•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AMA peut enfin commencer à authentifier les données de Moscou

dopage russie
Des éprouvettes en laboratoire Photo: Radio-Canada
Agence France-Presse

L'Agence mondiale antidopage (AMA) peut amorcer la phase d'authentification des données électroniques du laboratoire de Moscou récupérées à la mi-janvier, après avoir terminé une première phase de téléchargement, a annoncé mercredi l'organisation basée à Montréal dans un communiqué.

« Les experts de l’AMA, avec le soutien d’experts [médico-légaux] externes, pourront maintenant commencer à évaluer les données plus en détail pour vérifier qu’elles soient complètes et authentiques », a expliqué l’AMA dans un communiqué.

L’ensemble du processus de téléchargement et d’authentification doit durer deux ou trois mois, a rappelé l’Agence dans son communiqué.

La révélation en novembre 2015 d’un vaste scandale de dopage institutionnalisé dans l’athlétisme russe, étendu à l’ensemble du sport de 2011 à 2015, et confirmé dans différents rapports ultérieurs, a contraint l’AMA à suspendre l’Agence russe antidopage (RUSADA), le 18 novembre 2015.

Après près de trois années de suspension, l’AMA a décidé, le 20 septembre 2018, de lever la sanction sous deux conditions : l’accès aux données électroniques du laboratoire de Moscou avant le 31 décembre 2018 et l’accès aux échantillons restés au laboratoire dont l’AMA aura besoin pour de possibles nouvelles analyses avant le 30 juin 2019.

Après plusieurs tentatives infructueuses, l’AMA a finalement récupéré les données le 17 janvier, au bout d’une longue mission. L’AMA n’avait pas rétabli la suspension de la RUSADA lors d’une réunion de son comité exécutif, malgré le retard de deux semaines sur le délai.

L’ensemble des données récupérées correspond à quelque 24 téraoctets, soit l’équivalent de 400 000 heures de musique ou l’espace disponible sur environ 5200 DVD, précise l’AMA.

« Nous avons entrepris de recréer virtuellement le laboratoire de Moscou, afin de relier les diverses données à leurs instruments respectifs et de vérifier qu’elles sont complètes, exactes et qu’elles n’ont pas été manipulées », a expliqué Günter Younger, directeur du service renseignements et enquêtes de l’AMA.

« Une fois que nous aurons validé l’authenticité des données, nous pourrons passer à la phase suivante et aider les différents sports et autres organisations antidopage concernés à monter des dossiers contre les tricheurs », a ajouté M. Younger.

Dopage

Sports