•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le soccer québécois fait des petits à Portland

Serge Dinkota
Serge Dinkota Photo: Courtoisie: Serge Dinkota
Olivier Tremblay

Serge Dinkota a failli envoyer Marc Dos Santos à la retraite en 2008.

Le premier était un défenseur central invité à s’entraîner à l’Attak de Trois-Rivières, le club-école de l’Impact, après sa saison estivale à Beauport. Le deuxième était le jeune entraîneur-chef de la formation.

Concours de circonstances oblige, Dos Santos a un beau jour dû inclure Dinkota, alors âgé de 17 ans, à ses titulaires du week-end. Il a inscrit un but, ce qui lui a assuré une place dans la formation au match suivant. Le jeune a encore touché le fond du filet.

« Devant tout le groupe, il avait dit : "Si tu marques encore le week-end prochain, j’arrête de coacher." »

Dinkota a marqué.

« Après le match, il me narguait, se rappelle-t-il en entrevue à Radio-Canada Sports. "Je t’avais promis que j’arrêtais, alors j’arrête." Je le suppliais de continuer! Je ne comprenais pas que c’étaient des blagues. »

Une décennie plus tard, Dos Santos est encore entraîneur. Dinkota l’est devenu. Et comme son aîné, Dinkota amorce ces jours-ci un nouveau chapitre de sa carrière, sur la côte ouest.

***

Dinkota est un autre indicateur que l’Académie de l’Impact peut être fière de ce qu’elle réussit.

Né en janvier 1991 dans ce qui s’appelait le Zaïre, il a grandi en Suisse, puis en banlieue de Québec. Après ses années sur le terrain avec l’Attak, l’équipe U-21 de l’Impact et le Rouge et Or de l’Université Laval, il a accepté, en 2014, un poste d’entraîneur des moins de 13 ans à l’Académie. Il a pris les rênes de l’équipe U-15 trois ans plus tard.

Ses équipes ont connu du succès. Le mois prochain, c’est en tête de leur division que les moins de 15 ans de l’Impact amorceront la deuxième portion de leur calendrier. Mais Dinkota ne sera plus là. Il dirigera plutôt les U-15 des Timbers de Portland, auxquels il s’est joint l’automne dernier, juste à temps pour admirer le parcours de la première équipe jusqu’à la grande finale de la MLS.

Ça ne devait pas se passer comme ça. Dinkota a d’abord pris contact avec les Timbers pour aider un ami qui voulait en savoir plus sur un autre poste que venait d’afficher le club. L’ami n’a pas eu l’emploi. Mais de fil en aiguille, les Timbers ont recruté Dinkota et l’ont déraciné du Québec. Comme Dos Santos, le jeune entraîneur n’est pas particulièrement attaché à sa zone de confort.

« Le projet m’a enchanté, indique Dinkota. L’Académie a un gros potentiel. On considère, au club, qu’elle n’est pas nécessairement au niveau auquel elle devrait être et qu’elle a une grosse marge de progression. Avec l’expérience que j’avais acquise à Montréal, avec la manière dont on travaillait là-bas, j’ai compris, en parlant avec un collègue de Portland, qu’il y avait certaines choses qu’on ne faisait pas encore pour l’instant. »

***

Dinkota se garde bien de poser un jugement sur le travail réalisé à Portland depuis la mise sur pied du centre de formation en 2012.

On peut cependant relever que l’Académie des Timbers n’a à peu près pas fourni de joueurs à l’équipe première. La saison dernière, le défenseur Marco Farfan a obtenu la totalité des minutes de jeu accordées aux joueurs formés au club en MLS, soit 515.

Farfan était devenu, avant la saison 2017, le premier produit de l’Académie à se joindre officiellement à l’équipe première. (Deux autres « joueurs formés au club » selon les règles de la MLS, Brent Richards et Steven Evans, ont précédé Farfan, mais ils étaient passés par une structure différente.)

À titre de comparaison, Karl W. Ouimette a été, en 2012, le premier joueur formé à l’Académie de l’Impact à signer un contrat professionnel avec le club, deux ans après la création des équipes de jeunes.

À l’heure actuelle, la formation en MLS de l’Impact compte cinq produits de l’Académie. Un sixième pourrait s’y ajouter, si David Choinière et le club s'entendent. Avec les récentes embauches auxquelles ont procédé les équipes de la nouvelle Première Ligue canadienne, 38 joueurs ont maintenant atteint le niveau professionnel après un passage à l’Académie de l’Impact.

***

Il gagne désormais sa vie au sein d'un club rival, mais Dinkota n’a pas peur de le dire : l’Académie de l’Impact travaille très bien. Il rend hommage à son directeur, Philippe Eullaffroy, personnage-clé de l’élaboration d’une structure qui jouit d’une réputation enviable dans la ligue.

Dinkota n’est toutefois pas arrivé en sauveur à Portland. Il veut simplement choisir ses batailles, être pertinent et apporter un petit vent de fraîcheur.

« J’ai grandi en Suisse, rappelle-t-il. Ma culture footballistique a été façonnée là-bas. Et le fonctionnement de l’Académie de l’Impact ressemble beaucoup à ce qui se fait en Europe. J’apporte aussi une personnalité différente, de la diversité. On veut continuer d’avancer. On veut se remettre en question. C’est bon d’avoir un profil différent, qui vient d’une Académie qui travaille bien.

« Je veux prendre le temps de bien comprendre le contexte bien particulier ici, en Oregon. Il faut comprendre pourquoi on fait les choses comme ça en ce moment. On peut toujours optimiser, ouvrir des débats, échanger. Le personnel, ici, est très à l’écoute. »

Si les clubs de Portland et de Montréal n’ont pas la même feuille de route en matière de formation, le premier peut tout de même se servir d’un outil que le deuxième a jeté dans le coffre : une équipe réserve.

Le Providence Park, stade des Timbers de PortlandLe Providence Park, stade des Timbers de Portland Photo : Getty Images / Steve Dykes

En 2019, les Timbers de Portland 2 (T2) joueront leur cinquième saison en USL. Marco Farfan y a joué une saison avant de signer son contrat avec la première équipe, et il y joue encore à l’occasion pour maintenir son niveau de jeu.

Dinkota a vécu la fin du FC Montréal. Il ne croit pas qu’elle ait changé quoi que ce soit pour le plus récent produit de l’Académie, Mathieu Choinière, dont la détermination lui avait déjà valu de s’entraîner avec l’équipe première.

Il concède cependant que Choinière a pu être une exception. Et son expérience jusqu’ici, à Portland, est des plus positives à cet égard.

« Ici, je peux déjà dire que tu sens que l’équipe réserve est une source de motivation, reconnaît Dinkota. Certains jeunes de l’Académie s’entraînent avec T2 régulièrement. Quand ils vont revenir, ils auront envie d’y retourner. C’est un objectif intermédiaire à atteindre. »

La carrière de Dinkota ne fait que commencer. Il est tôt pour établir des objectifs, intermédiaires ou ultimes. Peut-être trouvera-t-il lui aussi de l’inspiration du côté de T2, dont l’entraîneur-chef est un nom passé en coup de vent à Montréal qu’il pourrait, qui sait, remplacer un jour : Cameron Knowles.

Sinon, il reste toujours un certain entraîneur québécois à Vancouver qui est loin de la retraite, comme lui.

Soccer

Sports