•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Duvernay-Tardif, le médecin qui doit garder sa propre santé en tête

Il porte une chemise blanche et un veston bleu.

Laurent Duvernay-Tardif

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Guillaume Piedboeuf

« Pour l'instant, j'ai un amour pour le football et je veux retourner au jeu pour Kansas City, mais c'est sûr qu'au fur et à mesure que les blessures s'accumulent, on se pose des questions sur combien de temps il reste. »

Laurent Duvernay-Tardif ne s’en cache pas. Victime d’une double fracture du péroné qui a mis fin prématurément à sa saison, en octobre, le médecin admet qu’il devra s’assurer ces prochaines années de demeurer en santé en vue du jour où il décidera de se consacrer à soigner les autres à temps plein.

J’espère que ça ne va pas être mon corps qui va me dire d’arrêter et que ce sera moi-même qui va prendre une décision rationnelle en tenant compte des blessures et de mon amour pour le football, a-t-il expliqué en entrevue à Première heure mercredi matin.

Tout athlète professionnel se pose ces questions-là et, moi, c’est sûr qu’avec le parcours en médecine, il faut que je prenne cette décision-là très au sérieux, explique celui qui a également subi deux commotions cérébrales depuis ses débuts dans la NFL, il y a cinq ans.

À écouter :

N’empêche, avec derrière lui un quart-arrière de 23 ans venant tout juste de remporter le titre de joueur le plus utile de la dernière saison, le gentil géant est emballé par le potentiel offensif des Chiefs au cours des prochaines années.

Mahomes, un leader naturel

Ce que je retiens de Patrick [Mahomes], c’est d’abord et avant tout son leadership. C’est le gars terre à terre qui, dans des situations critiques à 23 ans devant des foules de presque 100 000 personnes, est capable de rallier tout le monde autour de lui dans le caucus, décrit celui qui écoulera en 2019 la deuxième saison d’un contrat de 5 ans et 42 millions de dollars.

Duvernay-Tardif reconnaît toutefois que de bloquer pour un quart-arrière aussi mobile que Mahomes a demandé sa part d’ajustement en début de saison. J’ai écopé de quelques punitions pour avoir retenu au début. Il faut vraiment être capable de lire la réaction du joueur de ligne défensive pour essayer de déterminer où se trouve Pat derrière toi.

Le quart des Chiefs de Kansas City Patrick Mahomes

Le quart des Chiefs de Kansas City Patrick Mahomes

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

En croisade contre le décrochage

En tournée à travers le Québec dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire, le diplômé de l’Université McGill prend son rôle de porte-parole au sérieux. Tous les jeunes rencontrent des obstacles durant leur parcours scolaire, relate-t-il, et Duvernay-Tardif espère inspirer par son cheminement.

Moi, c’est l’équilibre entre ma passion pour le sport et les études qui m’a gardé à la fois sur les bancs d’école et poussé à exceller au football. Amener mes deux passions au plus haut niveau me stimulait.

Au-delà des jeunes eux-mêmes, le colosse de Mont-Saint-Hilaire lance également un message aux parents et aux décideurs publics.

On pense des fois que c’est seulement une question de notes d’examen de mathématiques, mais juste de fournir un repas équilibré à son jeune le matin, l’aider à faire les devoirs, promouvoir la lecture à la maison ou mettre des infrastructures en place pour que les jeunes puissent canaliser leur trop-plein d’énergie à la récréation, ce sont toutes des actions qui peuvent avoir des impacts concrets quand vient le temps d’analyser le taux de diplomation de secondaire 5 de nos jeunes au Québec.

Football

Sports