•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis sur un nuage » - Bianca Andreescu

Bianca Andreescu Photo: Getty Images / Kevork Djansezian
Radio-Canada

L'éreintant chemin parcouru par Bianca Andreescu pour décrocher le titre à Indian Wells lui a permis d'en apprendre beaucoup sur sa propre personne. La Canadienne est arrivée à Miami mardi, au petit matin, avec encore plus d'outils dans son coffre.

Un texte de Félix St-Aubin avec les informations d'Antoine Deshaies

Après son étonnant sacre en Californie, la vedette de l'heure sur le circuit de la WTA a traversé les États-Unis d'ouest en est jusqu'en Floride, où elle participe cette semaine à un autre tournoi d'envergure.

Sept victoires consécutives, dont quatre face à des rivales du top 20, y compris les anciennes numéros 1 mondiales Angelique Kerber et Garbine Muguruza, ont donné à Andreescu une énorme poussée.

Ça m'a assurément donné beaucoup d'expérience et de confiance en mes moyens. Chaque match que je dispute, j'essaie d'en retirer un apprentissage. Les dernières semaines m'ont permis d'apprendre que même si mon corps est épuisé, je peux repousser mes limites avec ma force mentale.

Bianca Andreescu

« C'est ce que j'ai fait en demi-finales et en finale, et j'en suis très heureuse, a-t-elle ajouté dans ses premières entrevues depuis son triomphe à Indian Wells. J'ai aussi appris que je pouvais vraiment déranger mes adversaires grâce à mon style de jeu, je veux donc continuer de m'améliorer, et d'autres bons moments comme ça se produiront. »

En retard 3-2 dans la troisième et décisive manche après avoir subi un bris de service, Andreescu a discuté avec son entraîneur Sylvain Bruneau, qui lui a donné une nouvelle énergie. Le travail de Bruneau a d'ailleurs été salué par son homologue Patrick Mouratoglou, une sommité dans l'univers du tennis.

Quatre jeux plus tard, l'athlète de 18 ans a succédé à la Japonaise Naomi Osaka, actuelle première raquette mondiale, comme reine d'Indian Wells.

« Il se passait beaucoup de choses à ce moment-là, j'étais très stressée, très fatiguée, mais je voulais vraiment, vraiment gagner, explique Andreescu. Il a trouvé les bons mots pour m'encourager. La façon dont il me parlait, c'était très inspirant et ça allait droit au coeur. Ça m'a assurément donné beaucoup de motivation pour les jeux suivants. »

Bianca Andreescu avec le trophée du tournoi d'Indian WellsBianca Andreescu à Indian Wells Photo : Getty Images / Yong Teck Lim

Le succès d'Andreescu n'est pas passé inaperçu sur la planète tennis. Les légendes Billie Jean King et Rod Laver, entre autres, lui ont rendu hommage sur Twitter. Le premier ministre canadien Justin Trudeau et la chanteuse Shania Twain ont fait de même.

La 24e joueuse mondiale et son entourage se pincent encore pour confirmer qu'il ne s'agit pas d'un rêve éveillé.

« Indian Wells est considéré comme le cinquième grand chelem, donc tu ne peux pas faire beaucoup mieux. C’est un accomplissement énorme, c’est une grande joie comme entraîneur d’accompagner un athlète avant et pendant un tournoi comme celui-là », confie Bruneau, qui place cette victoire en tête de son palmarès personnel.

De voir un athlète aller jusqu’au bout, de se dépasser comme elle l’a fait en finale, d’affronter les meilleures joueuses au monde, de trouver des solutions, de jouer sur l’un des plus grands terrains au monde, sous pression, de se réaliser et de hisser son tennis comme elle l’a fait, comme entraîneur tu ne peux pas espérer mieux.

L'entraîneur Sylvain Bruneau

En bonne condition physique

Aux prises avec des douleurs et des crampes lors de son duel contre Kerber en finale, Andreescu assure qu'elle se sent bien physiquement après avoir reçu plusieurs traitements à Los Angeles.

Les célébrations ont été de courte durée. Andreescu et son entraîneur ont souligné ce moment historique du tennis canadien dans un restaurant In-N-Out Burger.

« Je suis sur un nuage, je n’ai pas encore eu l’occasion de tout assimiler, raconte-t-elle. J’ai un tournoi qui commence demain, donc ma concentration est portée vers cela. Mes émotions sont très difficiles à décrire, c’est un rêve qui s'est réalisé. »

Andreescu sera déjà de retour en action mercredi pour son match de premier tour à Miami face à la Roumaine Irina-Camelia Begu. Les deux rivales avaient aussi croisé la raquette en lever de rideau à Indian Wells.

« Je la sens bien, mais ça ne sera pas facile d’enchaîner parce qu’elle a joué la finale à Indian Wells et qu’elle n’est pas une tête de série à Miami, ce qui est un peu inhabituel, mais normal parce que son classement n’était pas approprié », indique Bruneau.

Bianca AndreescuBianca Andreescu Photo : Getty Images / Sean M. Haffey

Consciente que les attentes à son endroit ont grandi de façon exponentielle, la joueuse aux 28 victoires et 3 revers cette saison désire pour sa part garder les pieds sur terre.

Seulement quatre joueuses ont accumulé plus de points qu'elle jusqu'ici en 2019, soit Petra Kvitova, Naomi Osaka, Belinda Bencic et Karolina Pliskova.

« Je n'essaie de ne pas trop avoir d'attentes. Bien sûr qu'à chaque tournoi, je vise le titre, assure Andreescu. Mais quand je débarque sur le court, je veux simplement donner le meilleur de moi-même. C'est vraiment tout ce qui m'importe. »

L'Ontarienne s'est considérablement approchée de son objectif de carrière : trôner au sommet du classement de la WTA. Elle a effectué un bond de 128 rangs depuis l'entame de l'année et peut désormais apercevoir le top 10 sans devoir plisser les yeux.

« Depuis que je suis toute jeune, c'est ce que je veux accomplir, tout en marquant l'histoire en remportant le plus de tournois du grand chelem et en me développant en tant que joueuse et comme personne. »

Tennis

Sports