•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien vante les mérites de Barry Trotz et de ses Islanders

Photo: Getty Images / Bruce Bennett
Alexandre Gascon

Après la perte de John Tavares le 1er juillet, sans aucune forme de compensation, les Islanders, les adversaires du Canadien jeudi, semblaient destinés à couler à pic. Pour leur donner un coup de pouce, une autre vedette est arrivée... derrière le banc celle-là.

Seulement 11 jours après avoir soulevé la coupe Stanley, Barry Trotz a quitté le navire des Capitals en raison d’une mésentente contractuelle avec Washington.

L’entraîneur a ensuite répondu à l’appel claironné par Lou Lamoriello, lui-même récemment embauché par les New-Yorkais, pour reprendre la barre d'une formation que tout un chacun croyait en perdition.

À lire aussi :

Avant le début de l’année, ESPN leur avait même prédit le 24e échelon du circuit Bettman.

Lamoriello a peu bougé pendant l’été et s’est contenté de rapatrier de fidèles soldats de son époque torontoise comme Leo Komarov et Matt Martin.

Pourtant, de 22es qu’ils étaient au classement général l’an dernier, les Islanders occupent le 7e rang dans la LNH.

Qu’est-ce qui a changé? Barry Trotz, répondent en chœur joueurs et entraîneur du Canadien.

« Barry Trotz était aussi un bon entraîneur quand il était à Nashville. Il réussissait toujours à bien faire avec ce qu’on lui donnait. J’ai toujours aimé Barry. On est de bons amis d’ailleurs et on partage beaucoup de choses ensemble, même durant la saison. Mais demain, je n’ai pas l’intention de partager la victoire avec lui », a confié mercredi Claude Julien, facétieux.

C’est un des meilleurs entraîneurs du monde, certainement.

Brendan Gallagher à propos de l'entraîneur des Islanders, Barry Trotz

« Partout où il est allé, il a gagné. Il doit se sentir mieux maintenant qu’il a gagné la Coupe Stanley. Quand tu as un entraîneur qui a gagné la Coupe et qui arrive dans ton vestiaire, il impose le respect. Nous savons aussi ce que c’est. Si tu achètes le système de l’entraîneur, tu as une chance de vivre ton rêve. Les joueurs ont acheté ce qu’il prêche et ça paraît depuis leur premier match », a ajouté l’ailier droit.

N’empêche, le CH croisera le chemin d’une équipe qui lui ressemble jeudi soir à Uniondale. Une équipe qui a surpris le monde du hockey, davantage que ne l’a fait le Tricolore d’ailleurs, et qui met l’accent sur la qualité de sa relance de l’attaque et de sa rapidité.

« C’est une équipe qui travaille extrêmement fort et qu’il ne faut pas prendre à la légère. Ils ne sont pas là pour rien non plus. Ils ont un bon système et ils le respectent. Oui, il y a un peu de similitudes entre les Islanders et nous », a dit Phillip Danault.

Une question de structure

Scott Mayfield, Ryan Pulock, Johnny Boychuk, Adam Pelech, Nick Leddy, Devon Toews : on rit souvent de la brigade défensive du Canadien, mais celle des insulaires n’a pas de quoi se vanter à première vue.

La troupe de Barry Trotz excelle pourtant en défense et est 1re pour ce qui est des buts accordés (163) cette année.

Les hommes de Julien se mesureront deux fois en une semaine aux 2es de la Division métropolitaine. Autant dire qu’il faudra trouver le moyen de percer leur schéma défensif rapidement.

Mathew Barzal (à droite), des Islanders de New York, bat le gardien du Canadien de Montréal, Carey Price (au centre), d'un tir vif par-dessus l'épaule gauche de ce dernier
.Mathew Barzal (à droite), des Islanders de New York, a inscrit un but et une passe en première période contre le Canadien de Montréal. Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Parce qu’il est justement question de cela : de structure. Voilà ce qu’a apporté Trotz à sa formation selon plusieurs.

« Ils se défendent avec ardeur. Ils sont constamment dans ta face. Ils avaient déjà de bons éléments, mais pas vraiment de structure ou d’identité. Maintenant oui. Ils se défendent vraiment très bien », a fait valoir Dale Weise, qui les a croisés plus souvent qu’à son tour avec les Flyers ces trois dernières saisons.

« Ils sont bien dirigés. Ils ont du plaisir. Ce qu’il y a de plus difficile quand tu les affrontes, c’est que tu sais qu’ils vont travailler fort. Il n’y aura pas de présence facile », a ajouté Brendan Gallagher.

« Ils sont bien structurés, ils jouent bien en équipe et s’en tiennent à ce qu’ils doivent faire. Et ils sont constants à cause de ça. Un peu comme nous, leur succès a rejailli à travers leur formation », selon l’entraîneur du Bleu-blanc-rouge.

Le Canadien s’est replacé sur la bonne voie avec une victoire à l’arraché face aux Red Wings mardi. La tâche s’annonce plus compliquée dans le bon vieux Nassau Coliseum jeudi soir.

Les trios du Canadien à l'entraînement, jeudi :

  • Tatar - Danault - Gallagher
  • Byron - Domi - Shaw
  • Drouin - Kotkaniemi - Weal
  • Lehkonen - Thompson - Armia

En défense

  • Mete - Weber
  • Kulak - Petry
  • Benn - Folin

Hockey

Sports