•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le combat de Marie-Ève Dicaire annulé, car son adversaire est aveugle d'un oeil

Lina Tejada et Marie-Ève Dicaire face à face
Lina Tejada et Marie-Ève Dicaire face à face Photo: Radio-Canada / André Perron
Jean-François Chabot

Marie-Ève Dicaire ne défendra pas pour la première fois sa couronne des super-mi-moyennes de l'IBF, samedi, au Casino de Montréal. Le combat est annulé parce que son adversaire, Lina Tejada, est aveugle d'un œil. Le gala aura quand même lieu sans Dicaire qui, elle, défendra sa couronne le 13 avril contre une adversaire dont l'identité sera révélée la semaine prochaine.

La nouvelle est tombée vendredi, avant la pesée officielle des deux pugilistes.

Lina Tejada (12-5, 9 K.-O.) s’est battue pour la dernière fois, le 5 octobre, chez elle en République dominicaine. Elle a aussi disputé des combats en France et en Allemagne en 2018.

Personne dans le camp de Marie-Ève Dicaire (14-0) ni du côté du promoteur Yvon Michel ne s’expliquait comment sa condition n’a été révélée qu’à la veille d’un combat de championnat du monde.

Ma paie dans tout ça, c’est de monter dans le ring. Je ne peux pas croire que j’ai fait tout ce que j’ai fait, tous les sacrifices, et que je ne pourrai pas avoir mon nanane au bout.

Marie-Ève Dicaire

« C’est très fâchant, sauf qu’en même temps, je comprends la décision de la Régie et des médecins parce que c’est la sécurité qui prime avant tout. J’aime mieux qu’ils empêchent ce combat-là, plutôt que je la rende encore plus aveugle », a dit Dicaire, au bord des larmes.

Elle s’explique mal comment les responsables et les médecins dominicains qui ont fourni les attestations ont pu laisser passer une chose aussi flagrante. Elle tente de se consoler en se disant que tout n’a pas été fait pour rien.

J’avais de nouvelles choses que je voulais faire dans le ring, malheureusement, ça devra attendre au prochain combat. Je n’ai aucun contrôle sur ce qui arrive aujourd’hui. Je continue de sourire parce que je suis quand même boxeuse dans la vie et je fais ce que j’aime.

Marie-Ève Dicaire
Elle fait la moue.Marie-Ève Dicaire avait peine à croire que la première défense de sa ceinture n'aura pas lieu. Photo : Radio-Canada / Mathieu Bolduc

Le promoteur sous le choc

Yvon Michel, tout aussi abasourdi, a cependant reconnu qu’il avait déjà été témoin d’un incident semblable à l’époque d’Éric Lucas.

« C’est incroyable que cela ait pu nous arriver, a-t-il dit. Nous avions reçu tous les rapports médicaux qui indiquaient qu’elle (Lina Tejada) était en parfaite santé. Elle a boxé en Allemagne en championnat du monde. Elle s’est battue en France en championnat du monde. Et tout à coup, on a ce diagnostic-là du médecin de la Régie. Impossible d’argumenter, à partir du moment où l’on sait qu’elle a ce handicap, c’est sûr qu’on ne la veut pas sur le ring en championnat du monde. »

Pour le promoteur, cette situation est tout simplement inexplicable.

Je ne peux trouver une explication, à moins qu’il s’agisse d’une pathologie récente. On n’en a pas discuté et je n’ai aucun intérêt de savoir ce qui s’est passé. Je sympathise avec elle qui aura à vivre avec ce handicap. Sinon, je ne peux pas concevoir qu’une commission athlétique puisse sanctionner un combat avec un athlète dans cette condition.

Yvon Michel

Après avoir rappelé que le gala aura quand même lieu samedi, au Casino de Montréal, sans Marie-Ève Dicaire, Michel a déploré la perte d’une belle occasion pour la championne.

« C’est surtout dur pour Marie-Ève qui perd une occasion de se battre en championnat du monde. Elle s’était préparée pour sa première défense. On avait fait les choses en grand. On avait des invités de marque. Ça lui permettait de faire avancer sa carrière. Et là, malheureusement, on fait du sur-place », a-t-il ajouté.

En fin de journée, GYM annonçait que Dicaire défendra son titre le 13 avril au Cabaret du Casino de Montréal contre une adversaire qui sera connue la semaine prochaine.

La moitié de sa bourse

Joint au téléphone deux heures après avoir fait part de l'annulation du combat, Yvon Michel a indiqué qu'il en était venu à une entente avec le clan Dicaire pour que la boxeuse reçoive 50 % de la bourse qu'elle devait toucher.

« En tant que promoteur, il n'existe pas d'obligation en ce sens, mais je le fais sur une base volontaire. Par contre, en tant que responsable de ce fiasco, Tejada va retourner chez elle bredouille », a précisé Michel.

D'ailleurs, la Dominicaine brillait par son absence à la pesée. On devine qu'elle a vite pris le chemin de l'aéroport.

Après un camp exigeant, Dicaire va s’accorder une petite période de repos, mais elle a déjà hâte de revenir dans le gymnase pour préparer son prochain combat, prévu le 28 juin à Québec.

La boxeuse de Saint-Eustache est devenue championne de l'IBF en décembre en battant l'Uruguayenne Christiana Namus par décision unanime à Québec.

Ils se regardent.Yvon Michel s'est empressé de consoler Marie-Ève Dicaire. Photo : Radio-Canada / Mathieu Bolduc

Boxe

Sports