•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éric Lapointe tendra l'oreille si les Alouettes sont à vendre

Andrew Wetenhall

Andrew Wetenhall

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Plusieurs médias rapportent que les Alouettes de Montréal pourraient être bientôt vendues. L'équipe a indiqué à Radio-Canada Sports qu'elle ne commenterait pas ce qu'elle appelle « des rumeurs ». L'ancien demi offensif Éric Lapointe, dont le nom circule parmi les acheteurs potentiels, suit le dossier avec grande attention.

Un groupe d’investisseurs québécois, à la tête duquel se trouverait Lapointe, serait intéressé à prendre le contrôle de l’équipe, avancent certains médias.

Lapointe, qui travaille dans le monde de la finance, a confirmé son intérêt dans cette démarche. Il a cependant affirmé qu’il n’avait eu aucune discussion récemment avec Bob ou Andrew Wetenhall quant à la possibilité d’acquérir la franchise montréalaise.

Le Montréalais de 44 ans est prêt à tendre l'oreille si les Alouettes sont bel et bien à vendre, mais pas à n'importe quel prix.

« On sait que j'ai toujours été un acheteur, mais je n'ai pas été approché [...] C'est sûr que je suis ouvert, je demande juste à savoir quel est le montant à mettre sur le chèque. »

« En ce qui me concerne, je le voyais plus comme un partenariat avec un groupe de personnes. C'est probablement la meilleure chose pour une organisation comme celle-là », déclare-t-il.

Lapointe avait déjà approché la famille Wetenhall il y a deux ans afin de former un partenariat ou de reprendre l'équipe avec un groupe local, mais sans succès.

Mon groupe est toujours présent, et même différent et amélioré. Mais pour l'instant, c'est entre les mains de la famille Wetenhall. Je ne sais pas exactement ce que les Wetenhall veulent faire, et j'aimerais mieux de mon côté rester discret parce que ce sont des gens qui ont fait de grandes choses pour moi.

Éric Lapointe, ancien porteur de ballon

« On a toujours pensé que la famille Wetenhall allait conserver l'équipe à Montréal et rester propriétaire, mais ce serait pas mal avantageux, j'imagine, pour tout le monde que finalement des Québécois puissent mettre la main sur cette équipe. »

Silence radio des Alouettes

Présent au camp d’évaluation régional de l'Est de la Ligue canadienne (LCF) mercredi, à Montréal, le président des Alouettes Patrick Boivin a gardé le silence le plus complet sur les informations qui circulent sur la vente de l'équipe.

Le journaliste Herb Zurkowsky, du quotidien The Gazette, a été le premier à écrire que la famille Wetenhall, propriétaire des Alouettes, chercherait à s’en départir.

Les Wetenhall ont acquis l'organisation montréalaise en 1997.

Ils sont devant une toile qui porte le nom de l'équipe.

Bob Wetenhall (à gauche) aux côtés de l'ancien président des Alouettes de Montréal, Ray Lalonde.

Photo : The Canadian Press / Ryan Remiorz

Seul David Braley, propriétaire des Lions de la Colombie-Britannique, possède une équipe de la LCF depuis aussi longtemps.

Sous le règne des Wetenhall, les Alouettes ont pris part à huit finales de la Coupe Grey de 1998 à 2010 et ont décroché les grands honneurs en 2002, 2009 et 2010.

Par contre, l’équipe n’a pas participé aux éliminatoires depuis celles de 2014.

La ligue suit le dossier

Le commissaire de la LCF, Randy Ambroisie, effectue un arrêt à Montréal mercredi dans le cadre d'une tournée pancanadienne.

Ambroisie n'a ni confirmé ni nié les informations qui circulent sur la vente possible des Alouettes. Il a indiqué que la ligue demeurait engagée à aider l'équipe à retrouver son lustre.

« Nous travaillons avec les Alouettes, de même qu'avec la famille Wetenhall. L'objectif est de renforcer cette franchise pour qu'elle puisse renouer avec sa gloire du passé », a reconnu le commissaire.

Ambrosie a expliqué que la situation financière des Moineaux était au coeur de cette coopération.

« C'est la raison même pour laquelle nous sommes en pourparlers avec les Alouettes, [le directeur] Andrew Wetenhall et [le président et chef de la direction] Patrick Boivin. Ensemble, nous voulons redynamiser cette franchise pour la ramener où tout le monde veut qu'elle soit. »

Les deux parties passent en revue « pratiquement toutes les variables », de la consolidation de sa place dans le marché montréalais au marketing, en passant par la vente de billets. Ambrosie a rappelé que l'exercice était similaire avec les autres formations de son circuit.

Questionné à savoir si l'avenir des Alouettes, voire la saison 2019, était en péril, le commissaire s'est contenté de dire que « l'accent est porté sur le renforcement de cette franchise », ajoutant que « les discussions sont incroyablement positives, que tous regardent vers l'avant et cherchent des solutions ».

D'après les informations de Félix St-Aubin

Football

Sports