•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour sur les grands moments de la carrière de Lucian Bute

Il lance un cri dans le ring.
Lucian Bute célèbre sa victoire contre Alejandro Berrio, le 19 octobre 2007, qui lui a permis de remporter le titre des super-moyens de l'IBF. Photo: The Canadian Press / Ryan Remiorz
Radio-Canada

En un peu plus de 15 ans dans la boxe professionnelle, Lucian Bute aura connu de grands moments. Mais comme bien de pugilistes, ses dernières années dans le ring auront été peu reluisantes. Retour sur sa carrière.

Débuts remarqués

C’est à Montréal, dans l'équipe d’InterBox, que l’athlète roumain amorce sa carrière professionnelle à l’âge de 23 ans. En novembre 2003, il remporte une victoire par K.-O. technique au deuxième round contre l’Américain Robert Muhammad.

Ses 13 combats suivants prennent également fin avant la limite, si bien qu’après deux ans, il se retrouve avec une fiche parfaite de 14 gains, tous par mises hors de combat. Et c’est avec des décisions unanimes que le flamboyant gaucher gagne quatre de ses cinq duels suivants.

Bute devient une figure populaire auprès des amateurs de boxe québécois grâce à ses prouesses sportives, mais aussi en raison de sa personnalité attachante. Il apprend rapidement à s’exprimer en français.

Champion

En octobre 2007, le protégé de l’entraîneur Stéphan Larouche devient champion des super-moyens de l'IBF devant plus de 13 000 spectateurs au Centre Bell. Il défait le Colombien Alejandro Berrio par K.-O. technique au 11e assaut.

« C'est le plus dur cogneur que j'ai affronté, mais il ne m'a jamais fait mal », affirme le Roumain, l'oeil droit tuméfié à l'issue de sa victoire.

Il défendra son titre neuf fois de suite, bien que le Mexicain Librado Andrade l’ait presque battu à leur premier duel en 2008. Bute avait alors évité une défaite de justesse, sauvé par la cloche après que son rival l’eut envoyé au tapis dans les dernières secondes du 12e round.

Le poing gauche frappe le visage de son adversaire.Lucian Bute atteint Librado Andrade à la mâchoire dans ce combat gagné en 2008. Photo : The Canadian Press / Ryan Remiorz

Une défaite qui lui laisse des traces

Toujours invaincu après 30 combats, le natif de Galati, en Roumanie, accepte d’aller se mesurer au Britannique Carl Froch, le 26 mai 2012, à Nottingham, au Royaume-Uni.

Il subit une humiliante défaite par K.-O. technique au cinquième round aux mains d’un adversaire trop fort pour lui.

Lucian Bute est au tapis.Lucian Bute mis K.-O. par Carl Froch le 26 mai 2012 à Nottingham en Angleterre Photo : Getty Images / Scott Heavey

Lucian Bute n'est plus jamais le même boxeur par la suite. Il ne gagne que deux de ses six derniers combats.

C’est chez les mi-lourds qu’il effectuera son retour entre les câbles. Après une timide victoire sur Denis Grachev à la fin de 2012, il s’incline péniblement par décision unanime devant Jean Pascal, 14 mois plus tard, dans un combat local qui promettait, mais qui déçoit bon nombre d'amateurs.

La fin

Sa fin de carrière est également assombrie par un épisode de dopage. Bute a été déclaré positif à l’ostarine à la suite de sa défaite contre le Suédois Badou Jack en avril 2016.

Il a plus tard été absous par le WBC après que des analyses approfondies eurent démontré que ses suppléments nutritifs avaient été contaminés par son préparateur physique.

Il ne remontera plus sur le ring après le K.-O. que lui passe Eleider Alvarez, à Québec, en février 2017.

Il conclut sa carrière avec une fiche de 32 victoires, dont 25 par K.-O., et 5 défaites.

Boxe

Sports