•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alouettes : le moment est venu pour des proprios québécois, selon Danny Maciocia

Danny Maciocia

Danny Maciocia

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Antoine Deshaies

Danny Maciocia trouve que la descente aux enfers des Alouettes a assez duré. L'homme de football, entraîneur-chef des Carabins de l'Université de Montréal depuis 2011, juge que le moment est idéal pour que l'équipe passe aux mains de propriétaires québécois.

« La famille Wetenhall a fait énormément pour le football au Québec, mais c’est le temps que des intérêts locaux reprennent le contrôle de l’équipe, a dit Maciocia à Radio-Canada Sports. Il est temps qu’on ramène la fierté comme à l’époque où l’équipe accumulait les présences à la Coupe Grey. »

Il assure qu’il n’est pas dans le secret des dieux. Il rappelle que la famille Wetenhall n’a pas annoncé ouvertement ses intentions de se départir de l’équipe.

Il n’a pas non plus eu vent d’une possible mise sous tutelle de l’équipe par la Ligue canadienne. Il estime toutefois que son ami Éric Lapointe, ancien joueur des Alouettes, a tout ce qu’il faut pour mener un groupe d’investisseurs.

« Il connaît beaucoup de succès en finances et il a un grand réseau de contacts dans le monde des affaires, ajoute Maciocia. Je suis convaincu qu’il est un candidat idéal pour diriger l’équipe si ça l’intéresse et si c’est faisable avec la ligue. »

Danny Maciocia n’a jamais caché son amour et son intérêt de travailler un jour pour les Moineaux. Il était sorti aigri d’une rencontre avec les propriétaires actuels en 2016.

Il avait refusé le poste de président, puisque la proposition l’écartait des décisions sur le plan du football.

Si un nouveau groupe d’investisseurs se portait acquéreurs de l’équipe, l’homme de 51 ans analyserait attentivement une offre.

« Si je fais le saut avec les Alouettes, je veux faire partie des opérations football et ça fait deux ans que je dis que ça m’intéresse, confie-t-il. Si le bon groupe est en place avec une vision similaire à la mienne, je serai toujours à l’écoute. Je suis un bâtisseur dans l’âme et le rôle de directeur général m’intéresserait. »

Se reconnecter avec le football québécois

Danny Maciocia n’en revient pas que des joueurs québécois préfèrent jouer ailleurs qu’à Montréal dans la LCF. Il comprend toutefois leur sentiment.

« Avant, tout le monde voulait jouer ici, mais aujourd’hui les joueurs autonomes n’ont même plus envie d’écouter les offres, explique Maciocia. Il faut un meilleur leadership dans tous les secteurs de l’équipe. Montréal n’est pas une moins belle ville qu’il y a 10 ans, c’est l’équipe qui a changé pour le pire. »

Les Alouettes, toujours selon l’entraîneur-chef des Carabins, jouent dans l’indifférence, dans un univers parallèle du football québécois, par ailleurs en bonne santé.

« C’est préoccupant et ça m’attriste, dit celui qui a rempli plusieurs fonctions au sein du personnel d’entraîneurs des Alouettes de 1997 à 2001. Ça me fait mal au coeur. Les Québécois devraient reprendre leur équipe pour qu’elle retrouve sa place et sa visibilité dans la communauté. »

Si l’équipe devait être vendue, Maciocia s’attend à ce que les choses bougent rapidement. Sans quoi, l’équipe vivra dans l’incertitude au moins une autre saison.

Maciocia est convaincu qu’un changement de propriétaires, et surtout de culture d’entreprise, peut avoir un impact majeur à court terme.

« Ça peut faire une immense différence, parce que les Alouettes ne sont pas une si mauvaise équipe que ça, conclut-il. Il faut simplement arrêter de prendre des décisions à court terme comme on l’a vu trop souvent récemment. »

Une pointe à peine voilée au directeur général Kavis Reed qui occupe la chaise que Maciocia convoite de moins en moins secrètement.

Football

Sports