le cache pas. L’adaptation au style nord-américain et à son environnement à Laval a été ardue.

« J’ai eu un départ difficile. Tout était nouveau ici. Nouvel entraîneur, nouveaux coéquipiers, nouvelle dimension de la patinoire. J’ai quand même l’impression de m’être amélioré toute l’année et je joue mieux récemment », a expliqué le jeune homme après l’entraînement des siens, lundi, à Laval.

Toujours la même histoire, en fait. L’Européen, entend-on, doit composer avec les rigueurs du calendrier bien rempli et la robustesse de ses adversaires, sur une glace plus petite de surcroît.

Par exemple, en trois saisons avec son club natal de Djugardens à Stockholm, Vejdemo a disputé 147 matchs. Il en est déjà à 65 rencontres avec neuf autres à l’horaire d’ici la fin de la saison.

« En Suède, il n’y a presque pas de matchs en semaine, a raconté Bouchard. Je lui ai fait une blague l’autre fois, je suis rentré dans le vestiaire et je lui ai dit "Allez Lukas, on est vendredi, pareil comme en Suède". Il m’a répondu "On ne joue pas le vendredi en Suède". »

« Il est arrivé dans l’inconnu. Le style de jeu et les attentes sont différents. La grandeur de la glace aussi. Je pense que c’est son attitude qui a fait qu’il a progressé toute la saison. Je lui ai dit que j’allais être difficile, demandant et il m’a répondu "C’est ça que je veux, c’est de ça dont j’ai besoin". Il avait besoin de se tester », a ajouté l’entraîneur-chef.

Le test est venu dès l’entame. Seulement 2 passes à ses 12 premiers matchs et de la difficulté à pratiquer le jeu plus physique de la LAH.

« Tu joues tellement de matchs, beaucoup de séquences de deux matchs en deux soirs. Tu ne dois pas seulement être prêt physiquement, mais aussi mentalement pour tous les matchs. Ç’a été le plus gros ajustement : être prêt pour tous les matchs », a expliqué le Scandinave.

Récemment, par contre, Vejdemo a réussi 13 points à ses 17 derniers duels, malgré d’importantes responsabilités défensives. Le pivot a d’ailleurs fait du désavantage numérique l’une de ses spécialités.

« Il va devenir un centre un peu plus défensif, même s’il est capable d’apporter de l’attaque. Maintenant, pour être un centre dans la Ligue nationale tu dois être capable d’apporter un peu d’attaque, même si tu n’es pas un joueur de premier plan », a fait valoir Bouchard.

« A-t-il encore des croûtes à manger? Du travail à faire? Oui. Mais, au moins, il a démontré une progression, un ajustement, et c’est ce qui est le plus important. »

Alzner incertain

Comment s’arrêter dans le vestiaire du Rocket sans prendre cinq minutes pour piquer une jasette avec le bon vieux Karl Alzner.

Le défenseur a d’ailleurs commencé par de très bons mots pour Vejdemo.

« Ça doit être difficile [de faire le saut de l’Europe en Amérique du Nord]. Je ne peux pas imaginer. Je suis chanceux, je joue autant de matchs depuis que j’ai 16 ans. De le faire, c’est vraiment un choc, tellement difficile pour ton corps. Heureusement pour lui, il est un phénomène physique. Ça doit l’aider un peu. Il m’a vraiment impressionné. C’est souvent le cas avec les joueurs suédois, ou les Scandinaves en général. Ils jouent de la bonne façon. Ils font beaucoup de bonnes choses et n’ont que peu de lacunes. J’ai été impressionné par sa vitesse et ses habiletés en désavantage numérique », l’a encensé le vétéran de 30 ans.

Karl Alzner reçoit les félicitations de ses coéquipiers en revenant au banc dans Rocket de Laval après que ce dernier ait marqué son premier but dans l'uniforme du club-école du Canadien de Montréal.

À son premier match dans l'uniforme du Rocket de Laval, Karl Alzner a inscrit un but dans la victoire des siens.

Photo : Twitter/Rocket de Laval

S’il entrevoit l’avenir de la recrue avec optimisme, le sien est plus sombre. Quoiqu’il en faille davantage pour ébranler le sympathique joueur du Rocket.

Avec encore trois années à écouler à son contrat qui lui rapporte annuellement, en moyenne, 4,625 millions, Alzner n’est pas dupe. Il sait bien qu’il sera difficile à échanger, mais il doute quand même qu’il puisse poursuivre sa carrière avec le Canadien.

« On ne dirait pas que je serai de retour. L’été peut changer les choses. Il y a des embauches d’agents libres, des gars qui changent d’endroit. Je veux jouer dans la Ligue nationale et on ne dirait pas que j’aurai cette chance ici. Peu importe où ce sera, je la prendrai », s’est-il exprimé.

« Avec une équipe, ça peut ne pas marcher et avec une autre ça fonctionne. Regarde les gars récupérer au ballottage. Ou Doms (Domi) ou Tuna (Tatar). Bon, ce sont des exemples un peu différents, mais ça ne marchait pas pour eux avec leur équipe. Tuna était laissé de côté en séries et maintenant il est sur le top 6. »

Malgré tout, Alzner assure garder le moral. Il traverse les deux cours d’eau ceinturant l’île de Montréal presque tous les jours sans broncher.

« J’écoute des balados », a-t-il raconté.

Des balados, des voyages en autobus, de jeunes coéquipiers et des foules de 5000 personnes. Bref, loin du faste du circuit Bettman…qu’il espère retrouver sous peu.

« Je n’écoute pas vraiment ce que les gens disent loin de l’aréna. Ce qui se dit à l’aréna, c’est ce qui compte pour moi », a-t-il conclu.

Hockey

Sports