•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiennes défaites en finale de la Coupe Clarkson

Inferno 5 - Canadiennes 2 : les faits saillants
Radio-Canada

Les Canadiennes de Montréal se sont inclinées 5-2 en finale de la Coupe Clarkson dimanche, à Toronto, devant l'Inferno de Calgary.

Inactive lors des trois matchs de la demi-finale en raison d'une blessure au bas du corps, Marie-Philip Poulin a effectué un retour symbolique dans la formation des entraîneuses associées Caroline Ouellette et Danièle Sauvageau.

La capitaine, élue par ses pairs vendredi au titre de joueuse par excellence du circuit féminin, a participé à la mise au jeu protocolaire, mais n'a toutefois pas posé les patins sur la glace pendant la rencontre. Elle est demeurée au banc à encourager ses coéquipières.

« Elle a tout fait pour revenir au jeu, mais en a été incapable, assure Ouellette. C'est une blessure qui demande plusieurs semaines [de repos], mais là c'était beaucoup trop tôt. Les docteurs n'étaient pas prêts à prendre ce risque. »

« Marie-Philip voulait jouer, poursuit-elle. Elle était très, très déçue, mais nous a données le meilleur d'elle-même dans son rôle qu'elle avait à jouer aujourd'hui. »

Ann-Sophie Bettez a assuré l'apport offensif de sa troupe en l'absence de Poulin en récoltant un doublé, mais en vain. L'attaque montréalaise a été amputée de la détentrice du plus grand nombre de buts (23) et de points (50) en saison.

La problématique, c'est assurément qu'on n'a pas joué les 60 minutes aujourd'hui. On n'a pas commencé dès la première mise au jeu. On a joué du hockey de rattrapage, on a été capables d'aller chercher du momentum, mais on a manqué de temps.

L'attaquante Ann-Sophie Bettez

« Malheureusement, on n'a pas eu le début de match espéré. Pourtant, on était préparées, on savait comment affronter Calgary pour avoir du succès, ajoute Ouellette.

« C'est un peu comme si on avait manqué de confiance, on n'était pas prêtes à attaquer, on se défendait, on leur donnait trop de temps et d'espace. C'est ce qui a fait la différence parce qu'on a essayé de combler un retard durant tout le match. »

Les Canadiennes et l'Inferno se sont croisés au tour ultime des éliminatoires de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) pour la troisième fois en quatre ans.

Les Canadiennes de Montréal et l'Inferno de Calgary se sont affrontés en finale de la Coupe Clarkson pour la troisième fois en quatre ans.Les Canadiennes de Montréal et l'Inferno de Calgary se sont affrontés en finale de la Coupe Clarkson pour la troisième fois en quatre ans. Photo : Twitter/@TorontoCWHL

Lent départ

Un revirement d'Erin Ambrose a offert l'occasion aux futures championnes de briser la glace à mi-chemin de la première période par l'entremise de Zoe Hickel, qui a trompé la vigilance d'Emerance Maschmeyer à la suite d'une déviation.

Nommée meilleure défenseuse de la LCHF lors de la remise des différents honneurs, Ambrose a été incapable de sortir la rondelle de son territoire. Les Calgariennes ont contrôlé l'objet durant plusieurs secondes, avant de faire payer la bourde de l'arrière.

La gardienne des Montréalaises n'était pas au bout de ses peines. Cinq minutes exactement après le but de Hickel, sa coéquipière à la ligne bleue Halli Krzyzaniak a doublé l'avance de sa troupe grâce à un tir de la pointe.

Bettez a bénéficié de l'inattention d'Alex Rigsby pour réduire l'écart de moitié au commencement de la période médiane. Sa frappe basse du revers s'est glissée derrière la portière de l'Inferno.

L'indiscipline a permis à chacune des équipes d'ajouter un but à la feuille de pointage avant la fin du deuxième acte.

Brianna Decker a d'abord déjoué Maschmeyer en supériorité numérique à l'aide d'un tir frappé, puis Bettez a profité d'une savante passe de Hilary Knight durant un cinq contre trois pour s'approcher de nouveau à une longueur de l'Inferno.

Jill Saulnier a bien cru avoir ramené tout le monde à la case départ dans les premières secondes du tiers ultime, mais les officiels en ont décidé autrement. Sa réussite a été refusée en raison d'un appel d'obstruction contre Knight sur Rigsby.

Lauriane Rougeau (no 5) et Rebecca Johnston (no 6)Lauriane Rougeau (no 5) et Rebecca Johnston (no 6) Photo : Les Canadiennes de Montréal / Anne-Marie Pellerin

Hickel et Rebecca Johnston se sont habilement échangé la rondelle peu de temps après pour permettre à la première de redonner une priorité de deux buts à l'Inferno.

Johnston a plus tard complété la marque dans un filet désert.

Les Calgariennes ont terminé au 1er rang du classement général en saison grâce à un reluisant dossier de 23-4-1. Non loin derrière au 2e échelon, les Montréalaises ont affiché un rendement de 21-6-1.

L'Inferno avait remporté quatre des six affrontements entre les deux formations au cours de la campagne.

Toujours la référence

Les Canadiennes ont pris part à 8 des 11 finales de la Coupe Clarkson depuis son instauration en 2009, ce qui constitue un sommet dans la LCHF. Aucune autre organisation n'a participé à plus de trois matchs décisifs.

Leurs quatre couronnements (2009, 2011, 2012 et 2017), incluant les trois premiers lorsque l'équipe se nommait les Stars, sont également inégalés par l'une des cinq autres formations championnes.

L'Inferno et les Blades de Worcester sont leurs plus proches poursuivantes à ce chapitre avec deux triomphes.

Hockey

Sports