•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Selon Ron MacLean, les gens n'ont plus le temps pour le sport amateur

Ron et Cari MacLean ont rencontré les médias avant le début de la cérémonie d'intronisation de nouveaux membre au Hall d'honneur des Jeux du Canada.
Ron et Cari MacLean sont les coprésidents d'honneur des Jeux d'hiver du Canada, présentés à Red Deer du 15 février au 3 mars. Photo: Radio-Canada / Patrick Henri
Patrick Henri

Le coprésident d'honneur des Jeux d'hiver du Canada, Ron MacLean, déplore le manque d'intérêt qu'il semble y avoir envers les Jeux. Les gens n'ont plus le temps pour les sports amateurs, dit-il. Une situation qu'il comprend un peu, mais qui le désole.

Ma frustration , dit l'animateur vedette du réseau CBC, est la même que celle que je vis en rapport avec le hockey féminin. Quelques semaines avant les Jeux olympiques, on remplit des arénas pour voir des matchs préparatoires entre le Canada et les États-Unis, pourtant, très peu de spectateurs assistent aux matchs de la Ligue canadienne de hockey féminin et ce sont les mêmes joueuses qu’on peut voir.

Je suis aussi frustré de voir le peu d’intérêt envers le sport universitaire, ajoute-t-il.

L’animateur de Hockey Night in Canada, qui s’est installé à Red Deer avec sa famille alors qu’il avait 12 ans, se souvient du temps où lui et ses amis passaient tous leurs temps libres dans les arénas.

À l’époque, nous avions du temps. Je réalise maintenant que c’était un luxe. Aujourd’hui, à l’ère des médias sociaux tout se passe rapidement et nous avons toujours quelque chose d’autre à faire.

Notre dossier sur les Jeux du canada 2019 à Red Deer en Alberta

Une expérience comme pas d'autre

La femme de Ron MacLean, Cari, est aussi coprésidente d’honneur des Jeux. Elle espère que les résidents du centre de l’Alberta rempliront tous les sièges, lors de tous les événements, présentés à Red Deer au cours des deux prochaines semaines.

Lors des plus récents Jeux olympiques, dit-elle, 73 % des membres de la délégation canadienne étaient d’anciens participants des Jeux du Canada. Les athlètes qu’on peut voir à Red Deer sont ceux qu’on verra dans quatre et huit ans aux Jeux olympiques.

Ron et Cari MacLean croient qu’il y a quelque chose de spécial à assister à une compétition en direct. On peut vivre, selon eux, une émotion qui est impossible à vivre en regardant un événement à la télévision.

C’est un peu notre mission de répéter, aussi souvent que possible, à quel point ces Jeux sont spéciaux, mentionne Cari MacLean.

Comme représentants des médias, nous avons un rôle à jouer dans le développement du sport, avoue celui qui participe à la couverture des Jeux olympiques depuis 1988. Malheureusement, chaque réseau travaille pour lui-même et je crois que ce sont les athlètes qui sont perdants.

Diffusion limitée

Selon les organisateurs, la vente de billets se déroule très bien. Peu de médias, cependant, ont démontré de l'intérêt dans la couverture des Jeux.

Les réseaux TSN et RDS sont les détenteurs de droit pour la diffusion des épreuves. Les deux réseaux présenteront les cérémonies d’ouverture et de fermeture ainsi que 36 heures de compétition, d’ici au 3 mars.

Seulement trois matchs de hockey seront présentés en direct, tous les autres événements joueront en différé, à l'antenne des réseaux TSN 2, 3, 4 et 5 ainsi qu'à RDS 2.

Le site Internet sportscanada.tv diffusera, quant à lui, plus de 1300 heures de compétition en direct.

Radio-Canada a une équipe en place à Red Deer pour toute la durée des Jeux. En plus de comptes rendus quotidiens sur toutes nos plateformes, le Téléjournal Alberta du 22 mars et l’émission La Croisée du 1er mars seront présentés en direct de Red Deer.

Compétitions sportives

Sports