•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

La pire unité spéciale de l’histoire, et la sympathique embauche de Martin St-Louis

John Tortorella au banc des Blue Jackets
John Tortorella au banc des Blue Jackets Photo: Getty Images / Bruce Bennett
Martin Leclerc

Dans le très compétitif monde du sport, une bonne et peu coûteuse idée peut parfois produire de brillants résultats.

Le 21 janvier dernier, sur la planète hockey, beaucoup de gens ont trouvé charmant que l’entraîneur des Blue Jackets, John Tortorella, provoque l’embauche de son ancien joueur Martin St-Louis à titre de « consultant de l’unité d’avantage numérique ».

Quand cette décision a été prise, l’avantage numérique de Columbus n’avait généré que 21 buts et son taux d’efficacité de 14,6 % plaçait ces rivaux du Canadien (pour une place en séries) au 28e rang dans la LNH.

Tortorella constatait que cette cruciale unité spéciale ne s’en allait nulle part. Reconnaissant par ailleurs que les séances de vidéo et les patrons de jeux imaginés par les entraîneurs avaient atteint leur limite, l’entraîneur a eu l’idée géniale de faire appel à quelqu’un qui n’allait sans doute pas réinventer la roue, mais qui était susceptible de capter l’attention des joueurs.

« Il y a des joueurs dans mon équipe avec lesquels j’ai de la difficulté à connecter pour faire progresser leur jeu offensif. C’est très frustrant. Martin a joué pour moi pendant plusieurs années et nous avons traversé toutes sortes d’épreuves ensemble. Il sait ce que mes joueurs vivent, et peut-être pourra-t-il interagir avec eux différemment et les influencer davantage. Au bout du compte, c’est ce qu’on recherche. On veut juste les rendre meilleurs », avait expliqué Tortorella.

John Tortorella et Martin St-Louis discutent lors d'un entraînement pendant la finale de la Coupe Stanley en 2004, entre le Lightning de Tampa Bay et les Flames de Calgary. John Tortorella et Martin St-Louis ont gagné ensemble la Coupe Stanley en 2004. Photo : Associated Press / GENE J. PUSKAR

Le 21 janvier, l’avantage numérique du CH croupissait au dernier rang de la LNH avec un taux de succès de 12,6 % (le pire de l’histoire de l’organisation) et seulement 20 buts marqués.

Et le hasard a voulu que quelques semaines plus tard, les deux équipes se retrouvent dans une lutte pour décrocher le dernier échelon donnant accès aux séries dans l'Est.

***

Dans la semaine suivant son embauche, Martin St-Louis est passé à Columbus pour rencontrer les joueurs. Il a inscrit son numéro de cellulaire sur le tableau du vestiaire, invitant ainsi les joueurs à l’appeler à leur guise. Et il a périodiquement rejoint les Blue Jackets pour discuter de différents détails qu’ils avaient notés en visionnant les matchs.

Depuis le 28 janvier, l’unité d’avantage numérique des Blue Jackets se situe au 20e rang dans la LNH. Elle a inscrit 10 buts et présente un taux de succès de 16,9 %. Ce n’est pas la fin du monde, mais il s’agit tout de même d’un progrès.

Durant la même période, l’avantage numérique du Canadien est resté coincé au dernier rang de la ligue. Malgré les nouvelles combinaisons et les ajustements tentés par les entraîneurs, cette unité spéciale n’a inscrit que 5 buts et son efficacité a chuté à 8,8 %. La négativité a désormais largement surpassé les vertus des messages et ajustements tactiques présentés aux joueurs.

Shea WeberShea Weber Photo : USA Today

Avec seulement 26 buts à son actif, l’avantage numérique du Tricolore pourrait terminer la saison avec le pire bilan de l’histoire de la LNH! Quand on sait combien de mauvaises équipes se sont succédé dans cette ligue au fil des ans, ce n’est pas rien! Jusqu'à maintenant, pour une saison de 82 matchs, le record de médiocrité en AN est détenu par les Panthers de la Floride. En 2013-2014, ces derniers n’avaient inscrit que 27 filets en supériorité numérique.

Avec les collègues Alex Coupal et Alex Gascon, nous en discutions mercredi dans notre balado Tellement hockey. Si le CH rate les séries dans quelques semaines, personne n’aura besoin de chercher de midi à 14 h pour expliquer les malheurs de l’équipe.

Depuis le 28 janvier, les Blue Jackets ont vu leur unité d’avantage numérique inscrire trois buts gagnants ou déterminants dans des matchs s’étant soldés par des victoires. Ils ont ainsi récolté six points de classement supplémentaires. De son côté, le Canadien a remporté une victoire grâce à un but inscrit en AN (contre les Oilers d’Edmonton) et a pu se rendre en prolongation dans un autre match face aux Maple Leafs (une défaite de 4-3). On parle de trois points de classement.

Les Blue Jackets ont devancé le Canadien de Montréal au huitième et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Est.Les Blue Jackets ont devancé le Canadien de Montréal au huitième et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Est. Photo : The Associated Press / Paul Vernon

Or, Columbus devance Montréal par un petit point au classement...

Il est difficile de prédire quelle tournure prendra cette folle course aux séries. Mais lorsqu’ils dresseront leur bilan, les dirigeants des Blue Jackets pourront certainement se dire qu’en faisant appel à Martin St-Louis, ils ont fait preuve d’inventivité pour tenter d'améliorer le rendement de leur équipe.

Hockey

Sports