•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La victoire des unités spéciales et du quatrième trio

Deux joueurs célèbrent un but du Canadien de Montréal.
Jordan Weal félicite son coéquipier Joel Armia. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Alexandre Gascon

Les petits détails. Cette expression fourre-tout dans le monde du hockey, servie à toutes les sauces par les entraîneurs au point où elle en devient indigeste, a pris tout son sens dans cette victoire convaincante du Canadien.

Comment se sont manifestés ces détails, ces jeux sans tambour ni trompette qui brillent par leur efficacité?

Par la combativité de Nate Thompson en désavantage numérique, par l’intensité de Phillip Danault qui semble perdre sa mise au jeu à 3 contre 5 et travaille d’arrache-pied pour dégager la rondelle, par des jeux coupés, anéantis par Shea Weber en défense.

Et, enfin, Dieu du ciel, par un but en avantage numérique. Dans ce cas, d’accord, il ne s’agit pas d’un détail.

« C’est immense », s’est exclamé Jordan Weal, après la correction de 4-0 infligée aux hommes de Barry Trotz.

Immense, en effet. Immense parce que le CH n’avait plus marqué avec un homme en plus à son domicile depuis le 9 février. Immense, parce que le CH a laissé filer quantité de points de classement en raison de l’hébétude de son attaque massive, engoncée dans des patrons de jeux prévisibles, démantelée et reconstituée un nombre incalculable de fois.

Rien n’a pu soulager autant la troupe de Claude Julien que cette réussite de Joel Armia à 7 secondes de la fin du premier vingt. Il s’agissait du troisième but au cours des 42 derniers avantages numériques. Le Tricolore est toujours bon dernier dans la LNH et risque de terminer au 2e rang des équipes les moins productives de l’histoire de la ligue à ce chapitre, mais jeudi soir, ça n’avait aucune importance.

La main heureuse

Julien a décidé de placer Jonathan Drouin à proximité du filet afin de mettre à profit ses mains agiles en espaces restreints. C’est aussi à cet endroit que des batailles à un contre un doivent être remportées pour maintenir l’attaque en vie et, évidemment, cette utilisation peut faire sourciller.

C’est la première fois qu’on a vu la nouvelle combinaison à l’œuvre ce soir, en deux occasions, et force est d’admettre qu’elle a été performante.

Voilà une première mise remportée par Julien. La composition de son quatrième trio est la seconde.

Le trio de Paul Byron, Thompson et Weal a donné le ton au match dès la première mise au jeu. Opposé à ce qui est peut-être la meilleure quatrième unité de la ligue (Matt Martin, Casey Cizikas et Cal Clutterbuck), il a tenu le haut du pavé toute la soirée.

Pendant les deux premiers avantages numériques des visiteurs en première période, Thompson a poussé les Insulaires à la faute et s’est offert une magnifique chance de marquer.

Les deux pénalités qu'on a écoulées nous ont donné un élan. Après ça, on a pris le contrôle du match. Ça nous a donné du rythme et notre avantage numérique aussi.

Nate Thompson

Paul Byron a encaissé les coups d’épaule du colosse Martin sans broncher et en en demandant encore, tandis que Weal a animé l’avantage numérique tout en inscrivant le but coupe-gorge au milieu de la deuxième période.

« On a travaillé fort en désavantage numérique, c’est un travail immense de Phil à 5 contre 3. Ils ont semblé gagner la mise au jeu, mais il a travaillé plus fort qu’eux pour sortir la rondelle de notre territoire. Tout le monde a suivi après ça. Ça nous a donné du rythme. La foule a embarqué et on a été capables de bien exécuter en avantage numérique », a résumé Weal.

Après ce but des unités spéciales en fin de première période, le Canadien a explosé avec trois filets en 8 min 19 s au deuxième tiers.

Le quatrième trio a eu possession du disque 75 % du temps face à son rival et a permis un seul tir sur Carey Price.

L’entraîneur du Bleu-blanc-rouge semble enfin avoir assemblé le trio qu’il réclamait à hauts cris avant la date limite des échanges. Voici pourquoi.

« Il y a un peu de tout. Il y a de l’expérience, il y a de la vitesse, il y a du talent. Sur les mises au jeu, tu as un droitier et un gaucher. Ce soir, on l’a utilisé contre [le trio de] Cizikas, mais je n’hésiterais pas à l’utiliser contre des lignes un peu plus hautes dans la hiérarchie comme des premiers, deuxièmes trios. Ils ont assez d’expérience », a expliqué Julien.

Pourquoi autant d’accent placé sur une unité défensive? Parce que le CH n’a pas le luxe de s’en remettre à quelques fers de lance hors pair capables de sceller le sort d’un match en quelques instants. Cette rotation est primordiale. Et ça, ce n’est pas un simple détail.

En rafale

Le Canadien est de retour dans le portrait éliminatoire. Les Hurricanes comme les Blue Jackets ont perdu en temps réglementaire. Ça promet jusqu’à la toute fin.

Drouin a, à nouveau, été le joueur le moins utilisé jeudi soir (12:15). Le patineur des Laurentides s’en est tout de même tiré avec deux points, dont un but magnifique, ce qui a fait dire à Claude Julien que « c’est le bon moment pour retrouver son swag ». L’histoire ne dit pas s’il parlait de sa spectaculaire chevelure. N'empêche, Drouin avait été blanchi lors de 16 de ses 17 derniers matchs.

« Je me sens soulagé. Mais honnêtement, je pense que c’est plus vous qui faites des histoires que moi qui s’en fais. Au point où on est rendus dans l’année, il faut juste gagner des matchs. C’est vous autres qui en parlez, moi je n’en parle pas, je n'y pense pas. C’est sûr que c’est soulageant un peu, mais de la façon qu’on joue, ce sont les victoires qu'il nous faut », a-t-il lancé.

Joel Armia a réussi le tout premier but de sa carrière en avantage numérique à son 229e match, en plus de 280 minutes de jeu dans ces circonstances. Il peut maintenant donner quelques conseils à son coéquipier Victor Mete, toujours sans filet en 112 parties.

On n’a pas parlé de Carey Price. Comme on s’habitue vite au niveau d’excellence de ce gardien, toujours le meilleur du monde selon ses pairs. Price a repoussé 28 rondelles pour signer un 4e jeu blanc cette saison, le 44e de sa carrière. N’eût été un faux départ, le portier d’Anahim Lake aurait été un sérieux candidat à l’obtention du trophée Vézina.

Hockey

Sports