•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maurice Simba, de Kinshasa aux portes de la NFL

Maurice Simba sous les yeux des recruteurs de cinq équipes de la NFL

Photo : Kyran Thicke / Concordia Stingers

Antoine Deshaies

Au moment même où Maurice Simba s'est couché sur le dos pour soulever une charge de 102 kg (225 lb) à bout de bras à 25 reprises, des larmes ont coulé sur ses joues.

Sur le point de montrer sa force aux recruteurs de cinq formations de la NFL venus l’évaluer à Montréal, le colosse voyait défiler dans sa tête des images de son enfance en République démocratique du Congo.

« J’ai pensé à tous les sacrifices que ma mère a faits pour qu’on vienne s’installer au Canada et mes journées à Kinshasa où l’on n’avait rien à manger, a confié Simba à Radio-Canada Sports. Je suis extrêmement reconnaissant d’avoir l’occasion de prouver mon savoir-faire devant des recruteurs. J’étais là, devant plusieurs caméras et des recruteurs de la NFL, et j’étais très fier. »

L’intensité était palpable dans le gymnase de Lachine, où plusieurs joueurs des Stingers étaient venus encourager leur coéquipier. Simba a admis avoir eu du mal à trouver le sommeil la veille.

« J’essayais de ne pas ressentir le stress, mais c’était très difficile, confie le bloqueur de la ligne à l'attaque. Je pense que j’ai dormi quatre heures seulement la nuit dernière. »

Il regarde au loin.

Maurice Simba concentré avant son Pro day

Photo : Radio-Canada / Michel Riverain

Pendant plus d’une heure, Simba a montré ce dont il était capable sous les yeux des recruteurs des Bears de Chicago, des Packers de Green Bay, des Jets de New York, des 49ers de San Francisco et des Browns de Cleveland.

En plus de ses 25 répétitions au développé couché, il a notamment réussi à franchir une distance de 40 verges en 5 s 99/100. Il a conclu la séance avec des exercices de déplacement dirigés par le recruteur des 49ers.

« Ça n’a pas été parfait, mais je suis très satisfait de ce que j’ai réussi aujourd’hui, a dit le géant de 2,02 m et 156 kg (6 pi 7 po/343 lb). J’ai donné tout ce que j’avais. C’était ma façon de dire merci à l’Université Concordia et à la ville de Montréal qui m’ont accueilli. Cette journée a une immense valeur à mes yeux. »

Maurice Simba a un profil atypique pour un joueur qui cogne aux portes de la NFL. Il est arrivé au Canada de la RDC à 18 ans. Il n’avait jamais joué au football avant de mettre les pieds au pays.

D’ailleurs, pour lui, le football était ce qu’on appelle ici le soccer. Il est encore un diamant à polir, mais il possède un atout qui ne s’enseigne pas : une charpente hors du commun.

Dire qu’il a le physique de l’emploi est un euphémisme. Est-ce suffisant pour être sélectionné au repêchage de la NFL, à 25 ans de surcroît? Lui-même se montre réaliste.

« J’essaie de ne pas trop y penser et je garde les deux pieds sur terre, explique Simba. Tout ce que je veux, c’est une invitation à un camp d’entraînement. Je veux juste avoir l’occasion de prouver que je peux jouer dans la NFL. Si ça ne marche pas, je veux jouer dans la Ligue canadienne. »

Des débuts modestes, une progression rapide

Simba l’admet candidement, il a détesté sa première année à jouer au football, mais il s’est accroché. À sa sortie du Collège Montmorency, l’intérêt des équipes universitaires à son endroit était très limité.

Il a appris à aimer son sport. À sa dernière saison à Concordia, il a été nommé au sein de l’équipe d’étoiles du Réseau du sport étudiant du Québec.

« J’ai rapidement compris que pour être bon dans quelque chose, il fallait être passionné, explique-t-il. Quand j’ai changé d’approche et de philosophie, je me suis mis à apprendre plus rapidement. »

Simba est prêt à tout pour jouer au football professionnel. Bloqueur dans les rangs universitaires, il n’hésiterait pas à changer de position si une équipe lui demandait.

« Je veux juste une chance de jouer, insiste-t-il. Je peux apprendre à la position de garde et ensuite faire la transition au poste de bloqueur. J’adore les critiques constructives et je pense que j’ai encore beaucoup à apprendre. »

Maurice Simba des Stingers de Concordia en pleine course

Maurice Simba des Stingers de Concordia

Photo : Kyran Thicke / Concordia Stingers

Maurice Simba, comme Mathieu Betts et Samuel Thomassin qui ont participé à une même séance d'évaluation lundi à Québec, est représenté par l’agent Sasha Ghavami. L’agent québécois compte aussi parmi ses clients Laurent Duvernay-Tardif et Antony Auclair.

« Sasha m’a mis en contact avec Laurent et son humilité m’a frappé, admet-il. Il m’a conseillé de rester moi-même quand les Chiefs et les Steelers sont venus me voir jouer la saison dernière. Il est un mentor pour moi. »

En janvier, Simba a été invité à participer à un match des espoirs de la NFL en Californie, le NFLPA Collegiate Bowl. Là-bas, il a rencontré les recruteurs d’une vingtaine d’équipes de la NFL.

Son dossier intrigue assurément.

Le repêchage de la NFL a lieu du 25 au 27 avril prochain. Celui de la LCF suivra le 2 mai.

Football

Sports