•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n’ai plus le même appétit » : Georges St-Pierre prend sa retraite

Georges St-Pierre

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Le Québécois Georges St-Pierre, champion emblématique de l'Ultimate Fighting Championship (UFC), a annoncé sa retraite des arts martiaux mixtes à 37 ans, jeudi, en conférence de presse au Centre Bell.

« J'ai toujours dit que je me retirerais alors que je suis au top, a-t-il déclaré dans son allocution d’ouverture. Je ne voulais pas qu'on me dise de prendre ma retraite. »

« Je n’ai plus le même appétit que quand j’étais jeune. Je ne suis plus la même personne, a-t-il ajouté. Quand j’étais jeune, je voulais me battre contre n’importe qui, je m’en foutais. Il fait froid ici à Montréal. L'hiver, je courais dehors avec des sacs sur les pieds et je criais : "C’est la guerre!" Un peu comme Marvin Hagler. »

Je ne fais plus ce genre de choses là. Mon état d’esprit n’est plus le même, ma motivation n’est plus la même.

Georges St-Pierre

« J’avais envie d’y aller un combat à la fois, et voir si j’avais envie de continuer. Mais l’UFC, c’est une business. Il lui faut des garanties que ses combattants vont continuer, et je comprends ça. »

Georges St-Pierre a aussi parlé du combat qu'il a tenté d’obtenir contre le champion des poids légers (155 lb), le Russe Khabib Nurmagomedov, et qui ne s'est jamais matérialisé. Le combattant québécois admet que c'est peut-être un mal pour un bien.

« Pour un athlète en sport de combat, au stade où j'en suis, le plus épeurant est d'affronter un adversaire qui paraît invincible aux yeux de tous, a-t-il précisé. Khabib est le meilleur combattant au monde à l'heure actuelle, livre pour livre. Je pense que c'est une bonne fin pour moi. Khabib est jeune et je sais qu'il va devenir l'un des plus grands. Je lui souhaite la meilleure des chances. »

Mercredi, Khabib Nurmagomedov a invité Georges St-Pierre à l'affronter en novembre avant qu'il prenne définitivement sa retraite, en ajoutant qu'il était même prêt à prendre cinq livres pour augmenter ses chances de l'affronter.

Du courage contre Carlos Condit

Invité à choisir le moment dont il est le plus fier au cours de sa prolifique carrière, Georges St-Pierre n'a pas hésité une seconde en désignant son combat contre Carlos Condit en 2012.

« Les gens doivent penser que je vais dire une victoire ou un K.-O. mémorable, mais c’est la fois où j’ai été envoyé au tapis après avoir reçu un coup de pied de Carlos Condit à la tête. Je me suis aussitôt relevé. Ça prouve que j’avais les guts de surmonter des obstacles », a-t-il déclaré.

Georges St-Pierre

Georges St-Pierre

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Georges St-Pierre se réjouit également de sa contribution aux sports de combat et de l'héritage qu'il lègue à la prochaine génération de combattants.

« Non seulement j’ai essayé d’être un modèle pour mes fans et les gens qui me regardent, mais j’ai aussi essayé d’aider le sport », a mentionné l'ancien athlète de 37 ans.

J’ai fait de mon mieux pour essayer de rendre le sport plus propre possible. Il y a encore beaucoup à faire, mais c’est déjà mieux que c’était. Aujourd’hui, je passe la torche aux nouveaux combattants. C’est à eux maintenant de se lever.

Georges St-Pierre

Enfin, l'athlète originaire de Saint-Isidore a tenu à nommer des athlètes qui l’ont inspiré au cours de sa carrière. Il a entre autres parlé du combattant Royce Gracie, qui lui a donné l’ambition de devenir un champion du monde d’arts martiaux mixtes, ainsi que du kick-boxeur Jean-Yves Thériault, qu’il a qualifié de pionnier dans les sports de combat.

Parmi ses idoles, St-Pierre a également nommé à plusieurs reprises le joueur de hockey canadien Wayne Gretzky. « J’ai toujours voulu me modeler aux grands du sport. Pour moi, c’est lui le plus grand, tous sports confondus. J’ai toujours voulu être comme lui , a-t-il confié. Tout commence avec un rêve et j'ai eu la chance d’en avoir un grâce à ces gens-là. »

Un palmarès bien garni

Au cours de sa carrière professionnelle de 15 ans, Georges St-Pierre a été sacré deux fois champion des mi-moyens (170 lb). Il a défendu ce titre avec succès neuf fois, de 2007 à 2013, soit le plus grand nombre dans l'histoire de l'UFC.

Après une pause de quatre ans, il est revenu dans l'arène pour dépouiller Michael Bisping de sa ceinture des poids moyens (185 lb) en novembre 2017. Il est du même coup devenu le quatrième combattant à devenir champion dans une deuxième division de poids, après Randy Couture, B.J. Penn et Conor McGregor.

« GSP » ne s'est toutefois pas battu depuis sa victoire face à Bisping.

Il montre une fiche de 26 victoires et 2 défaites dans l'octogone.

Un hommage à St-Pierre est par ailleurs prévu, jeudi soir, au Centre Bell, avant le match qui opposera le Canadien de Montréal aux Flyers de Philadelphie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Arts martiaux

Sports