•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

L’espoir du Canadien : sa diversité

Max Domi et Jonathan Drouin
Max Domi et Jonathan Drouin ont chacun franchi la barre des 50 points. Photo: Getty Images / Minas Panagiotakis
Guy D'Aoust

BILLET - Certains préfèrent parler de profondeur. Mais peut-être que le mot diversité s'applique mieux dans le cas du Canadien de Montréal, l'une des trois équipes de la Ligue nationale comptant six joueurs (ou plus) avec au moins 40 points.

Max Domi (60), Jonathan Drouin (50), Tomas Tatar (48), Phillip Danault (45), Brendan Gallagher (44) et Jeff Petry (41) composent ce sextuor d’exception avec lequel seuls les Sharks de San José (8) et les Capitals de Washington (6) peuvent rivaliser dans la LNH.

Ça pourrait être 9!

Andrew Shaw a 34 points. Paul Byron en a 26, Shea Weber, 25. Leur rythme de production leur vaudrait une place parmi les 40+ s’ils n’avaient pas raté autant de matchs à cause de blessures.

Shea WeberShea Weber Photo : USA Today

C’est tout à fait exceptionnel.

Même si le Canadien ne compte aucun pointeur parmi les 50 premiers de la LNH, il reste dans le coup grâce à sa diversité. Ça vient de partout, de l’attaque comme de la défense, de trois trios, et de joueurs dont les styles diffèrent beaucoup.

En cas de blessure…

Cette polyvalence collective confère au Canadien une forme de protection contre les coups durs. Si une blessure le prive de l’un de ces neuf éléments, le Tricolore aura évidemment du mal à compenser. Mais la perte sera moins ressentie que celles d’un Crosby à Pittsburgh, d’un Panarin à Columbus ou d’un Aho en Caroline.

Et pour le reste, il y a Carey.

Lui, il faut le garder loin de l’infirmerie!

Carey PriceCarey Price Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Hockey

Sports