•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutsenko imite Froome avec le doublé au Tour d'Oman, la dernière étape à Nizzolo

Alexey Lutsenko, tout sourire, après sa victoire au Tour d'Oman
Alexey Lutsenko Photo: Getty Images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Agence France-Presse

Le 10e Tour d'Oman a connu, jeudi, un final tendu entre sprinteurs, sans incidence sur le classement général toutefois. Pour une deuxième année de suite, le Kazakh Alexey Lutsenko a enlevé les honneurs de cette épreuve dont la sixième et dernière étape a été réglée par l'Italien Giacomo Nizzolo.

Le coureur de la formation Dimension Data a devancé, après un sprint très musclé, ses compatriotes Sonny Colbrelli et Davide Ballerini à l'issue d'un parcours de 135,5 km terminé sur la corniche de Matrah, la promenade des Anglais de Mascate.

Nizzolo a ainsi décroché son premier succès en un an, soit depuis le Tour de San Juan.

« Cette victoire donne évidemment de la confiance. Mais il me reste encore beaucoup de travail pour être à mon meilleur niveau », a affirmé l’homme du jour, opéré à un genou en décembre dernier.

Lutsenko (Astana) s'est, lui, imposé comme le maître incontesté cette semaine, avec trois victoires d'étape, dont celle de la montagne Verte mercredi, l'étape reine de la course. Il s'est emparé du maillot rouge de meneur dès le troisième jour pour ne plus le lâcher.

Comme Chris Froome l’avait fait en 2013 et 2014, il a réussi le doublé.

« Je suis vraiment heureux. Cela donne beaucoup de confiance pour la suite de la saison et notamment les classiques », a dit le vainqueur, qui a précédé au classement général l'Italien Domenico Pozzovivo et l'Espagnol Jesus Herrada par respectivement 44 et 47 s.

« La dernière étape a vraiment été très stressante. Il y a eu des chutes et un sprint final très dangereux », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, ce dernier jour de course a été marqué par une chute à l'entrée d'un village. Cela a entraîné l'abandon d'Akexander Kristoff, vainqueur de la première étape et l'un des favoris pour le sprint final.

L'ultime assaut de la course, lancé dans le dernier tour du circuit autour de la corniche, a été particulièrement musclé et a provoqué des frustrations. Les Français Nacer Bouhanni et Bryan Coquard et l'Allemand André Greipel étaient particulièrement remontés.

« À 200 mètres de la ligne, j'allais produire mon effort, mais Bonifazio (Niccolo, sprinteur italien, NDLR) a complètement changé de ligne. Il me tape dans le guidon, j'ai tapé un plot aux 150 mètres et voilà, le sprint était foutu », a raconté un Bouhanni fort déçu.

Nizzolo, lui, a su saisir sa chance. « Je suis revenu sur le groupe, j'ai vu une ouverture, je suis passé. »

Côté canadien, Pier-André Côté (Rally UHC Cycling) a conclu l'étape dans le peloton, au 19e rang, tout comme son coéquipier Rob Britton, 74e. Adam de Vos, aussi de Rally UHC Cycling, et Hugo Houle, coéquipier de Lutsenko, ont cédé 1 min 51 s au gagnant de l'étape.

Au classement général, Houle figure en 39e place (à 14:08 de Lutsenko), Britton en 43e (à 15:41), De Vos en 80e (à 30:59) et Côté en 96e (à 40:09).

Cyclisme sur route

Sports