•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai pensé que je n’avais plus ma place dans le circuit » - Chloé Dufour-Lapointe

Chloé Dufour-Lapointe a dû passer par la deuxième qualification. (Photo: Getty Images/Cameron Spencer)

Photo : Radio-Canada

Alexandre Gascon

En manque de résultats depuis deux ans, Chloé Dufour-Lapointe a songé à s'éloigner du ski acrobatique cette saison, avant de « rallumer le feu ».

La cadette des trois sœurs n’a plus grimpé sur un podium depuis le 28 janvier 2017 et vient de conclure une deuxième saison blanche.

« Oui, c’est difficile parce que tu penses que les gens s’attendent à ça, a-t-elle confié au micro de Radio-Canada Sports à l'occasion de son bilan de fin de saison.

« On était tout le temps dans le top 5. Mais là, on est dans le processus et on a accepté d’être dans cet état-là et de prendre des risques. Le petit hamster en nous, le côté négatif, peut commencer à pédaler plus vite que toi. Il faut être plus fort que lui en moments de stress. J’ai réussi à le calmer et à faire ma job. Skier pour soi, s’amuser. Je skie avec mon cœur », a lancé Chloé.

Après les Jeux olympiques de Pyeongchang, l’ancienne championne du monde avait avoué que les problèmes de santé de sa mère et l’usure liée aux longues saisons sur le circuit commençaient à avoir raison de son enthousiasme.

Aujourd’hui, la Montréalaise n’envisage pas encore la retraite, mais elle caresse l’idée d’une année sabbatique l’an prochain.

« Il y a de l’ouverture à une année off de compétition où je m’entraîne. Peut-être une ou deux compétitions pour continuer à évoluer. Mais je n’ai pas établi le plan. Depuis que j’ai 12 ans, je n’ai jamais arrêté. »

Ce n’est pas coulé dans le béton, j’en ai parlé à mes entraîneurs. Au début de la saison, je penchais plus vers cette option-là, maintenant je suis ambivalente.

Chloé Dufour-Lapointe

À l’image de son aînée, Maxime, qui poursuit ses études en médecine, Chloé a déjà commencé à tâter le terrain pour approfondir ses connaissances en mode, sa deuxième passion.

Chloé et Justine ont passé la dernière année à peaufiner un nouveau saut, le tire-bouchon 720, un saut désaxé avec deux vrilles complètes.

Les deux athlètes l’ont effectué en compétition pour la première fois lors des Championnats du monde, à Deer Valley, avec un résultat mitigé. Chloé a pris le 7e rang et Justine, le 5e. Mais les deux sœurs se sont surtout concentrées sur l’évolution de leur art que sur le simple verdict des juges.

« Une 5e place avec un nouveau saut et le stress qui est là, ça vaut tellement plus que si j’avais fait une descente plus sûre. Je n’aurais pas été aussi fière », a laissé tomber Justine.

« Je n’arrivais pas à mettre le feu en piste. Le processus du cork m’a fait du bien, a enchaîné Chloé. On n’a pas skié pendant 6 mois après les jeux pour travailler ce saut, on était sur le trampoline trois quatre fois par semaine. »

« J’ai pensé que je n’avais plus ma place dans le circuit et, en terminant la saison, j’ai fait : non. J’ai encore ma place, même à 27 ans. Je suis en forme, je me dépasse encore à chaque entraînement. »

Pas d'obsession pour le globe de cristal

Que reste-t-il à gagner dans ce sport lorsque vous détenez deux médailles olympiques, dont une en or, et un titre de championne du monde?

Le globe de cristal, théoriquement. Chloé l’a soulevé en 2016, mais l’honneur ultime glisse encore entre les doigts de Justine, 24 ans, qui a terminé 2e au classement général de la Coupe du monde à cinq reprises.

De dauphine qu’elle était encore en 2016, elle a descendu au 3e rang l’année suivante, puis au 5e. Elle vient de conclure la dernière campagne au 6e échelon.

La benjamine du trio a dû composer avec une blessure à l’épaule pour la première fois de sa carrière et a raté deux étapes.

Justine Dufour-Lapointe n'a jamais visé le globe de cristal

Dans ces circonstances, Justine a préféré regarder le bon côté des choses.

« Ç’a été difficile de monter sur deux podiums [deux médailles de bronze, NDLR], mais je l’apprécie d’autant plus. Avec ma blessure à l’épaule, j’étais inquiète. »

Justine Dufour-Lapointe soufflera 25 bougies le 25 mars. Quatre des cinq concurrentes qui l’ont devancée au classement général sont âgées de 18 à 22 ans. Elle admet ressentir une certaine pression, mais croit pouvoir compenser avec son expérience.

La constance n’a jamais été sa force, a-t-elle ajouté.

« Le globe de cristal n’a jamais été un objectif. Je me connais, ce n’est pas ma force d’être constante et d’avoir cette énergie pendant un an. Je ne suis pas de même. Je suis une boule de feu, une boule d’énergie. Je performe quand l’enjeu est grand, quand c’est stressant, mais ça me prend du jus pour remonter là. »

Chloé et Justine participeront aux Championnats canadiens à Val Saint-Côme les 23 et 24 mars afin de roder à nouveau l’exécution de leur nouveau saut.

Elles s’accorderont par la suite quelques semaines de repos pendant lesquelles Chloé réfléchira à son avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski acrobatique

Sports