•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ann-Sophie Bettez : une recrue qui vit d'espoir

Elle manie la rondelle.

Anne-Sophie Bettez

Photo : Crédit : Louis-Charles Dumais LCHF

Jean-François Poirier

À 31 ans, Ann-Sophie Bettez avait pourtant un air de joueuse recrue à la Série de la rivalité entre le Canada et les États-Unis la semaine dernière. Et la première expérience en presque 10 ans de la hockeyeuse avec l'équipe nationale l'a comblée.

« La gardienne Shannon Szabados était la seule joueuse plus âgée. Elle avait un an de plus que moi. C'était beaucoup d'inconnu, car je devais rentrer dans un groupe où je ne connaissais que peu de joueuses. J'ai découvert des personnes extraordinaires. »

Bettez a été invitée par Équipe Canada à prendre part aux trois matchs contre les Américaines. Jumelée à la capitaine Marie-Philip Poulin et à Rebecca Johnston, la joueuse étoile des Canadiennes de Montréal de la LCHF n'a pas eu à se contenter d'un rôle secondaire en dépit de son manque d'expérience à l'échelle internationale.

« Elle s'est comportée comme une vétérane, estime Marie-Philip Poulin, qui est aussi sa partenaire de trio avec les Canadiennes. De jouer avec elle avec Équipe Canada, c'était super. »

« C'est toujours gratifiant de jouer avec une fille comme Marie-Philip. L'entraîneur n'a pas modifié notre trio, c'est un beau message de confiance. Je n'ai pas eu autant de succès au chapitre des points qu'avec les Canadiennes, mais je pense que j'ai bien fait malgré tout. J'espère avec le temps être capable de dominer dans une série entre le Canada et les États-Unis ou à un Championnat du monde. »

Cette saison, Bettez a amassé 45 points en 24 matchs, 3 de moins que Marie-Philip Poulin dans la LCHF.

« Mes batailles étaient différentes avec l'équipe nationale. C'était une grosse commande, mais j'ai su utiliser ma vitesse et faire des jeux simples. »

Cette Série de la rivalité, remportée par les Canadiennes 2-1, a bien sûr servi d'outil d'évaluation aux entraîneurs canadiens en vue du Championnat du monde, à Espoo, en Finlande, au début du mois d'avril.

Ann-Sophie Bettez demeure dans l'attente d'une appréciation de son travail et espère être choisie pour ce grand rendez-vous.

« À ce stade-ci, il n'y a rien que je peux faire. Je continue ma vie, je travaille et je joue au hockey avec les Canadiennes. »

À l'aube des éliminatoires dans la LCHF

Les Canadiennes n'ont justement plus que deux matchs à disputer contre le Thunder de Markham avant de mettre un terme à leur saison dans la LCHF.

Ces deux rencontres auront lieu à la Place Bell, samedi et dimanche, contre l'équipe championne de la Coupe Clarkson.

« C'est ma première année avec les Canadiennes, souligne Mélodie Daoust, qui vient à peine de revenir au jeu après s'être déchiré un ligament du genou gauche le 28 novembre. Cette blessure a coupé ma saison en deux. J'en ai eu beaucoup. En 2014, je me suis déchiré le ligament croisé antérieur du même genou. Et l'an passé, je me suis blessée au genou droit. Tout ça me rend plus forte. Quand je saute sur la patinoire, je n'ai pas de doute, j'oublie les blessures. »

Si jamais les Montréalaises font face au Thunder dans les éliminatoires, ce duel aura une saveur de déjà-vu puisque les Canadiennes, favorites et premières au classement au terme de la saison 2017-2018, ont été éliminées en demi-finales par leurs rivales.

« On a perdu contre Markham cette année, rappelle Marie-Philip Poulin. Il faut aller de l'avant et lancer souvent pour que ça aille bien contre elles. »

L'Inferno de Calgary ( 21-4-0) détient une priorité de deux points sur les Canadiennes (20-5-0) au premier rang de la LCHF.

Markham (12-9-3) et la formation chinoise de Shenzen (13-13-0) occupent respectivement les 3e et 4e places.

Samedi, l'affrontement entre les Canadiennes et le Thunder sera la neuvième édition du Match en rose, un événement qui sert à amasser des fonds pour la lutte contre le cancer du sein.

Grand Montréal

Hockey féminin