•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De son salon, Erik Guay a bien aimé la saison de ski

Erik Guay en entrevue avec Radio-Canada Sports
Erik Guay Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Depuis quatre mois, Erik Guay apprivoise sa nouvelle vie de retraité. Il est devenu « papa à temps plein », et ses filles ne sont plus seules devant leur écran lorsqu'une Coupe du monde s'amorce. Celui qu'elles avaient l'habitude de regarder est désormais observateur de son sport, à leurs côtés.

Radio-Canada Sports s’est entretenu avec l'ancien skieur pour connaître ses impressions des premiers mois de compétition qu’il a passés dans le confort de son foyer.



Q. - Maintenant que vous êtes à la retraite, vous pouvez regarder les compétitions à tête reposée. Qu’est-ce qui vous a impressionné cette saison?

R. Quelques skieurs se sont vraiment démarqués cet hiver. Dominik Paris, l’Italien qui a remporté le globe en super-G, a fait de gros progrès cette année. Il a mal commencé, mais ensuite, il a gagné [la descente] à Kitzbühel, puis la descente et le super-G aux finales.

Évidemment, Marcel Hirscher a gagné le gros globe de cristal pour la huitième fois. Ç’a été spécial. La jeune Américaine Mikaela Shiffrin a encore remporté le gros globe. Elle compte maintenant 60 victoires. Je l’ai suivie de près, d’autant plus que mes enfants sont des admiratrices de Mikaela.


Q. - Les Canadiens ont aussi réalisé des choses intéressantes. Que pouvez-vous nous en dire?

R. Benjamin Thomsen a connu sa meilleure année. Il a notamment terminé 17e en descente. Il était 32e la saison dernière. Je ne connais pas exactement les raisons, mais on voyait qu’il skiait avec beaucoup plus de confiance qu’avant.

C’est un gars qui aime quand les pistes sont dures, glacées. Cette année, presque toutes les courses se sont déroulées dans ces conditions.


Q. - On dit de Benjamin Thomsen qu’il est le nouveau leader de cette équipe canadienne. Il nous disait qu’il devait rester lui-même et ne pas tenter de remplir d’autres souliers, en parlant des vôtres, bien sûr. Qu’en pensez-vous?

R. C’est exactement ça. Il doit faire son propre cheminement et se concentrer sur sa progression. Il a très bien réussi ça cette année. Il doit être hyper motivé pour l’été qui vient et pour l’hiver prochain.


Q. - Thomsen a un peu de difficulté à gérer les médias, ce qui n’était pas votre cas. Quels conseils lui donneriez-vous?

R. Je ne connaissais pas ce côté-là de Ben. On s’y habitue. Il doit sentir un certain stress, une certaine pression.

J’imagine qu’il est un peu craintif, qu’il pense peut-être que ça va lui rentrer dans la tête.


Q. - Valérie Grenier skiait très bien, mais sa triple fracture a dû vous rappeler de mauvais souvenirs. Elle n’a que 22 ans. Que doit-elle faire pour se remettre d’une telle blessure sur le plan psychologique?

R. Valérie avait connu un énorme début de saison. Elle avait fini 4e [au super-G de Cortina d’Ampezzo, en Italie], donc elle doit être très motivée en vue d’un retour. C’est une jeune femme qui a beaucoup de chemin à parcourir. Je crois qu’elle reviendra au ski sans souci.

Des problèmes de genou, ça peut être long à guérir, mais il faut être patient. Je la connais assez bien pour savoir qu’elle travaille très, très fort. Elle est diligente. Je ne crois pas qu’elle éprouvera des problèmes à revenir à la compétition.

Je lui dirais de prendre son temps. Souvent, les entraîneurs, que ce soit ceux qui travaillent sur neige ou en gymnase, veulent démontrer qu’un retour rapide est possible. Mais le corps a souvent besoin de temps. Et mentalement, on a besoin d’une certaine confiance pour un retour à 100 %. Après six mois, on peut se sentir bien, mais ça vaut peut-être la peine de prendre les neuf mois nécessaires pour bien guérir.

Les skieurs canadiens ont un dernier rendez-vous ce week-end, les championnats nationaux, au mont Édouard. Radio-Canada Sports présentera des résumés de la compétition sur son site Internet et sur ses réseaux sociaux.

Ski alpin

Sports