•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ému, Lucian Bute annonce officiellement sa retraite de la boxe

Lucian Bute a dressé un blian satisfait mais hautement émotif de sa prolifique carrière Photo: Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault
Jean-François Chabot

C'est la gorge nouée par l'émotion que le boxeur Lucian Bute a officiellement mis fin, mercredi, à sa brillante carrière de 15 ans chez les professionnels.

C’est dans un restaurant du Centre Bell, où il a soulevé les foules et mis la main sur son titre des super-moyens de l'IBF en octobre 2012, que Bute a fait ses adieux au sport auquel il a tout donné depuis ses débuts dans les rangs amateurs, en Roumanie, en 1994.

Entouré de ceux qui ont guidé ses pas à son arrivée au Québec en 2003, Bute a pris le temps de remercier, un à un, les Jean Bédard, Yvon Michel, Éric Lucas et son fidèle ami et entraîneur de longue date, Stéphan Larouche.

Se racontant et parlant de la passion qui l’a toujours animé, Bute a dû s’interrompre à plusieurs reprises, incapable de retenir ses larmes.

« On a passé des moments inoubliables ensemble, mais le moment est venu de tirer ma révérence et de tourner la page », a-t-il dit avant de fondre en larmes.

Il a enchaîné en indiquant que sa retraite était définitive. « C’est comme dans la vie : des hauts, des bas. Mais je vais rester proche de la boxe », a ajouté celui qui songe notamment à poursuivre son travail à titre d’agent de boxeur qu’il exerce déjà.

Son père, sa mère, ses sœurs, son épouse Elena et leurs deux jeunes enfants étaient présents pour l’occasion, tout comme de nombreux représentants de la communauté roumaine de Montréal.

« C'était le moment pour moi » - Lucian Bute

Le moment le plus dur

Bute a reconnu que sa défaite aux mains de l’Anglais Carl Froch en mai 2012 est celle qui lui avait fait le plus mal.

Je n’ai plus été le même par la suite. J’étais devenu plus craintif. J’ai rencontré des psychologues sportifs pour essayer d’arranger ça, mais plus rien n’a été pareil par la suite.

Lucian Bute

Peu de temps après son dernier combat perdu par K.-O., à Québec, face à Eleider Alvarez, Bute est devenu papa d’une petite fille pour la première fois. À partir de ce moment, il a senti qu’il n’avait plus vraiment la flamme. La naissance du second enfant est venue confirmer son sentiment qu'il était temps de passer à autre chose.

Il tient sa ceinture de champion de la main droite et lève le pouce gauche.Lucian Bute a salué ses fans pour la dernière fois Photo : Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault

Témoignages unanimes

Ceux qui ont côtoyé l’athlète de près n’ont pas tari d’éloges envers celui qui détient le record québécois avec 10 combats de championnat du monde et 9 défenses réussies de 2007àt 2017.

Pour Yvon Michel, c’est une belle histoire d’amour qui s’est écrite entre la boxe, les Québécois et un individu venu de l’extérieur.

Il avait beaucoup de talent, beaucoup de détermination et, surtout, il a embrassé la culture québécoise à laquelle il s’est facilement identifié.

Yvon Michel
Comment Lucian Bute a-t-il marqué le Québec?

L’entraîneur Stéphan Larouche est allé encore plus loin en commentant d’une manière plus personnelle.

« Lucian est certainement un être d’exception. Il laisse des souvenirs impérissables, des moments de joie et une relation d’amitié qui va durer pour l’éternité. »

L’ex-président du Groupe InterBox, Jean Bédard, a insisté sur les talents de communicateur de Lucian Bute.

« Il tenait à être capable de s’exprimer dans la langue de ses fans », a souligné Bédard en rappelant comme l’a aussi fait Bute que ma collègue Diane Sauvé était, peut-être sans le savoir, à l’origine de la décision du boxeur de s’inscrire à des cours de français à l’Université de Montréal.

Réalisant qu’il ne comprenait rien aux questions qu’elle lui posait, Bute avait d’abord demandé à Larouche de répondre à sa place, mais son entraîneur l’a plutôt invité à retourner sur les bancs d’école.

Éric Lucas, ancien champion des super-moyens du WBC, s’est rappelé ses premières rencontres avec Bute qui lui servait de partenaire d’entraînement dans sa préparation pour son duel contre l’Allemand Markus Beyer.

Lucas a admis que le jeune homme lui donnait du fil à retordre et qu’il était soulagé de ne pas avoir eu à l’affronter dans un combat officiel.

Ils sourient.Stéphan Larouche (à droite) et Jean Bédard (au centre) ont rappelé de bons souvenirs et de joyeuses anecdotes à Lucian Bute Photo : Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault

C’est certain que je n’aurais pas aimé affronter un gars de son calibre. Il était grand avec une grande portée et gaucher en plus. Rien pour m’aider.

Éric Lucas

« Il a réussi sa mission à 100 %. C’est extraordinaire ce que Lucian a accompli pour la boxe d’ici. C’est aussi un grand homme. On l’a vu durant le point de presse. Il a parlé avec son cœur, comme il l’a toujours fait. C’est pour ça que le peuple québécois l’a adopté et qu’il attirait de plus en plus de monde à chacun de ses combats », a conclu Lucas.

Bernard Barré, du Groupe Yvon Michel, n’a laissé planer aucun doute sur les sentiments des amateurs du Québec envers Bute.

On ne pouvait pas faire autrement que de l’aimer. Au-delà du boxeur exceptionnel, c’est un boxeur qui avait une bonne tête sur les épaules. Il était capable de boxer instinctivement et intelligemment. À l’extérieur du ring, il était une personne disciplinée et responsable, qui donnait une image exceptionnelle à notre sport. Il a été une locomotive pour notre sport en permettant d’aller chercher un nouveau public.

Bernard Barré

Et qui sera le prochain Lucian Bute?

« Il y a beaucoup de jeunes qui s’en viennent, mais ce ne sera pas facile d’en trouver un aussi bon et aussi responsable. On sait qu’on a parfois des p’tits tannants dans la boxe… », a déclaré Barré avec un sourire en coin qui en disait long.

Chose certaine, si le prochain Bute porte le même nom de famille, ce ne sera pas à cause de Lucian.

Interrogé pour savoir ce qu'il dirait à son fils dans 20 ans si ce dernier voulait tenter sa chance dans la boxe, Bute a été très clair.

« Parce que je sais ce qu'il faut et tous les sacrifices que cela exige, je ne le pousserai pas dans ce monde. Mais si ça vient de lui, je lui offrirai tout mon soutien et mon expérience. »

C'est au Québec que Bute et sa conjointe ont choisi d'écrire les prochains chapitres de leur vie et de celle de leurs enfants.

Boxe

Sports